Le côté sombre de Maurane : "Elle pouvait vite être dans une déprime assez tenace"

Deux jours après la disparition de la chanteuse Maurane, les causes et circonstances de sa mort restent floues. D’après un journaliste, l'artiste belge avait un côté sombre.

La chanteuse belge Maurane, de son vrai nom Claudine Luypaerts, a été retrouvée morte ce lundi 7 mai à son domicile en banlieue de Bruxelles.

La mort de l’ancienne jurée de la Nouvelle Star est d’autant plus inattendue, car selon le site de FranceInfo, la chanteuse avait elle-même annoncé son retour sur scène la semaine dernière sur les réseaux sociaux après deux ans d’absence suite à des soucis de santé.

Dimanche 6 mai, Maurane était encore sur scène en Wallonie pour un concert hommage à son chanteur préféré Jacques Brel.

Closer nous partage l’avis de Didier Varrot sur le décès de Maurane. Le journaliste était invité sur le plateau de C à Vous sur France 5 ce mardi 8 mai.

Interrogé par Anne-Elisabeth Lemoine, Didier Varrot a ainsi décrit la chanteuse de 57 ans : "C'était une personnalité extrêmement drôle, épicurienne, gourmande de la vie, des plus belles blagues, qui pouvait tout de suite toucher le fond, s'effondrer et être dans une déprime assez tenace".

Quant au directeur artistique de Maurane, contacté ce mardi 8 mai par les journalistes du Parisien, Marc Lumbroso ne croit pas en suicide : 

"Elle pouvait avoir ses hauts et ses bas, comme tous les artistes, mais elle était heureuse de préparer un nouveau projet. Elle était remontée sur scène il y a quelques jours. Elle avait surtout de gros problèmes de dos et avait parfois du mal à se déplacer. Et ça avait eu des conséquences sur sa voix. Elle suivait un traitement d'infiltrations assez pénible qui avait aussi des effets secondaires sur le plan digestif. Mais ça ne nous inquiétait pas plus que ça"

Plus tôt, un magistrat avait également précisé : "Il s'agit d'une mort qui n'est pas considérée comme suspecte par l'intervention d'un tiers".

Selon l’annonce du parquet belge, une autop­sie sera pratiquée pour déter­mi­ner les causes exactes de la mort subite de Claudine Luypaerts, dit Maurane.