La disparition de Sophie Le Tan : des éléments témoignant contre Jean-Marc Reiser ont été retrouvés

Sophie, une étudiante de 20 ans a disparu dans la matinée du 7 septembre 2018. Un homme de 58 ans a été interpellé.

Le 7 septembre 2018, Sophie Le Tan a disparu. Ce jour-là, l'étudiante fréquentant l'Université de Strasbourg avait un rendez-vous pour visiter un appartement à Schiltigheim. Et depuis, elle n'a plus donné de signe de vie.

Jean-Marc Reiser, auteur de l'annonce immobilière a été mis en examen pour assassinat, séquestration et enlèvement de la jeune femme.

L'affaire a été gardée sous silence depuis le 6 octobre dernier, jour pendant lequel Reiser a été entendu la dernière fois par le juge d'instruction. Le suspect a été placé en détention provisoire depuis mi-septembre. Par contre, les policiers n'ont pas encore mis fin aux investigations.

Grâce à un produit révélateur utilisé par la police scientifique, d'importantes traces de sang ont été trouvées dans la salle de bain de Jean-Marc Reiser. Elles étaient invisibles à l'œil nu car elles ont été nettoyées méthodiquement. L'ADN trouvé sur les lieux est celui de Sophie.

Ajouté à cela, la petite amie de Reiser a indiqué que l'appartement de son compagnon n'a jamais été aussi propre. L'analyse des deux bâches retrouvées dans le véhicule du suspect pourrait également révéler l'implication du quinquagénaire dans la disparition de la jeune fille.  

DE LOURDS ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

Au début des enquêtes, Reiser avait affirmé qu'il n'avait jamais rencontré Sophie. Mais selon sa dernière version, la jeune femme aurait été chez lui pour soigner une simple blessure, puis elle serait repartie.

L'homme de 58 ans a de lourds antécédents judiciaires. Il a déjà été condamné pour viol. La police a également trouvé des éléments intrigants. Les enquêteurs ont pu trouver un autre ADN féminin, qui n'est pas celui de Sophie Le Tan, ni celui de l'étudiante qu'il a hébergée en mai 2018.

Le détenu a fait une demande de libération provisoire.

5000 personnes ont été signataires de la pétition Non à la remise en liberté de Jean-Marc Reiser, lancée par la Mobilisation pour retrouver Sophie Le Tan.

Dans la journée de ce jeudi 28 février, la Cour d'appel de Colmar a rejeté la demande de remise en liberté déposée par Reiser. 

UN CAS SIMILAIRE

Le 25 avril de l'an dernier, un incident similaire est survenu dans le Nord de Wambrechies. Angélique, une jeune fille à peine âgée de 13 ans, a été retrouvée morte.

David Ramault, un ancien voisin, a avoué avoir violé l'adolescente avant de l'étrangler. Il avait ensuite caché le corps dans les bois.

Pour attirer la pauvre enfant chez lui, il lui a dit qu'il avait des objets à remettre à ses parents.