Alexia Daval a eu "un gout bizarre dans la bouche" : ses soucis que Jonathann savait

Le procès médiatique de Jonathann Daval s’est ouvert le 16 novembre 2020. Depuis lors, de nombreuses hypothèses sur la cause exacte de la mort d’Alexia ont été évoquées. Nous nous intéressons ici aux crises que ressentait la défunte avant sa mort.

Il était tellement attendu. Après trois ans, la famille d’Alexia Daval espère enfin obtenir des éclaircissements sur les circonstances de la mort de leur fille.

LE PROCÈS

Le procès si attendu de l’homme de 36 ans a débuté il y a quelques jours. La famille de la défunte pourra, nous l’espérons, trouver des réponses aux multiples questions qui la hante. Pour rappel, son mari lui a ôté la vie en octobre 2017 et n’a reconnu les faits que quelques mois plus tard.

Cependant, lors de la seconde journée d’audience, Jonathann a affirmé avoir été victime de violences physiques et verbales de la part de son épouse. D’après ses propos, c’est l’une des crises de sa femme qui l’aurait forcé à l’étrangler. Car il voulait qu’elle "se taise". Un aveu qui n’est en rien une sorte de défense.

LE MAL D’ALEXIA

Depuis 2016, Alexia Daval souffrait bel et bien d’un mal inconnu. Lorsque son médecin traitant a été appelé à se présenter à la barre, il a listé les différents symptômes tout en expliquant que sa patiente avait des troubles du langage, une sensation d’ébriété ainsi qu’un goût bizarre dans la bouche.

Préoccupée par son état, la jeune femme s’était rapprochée en mars 2017 d’un neurologue, mais ses examens n’avaient rien révélé.

DES SMS ÉVOCATEURS

L’on se demande alors si Alexia souffrait ou pas de crises ? C’est une hypothèse qui est au centre de ce procès. Après les symptômes qu’elle a ressentis, des SMS y faisant allusion sont entrés en jeu. Ces derniers ont permis de découvrir que son mari était bel et bien au courant de ces crises, car elle en discutait avec lui. La thèse de l’empoisonnement est donc plus que jamais d’actualité.

AFFAIRE DAVAL : UN EXPERT ÉCARTE L’HYPOTHÈSE D’ABUS POST-MORTEM

Le 17 novembre 2020, lors de la deuxième journée d’audience du procès de Jonathann Daval, un rebondissement inattendu s’est produit.

Un expert qui était invité à la barre, a écarté l’hypothèse selon laquelle Alexia aurait subi une agression post-mortem. Nous vous disons tout.

Les postes connexes
shutterstock
Histoires virales Nov 16, 2020
Jonathann Daval avoue être "le seul impliqué" dans le décès d’Alexia
Getty Images
Actualités Nov 06, 2020
Alexia Daval : retour aux tournants et aux zones grises du meurtre
Facebook/alexia.fouillot
Actu France Nov 17, 2020
Meurtre d’Alexia Daval : la théorie d’un possible empoisonnement par Jonathann
Getty Images
People Nov 17, 2020
Affaire Daval : selon un expert, il n’y a pas eu d’abus post-mortem