logo
Une femme debout, les bras croisés, sur un lieu de travail | Source : Getty Images
Une femme debout, les bras croisés, sur un lieu de travail | Source : Getty Images

Mon collègue de travail se moquait de mes implants mammaires, alors que je les ai faits pour prévenir le cancer - Aujourd'hui, j'en ai eu assez

Jacques Ronny
20 mai 2024
22:14

Bonjour à tous, je m'appelle Sharon, et aujourd'hui je souhaite partager une partie de mon parcours qui a été mise de côté, principalement parce que je ne savais pas trop comment en parler sans ressentir une vague d'émotions.

Annonces
Portrait d'une jeune femme avec des ombres qui tombent sur son corps | Source : Pexels

Portrait d'une jeune femme avec des ombres qui tombent sur son corps | Source : Pexels

Il y a quatre ans, la vie m'a lancé une balle que personne ne veut jamais attraper. Ma mère, la femme la plus forte que je connaissais, a perdu sa bataille contre le cancer du sein.

Elle n'était pas la première de notre famille à affronter ce monstre ; ma grand-mère avait également été emportée par la même maladie.

Une femme âgée souffrante à l'hôpital | Source : Getty Images

Une femme âgée souffrante à l'hôpital | Source : Getty Images

Annonces

Compte tenu de nos antécédents familiaux, j'ai décidé de consulter un spécialiste pour savoir si je suivais le même chemin sinistre.

La nouvelle que j'ai reçue n'était pas vraiment un soulagement, mais ce n'était pas non plus le pire des scénarios. Ils ont trouvé des cellules dans l'un de mes seins qui étaient comme des invités non sollicités à une fête - elles pouvaient mettre l'endroit à l'envers à n'importe quel moment.

Vue de dos d'une femme assise sur un lit d'hôpital | Source : Getty Images

Vue de dos d'une femme assise sur un lit d'hôpital | Source : Getty Images

Après avoir discuté de mes options, j'ai opté pour une mastectomie bilatérale. J'avais l'impression de choisir entre plusieurs maux, mais après avoir vu le cancer s'attaquer sans pitié à ma mère et à ma grand-mère, je ne voulais rien laisser au hasard.

Annonces
Une femme déprimée | Source : Pexels

Une femme déprimée | Source : Pexels

Peu après l'opération, je me suis retrouvée avec deux grandes cicatrices roses et déchiquetées. Elles ont fait plus qu'abîmer mon corps, elles ont aussi marqué mon esprit. J'ai sombré dans une profonde dépression.

Je détestais voir mon reflet, j'évitais les miroirs et, les jours difficiles, je ne parvenais pas à arrêter mes larmes lorsque j'apercevais par inadvertance mes cicatrices.

Une femme pleurant devant le miroir | Source : Pexels

Une femme pleurant devant le miroir | Source : Pexels

Annonces

Il m'a fallu un certain temps, mais j'ai fini par trouver le courage de consulter une thérapeute, qui a été une bénédiction.

Après quelques séances, au cours desquelles je me suis épanchée sur mes peurs et mes frustrations, elle m'a fait une suggestion à laquelle je ne m'attendais pas : consulter un chirurgien plasticien.

Une thérapeute prenant des notes pendant une séance | Source : Pexels

Une thérapeute prenant des notes pendant une séance | Source : Pexels

À contrecœur, j'ai suivi son conseil et j'ai consulté un chirurgien plasticien. Les options proposées étaient simples mais décourageantes : une crème, des traitements au laser ou des implants.

Un professionnel de la santé portant un masque facial alors qu'il se tient dans une salle d'opération | Source : Pexels

Un professionnel de la santé portant un masque facial alors qu'il se tient dans une salle d'opération | Source : Pexels

Annonces

J'ai d'abord essayé la crème, m'accrochant à l'espoir d'une solution moins invasive, mais c'était comme jeter de l'eau sur un feu de graisse - inefficace et décourageant. L'option laser existait aussi, mais le coût élevé et le risque d'aggraver la situation m'ont fait fuir. J'ai donc opté pour des implants.

Une femme souriante | Source : Pexels

Une femme souriante | Source : Pexels

Depuis que je les reçus, mon état d'esprit s'est sensiblement modifié. Je me sens mieux dans ma peau, ce qui a fait toute la différence.

