L'ANSM met en garde contre le danger des lingettes pour bébé : on y trouve des conservateurs toxiques, qui affectent la santé

Le mercredi 20 mars, l'Agence nationale de santé du médicament a publié sur leur site que des lingettes pour bébé pourraient affecter la santé de l'enfant.

Les lingettes contenant un conservateur "phénoxyéthanol" ne doivent plus être utilisées sur les fesses d'un bébé de 3 ans ou moins. L'agent conservateur du produit est soupçonné d'avoir des effets qui seraient toxiques pour la reproduction.

"Le phénoxyéthanol est un agent conservateur utilisé dans divers produits cosmétiques, notamment ceux utilisés lors du change des bébés."

"Des études toxicologiques suggèrent une toxicité du phénoxyéthanol pour la reproduction et le développement à fortes doses chez l’animal, sans que de tels effets aient été rapportés chez l’homme",

a publié l'ANSM.

UN DÉLAI D'ÉTIQUETAGE

L'Agence a donc imposé aux producteurs de ce genre de produits cosmétiques dits "non rincés" contenant  du phénoxyéthanol d'inscrire sur l'étiquetage que ce genre de produits ne doit pas être utilisé sur les fesses des enfants. 

"ils ne peuvent pas être utilisés sur les fesses des enfants de 3 ans ou moins"

Les fabricants ont donc un délai de 9 mois au plus tard, pour mettre en pratique cette nouvelle disposition. Plusieurs produits cosmétiques sont touchés par la nouvelle mesure, que cela soit pour les adultes ou les enfants.

Cependant, les déodorants, les produits de coiffage et les produits de maquillage en sont exclus.

La disposition d'étiquetage vise à éviter la fréquente disposition de toutes sortes de lingettes, englobant celles utilisées ou non aux enfants.

On relève également que 64 % des parents utiliseraient des lingettes pour nettoyer les fesses du bébé, alors que la peau des bébés, est particulièrement sensible et a plus de risques d'être touchée par le danger. En effet, la peau lésée favorise le passage de l'agent conservateur dans le corps.  

Mais ce n'est la seule chose contre laquelle l'Agence a mis en garde les consommateurs.

UNE AUTRE MISE EN GARDE

L'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a récemment mis en garde les consommateurs de Smecta, connu autrefois comme médicament contre la diarrhée.

 Le Smecta est
désormais interdit aussi bien aux femmes enceintes qu'aux enfants de deux ans.  Cela est dû à la présence d’infimes quantités de plomb dans ce médicament.