Brigitte Macron, menacée de mort, reçoit une nouvelle lettre de son détracteur de 23 ans

Un Ardennais de 23 ans poursuivi pour menace de mort sur internet envers Brigitte Macron a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Reims. A peine sorti de la salle d’audience, jeune homme lui a envoyé un nouveau message.

Il y a quelques semaines, un internaute originaire des Ardennes avait publié un message particulièrement violent à l’encontre de la Première dame.

UN MESSAGE HAINEUX

Dans un commentaire posté sur la page Facebook du journal L’Union, il avait appelé à "accueillir avec des fusils" l’épouse d’Emmanuel Macron, lors de sa venue au stade Auguste-Delaune à Reims, ce mercredi 20 mars. 

Malgré ces menaces, il a été relaxé par le tribunal correctionnel de la ville juste la veille. En fait, sont les trois lettres terminant son message posté sur Facebook qui auront sauvé le jeune internaute de la condamnation.

"LOL"

"Lol." Ce simple acronyme symbolisant le rire ou l'amusement sur Internet, a visiblement convaincu les juges rémois qu'il s'agissait davantage d'une mauvaise plaisanterie que d'une réelle menace de mort.

"Nous avons simplement affaire à un gamin esseulé qui a fait la bêtise de publier un message"

aurait aussi plaidé son avocat avant d'indiquer que son client aurait un "taux d’incapacité à hauteur de 52%", selon La Voix du Nord.

UNE LETTRE D'EXCUSES

Il y avait d’autres circonstances atténuantes. L’homme a d’abord lui-même regretté un acte "stupide" devant les juges. Puis, comme le rapporte son avocat, Me Azzedine Yahiaoui, il aurait écrit une lettre d’excuses à l'épouse d'Emmanuel Macron.

Bien que cette dernière ne se soit pas portée partie civile, le parquet réfléchit à l’opportunité de faire appel.

UN AUTRE DÉTRACTEUR DU COUPLE PRÉSIDENTIEL A ÉTÉ CONDAMNÉ

Si le jeune Ardennois a obtenu la relaxe qu'il espérait, un Italien de 67 ans qui avait menacé et insulté Emmanuel et Brigitte Macron dans des lettres entre septembre et décembre 2018, n'a pas eu cette grâce du tribunal. 

Il y a quinze jours, le père de famille a été condamné à une amende de 4000 euros.