Des employées travaillant dans un bureau | Source : Pexels

Des employées travaillant dans un bureau | Source : Pexels

Annonces

Aujourd'hui, j'ai 28 ans et je travaille dans un bureau. Les choses semblent bien meilleures, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Il y a quelques mois, ma collègue de travail, Stasy, a surpris une conversation sur mes implants lors d'une discussion sur les projets de vacances avec un vieil ami.

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans le bureau, et ce à cause de Stasy. Elle ne connaissait pas l'histoire de ma décision, mais seulement le résultat.

Une femme qui parle au téléphone | Source : Shutterstock

Une femme qui parle au téléphone | Source : Shutterstock

Ses taquineries ont commencé peu après. J'entendais des bribes de conversation en passant, quand elle faisait des remarques désobligeantes sur ma poitrine. "Attention, Sharon pourrait exploser dans un avion !" ou m'appelait "Barbie".

Annonces

C'était humiliant, réduisant mon combat à une chute. Je l'ai confrontée à plusieurs reprises, dans l'ascenseur et dans les toilettes pour femmes - des endroits où il n'y a pas un œil dans le ciel pour assister à nos interactions. Mais chaque demande est tombée dans l'oreille d'un sourd.

Une femme en train de rire s'appuie sur une table tout en parlant à son collègue de travail | Source : Pexels

Une femme en train de rire s'appuie sur une table tout en parlant à son collègue de travail | Source : Pexels

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est lorsqu'elle a dit en plaisantant que je venais de la "Silicon Valley" - une remarque qui m'a fait l'effet d'un couteau qui s'enfonce dans mes cicatrices trop réelles. Ce jour-là, je me suis enfermée dans les toilettes et j'ai pleuré.

C'est dans ce moment de désespoir total que j'ai décidé de mettre fin à la cruauté de Stasy une fois pour toutes.

Annonces
Une femme s'aspergeant le visage d'eau dans les toilettes | Source : Pexels

Une femme s'aspergeant le visage d'eau dans les toilettes | Source : Pexels

Le lendemain, j'ai donc décidé qu'il était temps de mettre les choses au clair. Je me suis approchée d'elle alors qu'elle était assise en train de rire avec un groupe de collègues à l'heure du déjeuner.

Tables et chaises dans une cafétéria | Source : Pexels

Tables et chaises dans une cafétéria | Source : Pexels

Annonces

"Sais-tu pourquoi j'ai ça, toi ?", ai-je commencé, la voix posée malgré la tempête intérieure. "Il y a quelques années, les médecins ont trouvé des cellules potentiellement cancéreuses dans mon tissu mammaire. On m'a conseillé de subir une mastectomie et je me suis retrouvée avec d'énormes et affreuses cicatrices sur la poitrine."

Des collègues discutent dans un bureau | Source : Pexels

Des collègues discutent dans un bureau | Source : Pexels

"Je suis allée voir un thérapeute qui m'a envoyée chez un chirurgien esthétique. Il m'a conseillé de me faire poser des implants pour cacher les cicatrices. Et je l'ai fait juste pour pouvoir me regarder dans le miroir sans pleurer. Alors la prochaine fois que tu voudras juger quelqu'un pour sa chirurgie esthétique, tu devrais peut-être lui demander pourquoi il l'a faite."

En lâchant cette vérité, j'ai eu l'impression de lâcher un micro. J'ai ramassé mon plateau de nourriture et je l'ai laissée assise là, sans voix.

Annonces
Personnes descendant l'escalier sur un lieu de travail | Source : Pexels

Personnes descendant l'escalier sur un lieu de travail | Source : Pexels

Les réactions du personnel ont été mitigées. Environ un tiers de mes collègues sont venus me voir le reste de la journée pour m'apporter leur soutien, ce qui m'a rassurée.

Cependant, les autres semblaient penser que Stasy ne faisait que plaisanter et que j'étais trop sensible.

Une femme travaillant sur son ordinateur portable | Source : Pexels

Une femme travaillant sur son ordinateur portable | Source : Pexels

Annonces

Le coup de théâtre suivant s'est produit sous la forme d'un courriel du service des ressources humaines. Ils voulaient me rencontrer le lendemain au sujet d'un "environnement de travail hostile". Mon cœur s'est un peu serré lorsque j'ai vu qui avait signé le courriel - Laura, une amie connue de Stasy au sein des RH.

Une femme vérifie son téléphone | Source : Getty Images

Une femme vérifie son téléphone | Source : Getty Images

À l'approche de la réunion des RH et sachant qu'elle pourrait facilement se retourner contre moi grâce aux relations de Stasy, je savais que je devais rassembler autant de soutien que possible.

