Une femme rencontre sa famille 54 ans après avoir été abandonnée dans une maison mitoyenne quand elle était bébé

Jacques Ronny
28 nov. 2021
16:05
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

La recherche a finalement pris fin pour une femme de 54 ans qui a passé sa vie à rechercher ses parents biologiques dans le but de résoudre les mystères de son passé.

Annonces

Cheryl Edwards n'avait que neuf ans lorsqu'elle a appris des seuls parents qu'elle a connus toute sa vie qu'elle avait été adoptée. Ce jour-là a marqué le début de plus de quarante ans d'incertitudes qui ont empoisonné sa vie.

Après avoir passé neuf ans en famille d'accueil, la jeune femme se souvient avoir été indifférente à cette découverte alors que ses parents remplissaient les papiers nécessaires à la procédure d'adoption. Elle était ainsi devenue le septième enfant d'Ernest Lee et de Susan Edwards.

Une photo de Cheryl Edwards et des portraits d'elle petite fille | Photo : twitter.com/emilybabay twitter.com/nrlc

Annonces

LA RÉALITÉ FRAPPE

Elle décrit son enfance chez les Edwards comme parfaite, remplie d'amour, de belles vacances d'été et de nombreux souvenirs de Noël.

Il est vrai que le fait de savoir qu'elle était adoptée l'a fait se sentir spéciale en grandissant, car personne d'autre ne vivait cela. Mais en grandissant, les dures réalités de la vie la frappent de plein fouet.

Son premier choc a eu lieu en classe de 6e, lorsqu'un camarade de classe l'a houspillée parce qu'elle ne savait pas qui étaient ses parents biologiques. De nouveau, à la cinquantaine, une connaissance proche à laquelle elle s'est confiée a utilisé cette même histoire à son encontre.

Annonces

DÉCOUVRIR SON PASSÉ

Ayant reçu le second coup, la femme a décidé de reprendre sa vie en main et de chercher des réponses. Elle a contacté The Inquirer en 2019, demandant s'ils avaient un article de 1967 sur un bébé abandonné dans une maison de quartier vide de Philadelphie Ouest.

Annonces

Bien sûr, ils l'avaient. Le 14 août 1967, un article parle d'un bébé découvert à l'intérieur d'une taie d'oreiller cachée sous une commode dans une maison de quartier abandonnée. L'enfant était nu et ne pesait que 5 livres et 7 onces (environ 2kg et demi). Elle a tout de suite su qu'elle était cet enfant.

Une valise de vieux documents de bébé | Photo : Pexels

Annonces

RÉCUPÉRÉE DANS LA POUBELLE

En lisant l'article, Mme Edwards a découvert comment un garçon de 15 ans, James Drain, l'a trouvée enveloppée dans un oreiller.

Pensant qu'il s'agissait d'un poulet, il s'est précipité pour alerter sa mère, qui a à son tour appelé un voisin, George Ikard, 61 ans. Les deux adultes ont également cru que le contenu de la taie d'oreiller était un poulet, à en juger par les sons et les coups de pied qui en provenaient.

Ikard a ramassé la taie d'oreiller et son contenu et l'a jetée à la poubelle sans l'ouvrir. À quelques rues de là, une autre voisine, Margaret Rogers, assiste au déroulement de la scène.

Annonces
Annonces

Curieuse, elle a récupéré l'objet dans la poubelle et a déchiré la taie d'oreiller pour révéler un beau bébé maigre qui se battait pour sa chère vie.

Elle a emmené le bébé chez elle et l'a nourri pendant que Mme Drain contactait la police. Quelques minutes plus tard, Rogers, une infirmière locale, a remis à contrecœur l'enfant à la police, avec pour instruction de faire savoir à l'hôpital qu'elle voulait l'enfant.

Cependant, le bébé n'a jamais été confié à son sauveur, mais placé dans une famille d'accueil, sous la tutelle des Edwards.

Une petite fille assise avec son père | Photo : Pexels

Annonces

AFFRONTER LE CHAGRIN

Après avoir appris les détails accablants en 2019, Mme Edwards pensait que le pire était passé. Cependant, la perte de trois de ses amis les plus proches, emportés par la COVID-19 pendant la pandémie, a ouvert de vieilles blessures dont elle ignorait l'existence.

Pour faire face à son chagrin, la femme de 54 ans a consulté un thérapeute familial, qui s'est penché sur son passé et sur le début de sa vie.

La séance a permis à la femme de réaliser à quel point elle était blessée. Elle a donc décidé de tourner la page en revenant sur son enquête de 2019.

Annonces

Enfant préparant des biscuits avec sa mère. Photo : Getty Images

RÉOUVRIR DE VIEILLES BLESSURES

Au début de l'année, elle a de nouveau contacté The Inquirer, cette fois pour demander une enquête sur ses racines. La mission l'a conduite, avec sa troupe de reporters, dans la petite ville de l'ouest de Philadelphie où elle a été découverte il y a 53 ans.

Annonces

Elle y rencontre Lionel Drain, un cousin de l'adolescent qui l'a trouvée dans la maison. Elle apprend qu'il est mort, ainsi que tous les adultes qui ont joué un rôle dans son sauvetage. Edwards se retrouve dans une autre impasse.

Une mère en deuil | Photo : Getty Images

Annonces

ENFIN UNE IDÉE

À des kilomètres de là, Shelly Ward-Moore parcourait son courrier un matin fatidique de juin lorsqu'elle est tombée sur une lettre d'information de The Inquirer qui lui a rappelé quelque chose.

L'article en vedette reflétait la vie de Cheryl Edwards. Lorsqu'elle l'a lu, elle a su que c'était la même histoire que celle dont elle avait été témoin à l'âge de douze ans et qu'elle avait connue toute sa vie.

Un nom en particulier, George Ikard, a suscité son intérêt, car il s'agissait de son grand-père. Comprenant qu'il s'agissait du bébé, elle a contacté d'autres membres de sa famille pour les informer avant de contacter The Inquirer.

Annonces

Les pieds d'une belle petite fille | Photo : Pexels

Elle a informé le quotidien qu'elle connaissait l'histoire et qu'elle pensait être biologiquement liée à Edwards, le portrait craché d'une de ses tantes.

Annonces

UNE RÉUNION DE FAMILLE

Des tests ADN ont confirmé leur histoire et, très vite, Mme Edwards a retrouvé sa famille perdue depuis longtemps, dont plusieurs cousins germains et son demi-frère.

Ses nouveaux parents ont également confirmé que sa mère biologique était bien vivante. Cette découverte a donné à Mme Edwards l'envie de rencontrer la femme qui l'a abandonnée à quinze ans et de découvrir les circonstances de ses actes.

Deux frères et sœurs tenant des jambons | Photo : Pexels

Annonces

Si cette découverte a été importante pour elle dans son cheminement vers la paix et la guérison, elle savait que sa mère n'avait pas eu la vie plus facile.

Elle n'avait donc aucune rancune envers sa mère biologique, mais souhaitait seulement la voir, l'embrasser chaleureusement et lui assurer que tout allait bien.

Annonces