Danielle Darrieux a été mariée trois fois : Découvrez les hommes de sa vie

Danielle Darrieux, la célèbre comédienne qui nous a quittés à l’âge de cent ans, a eu certainement le temps de croiser le chemin de nombreuses personnes dans sa vie. Parmi elles, quatre hommes auraient beaucoup compté pour elle que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle. 

Danielle Darrieux a vu le jour le premier mai 1917. Elle a commencé à travailler dès ses 14 ans, à une époque où il n’était pas bien vu pour une jeune femme de se lancer au cinéma.

Une décision qui a, d’ailleurs, fortement déplu sa mère la préférant la voir faire de la musique. Elle qui a vécu centenaire, aurait croisé quatre hommes qui ont à chaque fois changé sa vie.

HENRI DECOIN

Danielle Darrieux avait 18 ans quand elle a croisé le chemin d’Henri Decoin. Ce dernier avait enfilé plusieurs casquettes dans sa vie : champion de natation, aviateur, journaliste sportif et enfin cinéaste. Ils s’étaient spontanément liés lors du tournage de “L'or dans la rue”.

Sous le charme de la demoiselle, Henri n’a pas hésité à la prendre sous son aile.

“Sans lui, je ne serais plus actrice”,

confiait Danielle en 1997 à L’Express.

La comédienne se souvient de lui comme celui qui l’a “ouvert sur le métier”. 

“À 18 ans, j’étais persuadée que lorsqu'on tombait amoureuse d'un homme, il fallait absolument se marier avec lui." Une passion amoureuse donc, mais qui cachait aussi une carence de figure paternelle. "Mon père me manquait. C'est pour ça que... Decoin avait cette maturité que je recherchais. Je voulais trouver un papa, un compagnon, un mari. Notre mariage a duré cinq ans durant lesquels il m'a offert quelques-uns de mes plus beaux rôles."

C’est le cinéaste qui a chapeauté la petite candide à Hollywood lorsque Danielle décroche un contrat avec Universal. Mais cet accord ne fera pas long feu puisqu’elle a décidé par la suite de revenir en France.

Le couple travaillait ensemble pour de nombreux longs-métrages tel que “Abus de confiance (1938)”, “Retour à l'aube (1938)”, “Battement de cœur (1939)”, “Premier rendez-vous (1941)”. Ils ont même poursuivi cette collaboration après leur divorce ! Leur réussite est indéniablement “La Vérité sur Bébé Donge” sorti en 1952. De l'aveu de l’actrice, ils sont restés “proches” même après leur divorce. 

"J'ai toujours eu une absolue confiance en lui et je lui ai obéi en tout, dit-elle dans une biographie parue en 1995. Sans ses conseils, son flair et son appui, je serais sans aucun doute resté une jolie fille chantant et bêtifiant dans des productions mineures et j'aurais probablement quitté le métier assez rapidement.

Il a su me mettre en valeur et me persuader que je pouvais jouer de grands rôles dramatiques. Il a même écrit pour moi, m'imposant ainsi dans un emploi où personne ne m'imaginait et ne me voulait. Il m'encourageait quand je perdais confiance ou quand je voulais abandonner. C'est à lui et à lui seul, que je dois d'être ce que je suis devenue."

PORTOFIRIO RUBIROSA

Danielle Darrieux a vécu la Seconde Guerre mondiale dans une totale inconscience. 

"J'étais follement amoureuse d'un diplomate étranger, un play-boy merveilleux qui s'appelait Portofirio Rubirosa. Demandez aux autres filles qui l'ont connu, elles vous répondront toutes qu'il était le charme incarné. C'était un homme courageux, adorable et qui possédait un grand cœur. De toute façon, je ne me serais jamais attachée à lui, sinon",

avait confié l’actrice auprès du magazine Studio.

L'actrice française Danielle Darrieux réconforte son mari Porfirio Rubirosa à l'hôpital à Paris. | Photo : GettyImage

L'actrice française Danielle Darrieux réconforte son mari Porfirio Rubirosa à l'hôpital à Paris. | Photo : GettyImage

Elle était prête à tout pour Portofirio Rubirosa, jusqu’à aller travailler pour la Continental (la machine à propagande de Goebbels). Et là aussi, c’est Decoin qui lui a dit d’y aller. Après avoir bouclé quelques films tels que “Caprice” “Premier rendez-vous” et “La Fusse Maîtresse”, et pendant qu’elle était en plein travail, les nazis ont arrêté Rubirosa et l’a emmené dans un camp où il enfermait les diplomates étrangers.

