Un homme affaibli de 84 ans passe trois jours allongé sur le sol parce que les aide soignants ne sont pas autorisés à le relever

Suite à un accident vasculaire cérébral, cet Anglais de 84 ans est devenu entièrement dépendant des aide soignants qui lui rendent visite quatre fois par jour.

Dans une interview accordée à Mirror, il raconte son quotidien, la solitude insoutenable, l’indifférence et la négligeance des infirmiers, procurant des soins forcés dont le coût a aussi épuisé toutes ses économies.

Avec ses enfants vivant à l’étranger et sa femme décédée, les personnes qui lui rendent visite sont rares. Quant aux auxiliaires de vie d’Arthur, ils ne traînent pas pour bavarder. «J'ai l'impression d'exister», dit-il doucement «dans une cellule en isolement.»

Arthur (nom d’emprunt) a demandé au journaliste de Mirror de ne pas révéler son identité parce qu'il se sentait très vulnérable. Il l’a invité à passer la journée avec lui car il sait que, tragiquement, il pourrait être l'une des dizaines de milliers de retraités qui souffrent aujourd'hui de la crise des services sociaux.

Arthur a été admis dans cet établissement il y a plus de 10 ans, lorsque sa maison est devenue inadaptée à son handicap. Bien qu'il y ait des soignants sur place, il lui est uniquement permis de tirer sa corde rouge pour une «toilette» d'urgence.

«Quand je suis arrivé pour la première fois, il y avait environ 10 auxiliaires de vie internes, maintenant il y en a trois, et le soir un seul», explique-t-il.

Cela lui est arrivé de passer trois jours allongé sur le sol après une chute, parce que ses aide soignants n'étaient pas qualifiés, équipés ou autorisés par des formalités administratives de le relever.

«Je me sentais complètement impuissant et embarrassé», dit-il. «Mes soignants m'ont donné une couverture, un oreiller, de la nourriture et des boissons et m'ont aidé avec la poche urinaire.»

«Ils ont été placés dans une situation très difficile, pour être honnête, ils n’avaient ni la formation ni l’équipement.» les défend-il malgré tout.

Source : Shutterstock

Source : Shutterstock

En plus, toutes ses économies qu’il pensait laisser à ses enfants, passent dans les frais des services de la maison médicalisée.

Il explique : «J'ai travaillé pendant 45 ans, des équipes de nuit, des équipes en début de semaine, je n'ai jamais pris de congé de maladie. J'ai acheté ma propre maison, j'avais quelques économies. Mais ça a fondu comme au soleil.»

Source : Shutterstock

Source : Shutterstock

Il lui reste encore environ 20 000 £. Et comme il a atteint le «seuil de pauvreté» se situant en Grande Bretagne au-dessous de 23 000 £, il reçoit maintenant une subvention pour ses soins.

Ce n’est que lorsque son épargne descendra à 14 000 £, que son conseil local sera prêt à financer entièrement ses soins.

Les postes connexes
Dec 28, 2018
Un homme de 84 ans meurt trois jours après avoir gagné à la loterie de Noël espagnole
Santé Mar 20, 2019
Des photos d'Esther, 80 ans, allongée sur un oreiller, et cherchant désespérément à respirer, ont indigné les internautes
Actualités Feb 24, 2019
Un homme de 89 ans, s'étant vu interdire de voir sa femme, lance une manifestation en fauteuil roulant à l'extérieur de son foyer de soins
Dec 29, 2018
Un homme de 80 ans et son mari de 25 ans sont à nouveau ensemble après une rupture douloureuse