Une femme est morte après avoir lavé son nez et s'être infectée par une amibe très rare qui était tombée dans l'eau du robinet

Une femme à Seattle a eu la malchance d’être porteuse d’une infection très rare qu'elle a contracté en buveau de l’eau et a entraîné sa mort.

Cette année au Centre médical suédois de Seattle aux États-Unis, un des cas les plus étranges observés dans le centre hospitalier a été l'encéphalite granulomateuse amibienne (EAG), d'après Seattle Times.

Il s'agissait d'une femme de 69 ans qui s'était lavé le nez avec de l'eau du robinet. Cette contenait une amibe qui a ainsi été transportée directement jusqu'à sa cavité nasale supérieure, pour terminer dans son cerveau.

Après avoir fait une tomographie, les médecins ont pensé qu'il s'agissait d'une tumeur, ce qui les a amenés à prendre la décision d'opérer.

Source: Pixabay

Source: Pixabay

UNE DÉCOUVERTE INATTENDUE

En opérant la soixantenaire, les médecins du centre hospitalier ont eu une surprise: ils ont découvert le véritable mal qui rongeait la femme. Une infection étrange avait provoqué une détérioration de son cerveau qui la conduirait à la mort.

Source: Pixabay

Source: Pixabay

"Lorsque nous avons opéré cette femme, nous avons découvert qu'une partie de son cerveau de la taille d'une balle de golf était pleine de sang", a déclaré le Dr Charles Cobbs, neurochirurgien au centre hospitalier.

"Il y avait ces amibes un peu partout, juste en train de manger des cellules du cerveau, nous ne savions pas ce qui se passait, mais quand nous avons eu le vrai tissu, nous avons vu que c'était l'amibe", a conclu Cobbs.

Source: Pixabay

Source: Pixabay

UNE INFECTION DANGEREUSE ET MORTELLE

Le Dr Jennifer Cope, épidémiologiste au Centre de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré que trois types d'amibes étaient responsables d'infections cérébrales: Balamuthia mandrillaris, Acanthamoeba spp et Naegleria fowleri celle qui a causé la mort de la femme de Seattle.

Source: Pixabay

Source: Pixabay

Ce cas étrange nous fait penser à l'épidémie qui a frappé les Alpes Maritimes en septembre dernier.

Les habitants souffraient en effet du virus du Nil qui peut s'avérer très dangereux et était transporé par les moustiques d'une personne à l'autre. 

Les moustiques responsables de cette épidémie avaient été contaminés par des oiseaux infectés. Les premiers symptômes sont les mêmes que ceux de la grippe, comme la fièvre, les maux de tête, les courbatures, et peuvent ensuite (bien que rarement) dégénérer en troubles neurologiques sérieux.

Les postes connexes
Jan 09, 2019
Signes que votre partenaire est peut-être infecté par le virus du papillome humain
Santé Mar 05, 2019
Un homme se plaint d'avoir le nez bouché: les médecins détectent le phénomène de "dent intranasale"
Conseils Feb 18, 2019
La famille de la jeune fille décédée de la méningite demande au public d’être conscient des symptômes
Jan 12, 2019
Un tigre très rare trouve des humains pour leur demander de l'aide après avoir été blessé