À ce moment-là, les Allemands lui ont enlevé un homme dont elle était folle amoureuse. À l’image de Gabin ou Morgan, Danielle Darrieux voulait alors fuir la France. Mais ses employeurs ne voulaient pas la perdre, alors la Continental lui a fait un chantage. Si elle s’en va, ou si elle refuse de travailler pour la Continental, l’homme qu’elle aime sera fusillé ! Par amour, elle accepte de continuer quand bien même elle sera accusée de collabo. 

"Les gens murmuraient dans mon dos. Ils disaient : "Quelle horreur ! Danielle Darrieux est dans la collaboration." Mon Dieu ! Ils ne savaient rien ! Je n'étais qu'une femme amoureuse",

affirmait-elle. 

"Quand il est revenu, nous sommes partis en zone libre, avant d'être installés à Megève en résidence surveillée. Nous n'avions pas le droit de sortir. C'était une période douloureuse. Des hommes et des femmes disparaissaient et on ne savait pas encore qu'ils étaient déportés... Mais j'étais avec l'homme que j'aimais alors... J'aurais fait n'importe quoi pour le sauver."

Le conflit terminé, la comédienne s’éloigne des plateaux de tournage. Et parce qu’elle avait travaillé pour la Continental, elle fut convoquée par le service d’épuration. Heureusement pour elle, c’était Henri Decoin qui l’avait reçue dans ledit service… Le même qui lui avait dit de travailler pour Continental ! Surpris, le cinéaste a très vite réglé son cas.

GEORGES MITSINKIDÈS

En 1948, quand Georges Mitsinkidès rencontre Danielle, il espérait juste que cette dernière lui fasse un piston. Toutefois, le courant est très bien passé entre eux, mais la comédienne n’y croyait pas trop. C’est vrai qu’il y avait de quoi s'inquiéter après deux mariages ratés…

En plus, Danielle ne voulait pas se lier à un comédien. Georges change alors de fusil d’épaule et se reconvertit. Il devient scénariste et auteur dramatique. Ils se sont mariés et sont restés ensemble jusqu’à la disparition de Mitsinkidès en 1991. Le couple a adopté un enfant appelé Mathieu. Pour ce dernire , la vedette a même pensé à stopper le cinéma. 

"Avec Georges, on voulait avoir une grande ferme de 300 hectares pour devenir paysans. On partait visiter des exploitations, mais Georges ne me trouvait pas très sérieuse quand je courais embrasser tous les veaux",

disait-elle amusée. Ce sera Max Ophüls qui lui fera changer d’avis. Après le décès de son troisième époux, Danielle est revenue à Paris. 

JACQUES JENVRIN

Jacques Jenvrin lui inspire ses amours de jeunesse, la musique. Il est d’ailleurs lui-même un musicien de métier. Cet homme âgé de vingt ans de moins qu’elle devient le dernier grand amour de Danielle Darrieux. Malgré l’amour qui les unissait, ils ne se sont pas allés jusqu’au mariage.

Après s'être transformée en une discrète paysanne, elle voyage accompagnée de son amoureux. Il était resté avec elle jusqu’à ses derniers instants. 

Danielle Darrieux a rendu l'âme à l’âge de 100 ans le 18 octobre 2017. Toutefois, elle avait adopté Mathieu, son fils unique, lors de son troisième mariage. Il a bien fallu qu’il grandisse avant que l’on sache qui il est

Les postes connexes
Wikipedie
Célébrités Aug 04, 2019
Danielle Darrieux : Une actrice qui a traversé un siècle de cinéma avec grâce et qui y a laissé sa marque
twitter.com/uniFrance
Célébrités Aug 09, 2019
Danielle Darrieux : L'incontournable actrice n'a eu qu'un enfant, Mathieu son fils adoptif
Wikipedia
Célébrités Aug 04, 2019
Louis de Funès : Les femmes de la vie d'une légende du cinéma français
twitter.com/intrnetexp
Célébrités Jul 20, 2019
Louis de Funès a eu trois enfants, trois fils aux destins bien différents