L'Élysée avoue le "malentendu" de Macron sur le chlordécone après les critiques des scientifiques

Emmanuel Macron s'est fait recadrer par des scientifiques pour ne pas avoir maîtrisé son sujet.

Les propos tenus par le président, Emmanuel Macron, lors de son débat avec les ultramarins ont fait grincer des dents.

"Il ne faut pas dire que c'est cancérigène"

Tels étaient les mots qui avaient outré la communauté scientifique.

En effet, devant les élus d'Outre-mer, le président avait déclaré qu'aucun lien direct avait été établi entre le chlordécone et l'explosion du nombre de cancers.

"Si on m'avait établi un lien direct, j'aurais pris les décisions qui vont avec",

avait-il ajouté.

Des propos qui sont apparemment restés en travers de la gorge des personnes présentes à ce débat, mais pas que.

La communauté scientifique a réagi face à cette "confusion" du président.

Dans une lettre aux médias, Luc Multigner, Directeur de Recherche à l'Inserm et Pascal Blanchet, chef de service d'urologie du CHU de Pointe-à-Pitre, ont ainsi rappelé que

"le Centre International de la Recherche sur le Cancer, une agence de l'OMS, a établi en 1979 'qu'il existe des preuves suffisantes pour considérer que le chlordécone est cancérogène chez la souris et le rat et qu'en absence de données chez l'homme, il était raisonnable, à des fins pratiques, de considérer le chlordécone comme s'il présentait un risque cancérogène pour l'homme'".

En 1987, cette même institution "a classé le chlordécone dans la catégorie cancérogène 2B (peut-être cancérogène pour l'Homme)".

UN SIMPLE MALENTENDU

Les deux hommes ont tenu à rappeler au président qu'ils avaient mené des recherches sur la population antillaise qui était exposée au chlordécone.

Et que les résultats de leur recherche ont démontré que malheureusement, cette population avait effectivement un taux élevé de personnes atteintes du cancer à cause de cet insecticide.

Au vu de la situation, l'Elysée a tenté de calmer le jeu en disant qu'il s'agissait simplement d'une méprise, d'un simple malentendu.

"Le président n'a jamais dit que le chlordécone n'était pas cancérigène. Quand il dit : 'Il ne faut pas dire que c'est cancérigène', c'est une façon de dire : 'On ne peut pas se contenter de dire que c'est cancérigène, il faut aussi agir.",

avait confié l'Elysée à Le Monde.

Malgré le fait que les membres de l'Assemblée nationale ne se sont pas encore mis d'accord sur les fonds spécifiques à attribuer à l'indemnisation pour ce pesticide, l'Elysée a tout de même tenu à rappeler que le président n'avait pas changé d'avis et tenait toujours à procéder aux réparations des ravages du chlordécone.

"À chaque fois que le lien peut être prouvé entre le chlordécone et une maladie, on indemnisera",

a assuré l'Elysée.

Bien qu'il y ait eu cette "méprise", Emmanuel Macron semble pourtant être fermement attaché au combat contre le cancer et est impliqué dans tout ce qui concerne la santé.

Une mère avait, en effet, écrit une lettre à Macron concernant son enfant handicapé, et à sa grande stupeur, celle-ci vient de recevoir la réponse de la part de l'Elysée.

Les postes connexes
Feb 06, 2019
Emmanuel Macron est critiqué et traité de 'gamin' par un membre de son camp
Feb 07, 2019
La mère qui a écrit une lettre à Macron au sujet de son fils handicapé obtient soudainement une réponse de l'Élysée
Dec 22, 2018
“Macron est terne”: Une enseignante convoquée pour avoir critiqué Macron sur le Web
Dec 21, 2018
Noël de l'Elysée: Emmanuel Macron fait allusion à des "gilets jaunes" répondant à la question