logo
La source:

Arrestation et 36 heures dans un cellule - c'est ainsi que des adolescents ont dû payer pour avoir taggé un mur

Quentin Autier
07 déc. 2018
02:59
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Des lycéens ont passé 36 heures de garde à vue à Ivry pour avoir taggé l'un des murs de leur établissement.

Annonces

La directrice de leur lycée a décidé de porter plainte pour "dégradation" ce qui a conduit à l'arrestation des adolescents que leur avocat décrit comme "violente".

Les tags qui ont été inscrits sur le mur du lycée au marqueur bleu sont au nombre de trois: "Macron démission", "On veut des profs".

Annonces

Cela a cependant valu à six lycéens, quatre d'entre eux étant âgés de 16 ans, de passer la nuit de lundi à mari en garde à vue, après avoir été arrêtés non loin de l'établissement. Les forces de l'ordre sont intervenues après avoir été appelées par un témoin.

Une réaction plutôt virulente pour des graffitis dont les lycéens ne sont peut être même pas les auteurs. En réaction à cela, leurs amis ont décidé de bloquer le lycée et les élèves ont reçu les soutiens des maires d'Ivry et de Vitry.

Annonces

Cinq de ces adolescents sont représentés par le même avocat, maître Jean Toussaint Giacomo. Il évoque "une interpellation violente" et tiens à rappeler que ces jeunes gens "qui n’ont pas été identifiés, nient être les auteurs des tags".

Et en effet, les lycéens ont été choqués par la manière dont ils ont été arrêtés par les forces de l'ordre. Un membre du groupe témoigne en disant: "C’est violent : on est resté deux heures menottés au banc avant d’être transféré dans une cellule où ça puait l’urine. Un policier m’a même mis un coup de tête."

Un autre de ses camarades raconte ce qui lui est arrivé: "Pendant le contrôle, un policier de la Bac (Brigade anticriminalité) m’a balancé un coup de pied dans les testicules. J’ai même dû insister pour lire le procès-verbal de l’interrogatoire, mais on me l’a ensuite arraché des mains en me disant que je ne savais pas lire."

Annonces
Annonces

Les parents de ces élèves ne comprennent pas la manière dont leurs enfants ont été traités.

"Pourquoi une garde à vue aussi longue ? Est-ce parce qu’il s’agit d’un tag anti-Macron ? C’est totalement disproportionné".

Mais les forces de l'ordre sont catégoriques. Le fait que le message parle du président n'a rien à voir avec la manière dont les lycéens ont été traités: "Nous n’avons pas interpellé ces jeunes pour des tags anti-Macron mais parce qu’ils dégradaient un lycée. Peu importe la teneur du message. Les six jeunes étaient en effet dans la dénégation totale et ils prétendaient même qu’ils ne se trouvaient pas sur place."

Annonces
Annonces

Suite à l'incident, 25 des professeurs de l'établissement se sont mis en grève. Ils ont annoncé qu'ils allaient continuer "tant que la plainte du lycée n’est pas retirée".

Les lycéens font désormais partie du mouvement des Gilets jaunes comme nous vous le disions dans un récent article. La jeune génération a en effet été appelée à manifester elle aussi. Apprenez-en plus en cliquant ici.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Articles connexes

Michel Serrault : le jour où il a su que le meurtre de sa fille de 19 ans coûtait 1050 francs

24 janvier 2022

Un homme apprend que sa grand-mère, qui vit dans une petite cabane, a une demeure à 1,3 millions de dollars et qu’il n’est pas son héritier : Histoire

09 avril 2022

J'ai appris que je n'étais pas la mère biologique de mes trois enfants - Histoire du jour

26 février 2022

Des enfants traitent le fils d'un chauffeur de bus de "radin", 10 ans plus tard, ils le reconnaissent à peine - Histoire du jour

04 mars 2022