30 novembre 2018

Des lycéens, appelés à rejoindre les 'gilets jaunes', des blocages sur toute la France (vidéo)

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Le mouvement des gilets jaunes recense de nouveaux membres, les lycéens. Le syndicat UNL a fait un appel aux lycéens pour bloquer leurs établissements scolaires.

Suite à l’appel de l’Union nationale lycéenne (UNL), plusieurs lycéens ont bloqué leurs établissements à Poitiers, en Orléans, à Rennes, au Pays-Basque et à Marseille.

Partout en France, les revendications des lycéens sont à peu près les mêmes. Ils se mobilisent contre la réforme du baccalauréat et le système Parcoursup.  

En Bretagne, les cours ont été interrompus ce vendredi 30 novembre, suite aux blocages exécutés par 45 lycéens.

Annonces

Annonces

Ils ont bloqué l’entrée avec des cadenas, des chaises, des chariots et des barrières. Selon France Bleu, les forces de l’ordre le moment opportun pour intervenir.

Annonces

Annonces

A Orléans, l’accès au lycée Jean Zay n’est pas totalement interdit, bien qu’une centaine de lycéens s’y sont rassemblés. En Nouvelle-Aquitaine, plusieurs lycées sont bloqués, à Poitiers, à Bayonne et à Limoges. Idem à Guérande en Loire-Atlantique et à Marseille.

Annonces

A Belfort, une grande masse de lycéens se sont rassemblés devant le lycée Coubet, dans la matinée de vendredi.

Annonces

Annonces

Interrogé sur la situation, un jeune de 16 ans indique à France Bleu Belfort-Montbéliard, que la mobilisation concerne également d’autres établissements dont Notre-Dame, Condorcet, Saintee-Marie et Follereau.

Annonces

Les lycéens ont ensuite prévu de rejoindre les gilets jaunes placés au rond-point du Cora, dans l’après-midi.

Annonces

Annonces

DES INCIDENTS EN CHAMBERY

C’est à Chambéry qu’on a recensé des incidents ce vendredi matin devant les lycées. Selon France Bleu Pays de Savoie, un véhicule de police a été fortement touché.

Annonces

On observe également des feux de poubelles, des jets de projectiles et des panneaux de signalisation endommagés.

Annonces

Les forces de l’ordre ont dû intervenir en lançant du gaz lacrymogène, afin de pouvoir disperser les manifestants. A l’issue de cette altercation, un jeune est placé en garde à vue au commissariat de Chambéry. Les partisans des gilets jaunes augmentent progressivement.

Annonces

D’ailleurs, récemment, plusieurs personnalités déclarent officiellement soutenir le mouvement.

Parmi eux, on compte Franck Dubosc qui a fait une déclaration sur Facebook.

Annonces