C'est un héros. Mais j'ai perdu un fils : la mère d'Arnaud Beltrame souffre encore beaucoup (vidéo)

Nicolle Beltrame, la mère du colonel Arnaud Beltrame qui a perdu la vie le 23 mars 2018 dans une prise d'otages mortelle dans un Super U, raconte comment elle souffre encore de cette perte aujourd'hui. (Vidéo)

C’était mon fils, est un livre de Nicolle Beltrame, avec Arnaud Tousch, Ed. Albin Michel, qui est sorti le 13 Mars 2019 et qui raconte non seulement qui était le colonel Arnaud Beltrame, assassiné le 23 mars 2018 à Trèbes, ce qui l’a poussée à accomplir ce geste perçu unanimement comme un acte héroïque, mais aussi la douleur d'une mère qui a perdu son fils.

Ce livre doit en majeur partie sa raison d'être à cause de la requête d’Arnaud Tousch de RTL qui avait contacté Nicolle Beltrame le soir de l’attentat, dans le but de lui parler d’Arnaud, son héros de fils. Interrogée par Le Parisien un an après, Nicolle a dévoilé comment elle survit à la disparition de son petit prince sans tabou.

UN HOMME DE CONVICTION

Selon elle, "Arnaud ne s’est pas sacrifié, il a fait son devoir". Mais, elle ne cache pas ses sentiments les plus profonds et intimes par rapport à cet événement qui lui a enlevé son fils adoré, un véritable homme d'honneur. Son fils avait le goût de la vie et était croyant.

Donc, connaissant le caractère de son fils comme le bout de ses doigts, Nicolle essaye d'expliquer que si Arnaud s'était rendu dans ce magasin, "c’est parce qu’il pensait réussir à maîtriser l’assaillant et non pour mourir", étant donné l'entraînement de simulation dans le cadre d’attaque similaire qu'il avait reçu.

"Il avait une telle force de conviction…",

se remémore Nicolle.

UN HÉROS, MAIS AVANT TOUT UN FILS 

Avec pudeur et détermination, elle n’hésite pas à aborder aucun sujet, donnant sa perception de l’honneur, du sens du devoir, des valeurs Françaises. Toutefois, elle évoque sans tergiverser les peurs gouvernementales face au terrorisme, en interpellant le pouvoir et surtout chaque français individuellement.

Ce livre a été rédigé dans cet optique, pour rappeler, également avec dignité et sincérité, sa peine mais aussi sa volonté de continuer à se battre. Et, si tout le monde considère l'acte de son fils comme un geste héroïque, Nicolle rappelle sa place par rapport à toute l'histoire. Car, étant la mère du brave colonel, elle va au-delà de l'héroïsme.

"C’est un héros. Mais moi, j’ai perdu un fils (...) Je ne fais pas le deuil, je continue de vivre avec Arnaud",

dit sobrement la mère éplorée qui croit sincèrement que son fils "aurait fait un général de grand talent".

Un livre qui constitue un témoignage extraordinaire qui fait part de la série de renoncements qui ont mené à la mort tragique d'Arnaud Beltrame. L’exceptionnel attestation d'une mère qui évoque le destin d'une femme qui a perdu son enfant.

LES DERNIERS MOTS DU HÉROS

Né à Étampes (Essonne) de l'union de sa mère Nicolle, infirmière psychiatrique, et Jean-François Beltrame qui s'est faite officiellement le 27 mai 1971 et qui prendra fin 22 ans plus tard car, soit en 1993, le colonel Arnaud Beltrame restera près de trois heures dans le Super U de Trèbes le 23 mars 2018, enfermé avec le terroriste ayant choisi ce jour-là de prendre la place du dernier otage retenu par le terroriste.

Après trois longues heures de négociations pendant lesquelles le gendarme héroïque tentera, en vain, de raisonner le terroriste, Arnaud Beltrame se jette sur le terroriste afin de tenter de le désarmer dernier résiste qui livre une forte résistance. Durant une lutte au corps à corps, le gendarme crier "Assaut ! Assaut !", afin d'indiquer aux forces du GIGN qu'ils doivent intervenir sur le champ car il avait gardé son téléphone portable et l’avait activé afin de permettre aux équipes présentes à l'extérieur d'entendre ce qu'il se passait.

Malheureusement, ce furent les derniers mots qu'auront entendu les personnes présentes de ce héros de l'attentat de Trèbes. Le 27 mars 2018, Arnaud Beltrame sera promu à titre exceptionnel et posthume au grade de colonel et cité à l’ordre de la Nation.