Gilets jaunes : José Lortal, un des leaders du mouvement, tué par son ex-compagne

Depuis que la pandémie du coronavirus sévit sur le territoire français, les Français ressentent un mal-être profond. Parfois l’enferment dû au confinement généralisé, peut les mener à commettre des actes odieux.

Tel est le cas d’une jeune femme accusée d’avoir tué son ex-conjoint le vendredi 17 avril 2020 à Fismes. Après qu’elle ait été placée en garde en vue, il a été découvert que la victime n’était autre que José Lortal, l’un des leaders des Gillets jaune.

TERRIBLE TRAGÉDIE

Depuis que le confinement généralisé a été proclamé en France, pour endiguer la propagation du coronavirus, les drames ne cessent pour autant pas de s’accroître.

En effet, le vendredi 17 avril 2020 a eu lieu à Fismes une terrible tragédie. José Lortal l’un des leaders des Gillets jaunes, a été assassiné de sang-froid par son ex-conjointe Laura dans son appartement.

La jeune femme de 30 ans, une fois placée en garde à vue par les militaires qui se sont déployés sur les lieux du crime, avoue avoir tué le sexagénaire par un coup de couteau. Toutefois, les forces de l’ordre ont été prévenues par le voisinage du défunt suite aux bruits et aux cris qui perduraient dans l’appartement de José Lortal.

Alors, une fois sur les lieux, les gendarmes ont trouvé le routier encore en vie mais grièvement blessé par le coup de poignard que lui a administré son ex-conjointe.

Malheureusement, après que les secours aient été appelés, il se faisait déjà tard car la victime est morte sur place. Dès lors, une enquête a été ouverte pour meurtre sur ex-conjoint.

 ELLE A RECONNU LES FAITS

Alors que les mesures de confinement mises sur pied stipulent que, tout le monde doit rester chez soi en cette période de crise sanitaire, la jeune femme de trente ans s’est quand même rendue chez son ex-conjoint pour commettre son forfait.

Une fois sa sale besogne effectuée, elle s’empressa elle-même d’appeler les secours en leur expliquant qu’une altercation a éclaté entre José et elle, après qu’elle ait expliqué à ce dernier qu’elle comptait se remettre en couple avec le père de sa fille.

Ainsi, pour se défendre, elle a dû frapper José Lortal à l’aide d’un couteau trouvé sur la table. Par ailleurs, sa fille a donné une autre version des faits en révélant que sa mère et José se sont bel et bien disputés et lorsque sa maman a frappé son ex-conjoint, l’altercation était déjà terminée.

Alors, confrontée à cette version des faits racontés par sa fille, la jeune femme de 30 ans durant sa garde à vue, a fini par reconnaître avoir frappé son ex-conjoint alors qu’elle n’était plus menacée.

Malheureusement depuis le début du confinement, les signalements de cas de violences conjugales sont en hausse considérable sur l’étendue du territoire français.

DES EFFORTS MUTUALISÉS POUR COMBATTRE LE COVID-19

En cette triste période imposée par la pandémie du coronavirus, des élans de générosité sont de plus en plus naissants. Toutes les couches sociales sont d’ailleurs concernées par cette pandémie, alors tout le monde y met du sien pour endiguer la propagation du virus à travers des élans de générosité de toute nature.

Les postes connexes
instagram.com/julian.bugier
Santé Apr 18, 2020
Coronavirus : Julian Bugier parle de sa vie actuelle durant la pandémie
twitter.com/laprovence
Parentalité Feb 07, 2020
Nouvelles accusations contre Nordahl Lelandais : il est en garde à vue
twitter.com/TeleLoisirs | twitter.com/voici
Jean-Luc Reichmann Apr 14, 2020
Jean-Luc Reichmann : Eric ("12 coups de midi") inquiet pour sa femme, secrétaire médicale
Getty Images / twitter.com/TeleLoisirs
Parentalité Apr 03, 2020
Sophie Favier appel à l’aide pour sa mère en Ehpad, Christophe Dechavanne la soutient