Un papier de contrat posé sur une table | Source : Pexels

Un papier de contrat posé sur une table | Source : Pexels

Annonces

Je me suis souvenue d'un élément crucial de mon contrat de travail, à savoir que je devais demander un changement de réviseur si j'avais l'impression d'être biaisée. J'ai donc déterré mon contrat, trouvé la section pertinente concernant un "superviseur impartial" et j'ai fait une photocopie avec les parties clés surlignées.

Une femme qui envoie des textos | Source : Pexels

Une femme qui envoie des textos | Source : Pexels

Me sentant un peu plus forte, j'ai tendu la main à mes collègues qui m'avaient apporté leur soutien. Je leur ai demandé s'ils étaient prêts à écrire et à signer une déclaration sur ce qu'ils avaient entendu et à quel moment.

Tout le monde n'était pas prêt à s'opposer à Stasy, étant donné son influence au bureau, mais une vingtaine de personnes ont accepté de m'aider.

Annonces
Des femmes au bureau | Source : Pexels

Des femmes au bureau | Source : Pexels

Le lendemain, j'ai réussi à rassembler environ 16 lettres signées par mes collègues. Il ne s'agissait pas seulement de notes brèves ; certaines contenaient des listes détaillées de commentaires désobligeants que Stasy avait faits, non seulement à mon sujet, mais aussi à l'égard d'autres personnes.

Un crayon rouge sur une enveloppe blanche à fenêtre | Source : Pexels

Un crayon rouge sur une enveloppe blanche à fenêtre | Source : Pexels

Annonces

Je me suis présentée au bureau des ressources humaines à 10 heures du matin, armée des lettres de mes collègues et de la page photocopiée de mon contrat concernant le superviseur impartial.

Une femme âgée debout, les bras croisés | Source : Pexels

Une femme âgée debout, les bras croisés | Source : Pexels

Lorsque je suis entrée, Laura s'est levée de son bureau, manifestement prête à me conduire dans la salle de réunion.

Apercevant un autre employé des RH qui se trouvait là, j'ai saisi l'occasion pour clarifier la situation. "Alors, c'est avec vous que j'ai rendez-vous ?", ai-je demandé en me tournant vers l'autre membre du personnel des ressources humaines.

Laura s'est empressée d'intervenir : "Non, vous êtes avec moi."

Une salle de réunion dans un bureau | Source : Pexels

Une salle de réunion dans un bureau | Source : Pexels

Annonces

Me sentant un peu acculé mais restant sur mes positions, j'ai répondu : "Cela ne me convient pas, car mon contrat stipule que j'ai droit à un superviseur impartial." Tout en parlant, j'ai sorti la page du contrat de mon dossier. Je ne l'ai pas remise, conscient de la présence de la déchiqueteuse à proximité.

Frustrée, Laura est partie chercher notre superviseur, Jacob. Lorsque ce dernier est arrivé, il m'a demandé directement : "Comment sais-tu qu'elle ne peut pas être impartiale ?"

Un patron masculin | Source : Pexels

Un patron masculin | Source : Pexels

Je lui ai répondu sans détour : "Stasy, qui a déposé cette plainte, est une amie proche de Laura." Il s'est tourné vers Laura, lui demandant si c'était vrai. Elle a simplement répondu : "Je peux être impartiale."

Annonces

Jacob a poussé un profond soupir, puis a fait signe à l'autre représentant des ressources humaines de le rejoindre, décidant que nous devrions tous les quatre examiner la plainte ensemble.

Deux collègues discutent pendant une réunion | Source : Pexels

Deux collègues discutent pendant une réunion | Source : Pexels

Nous sommes tous allés dans la salle de réunion. L'entretien a duré plus de 30 minutes, les RH posant diverses questions qui semblaient tourner autour des mêmes thèmes, formulés de façon légèrement différente.

Un superviseur serrant la main de son employé au bureau | Source : Pexels

Un superviseur serrant la main de son employé au bureau | Source : Pexels

Annonces

Après ce qui m'a semblé être une éternité à me répéter et à défendre mes actions, Jacob s'est finalement levé, signalant la fin de la session. Il m'a dit qu'ils me donneraient des nouvelles lorsqu'ils auraient eu l'occasion de tout examiner - les lettres, les vidéos de surveillance, mes antécédents médicaux et tout ce qu'ils avaient recueilli.

Un chat dormant sous un écran avec les images des caméras de vidéosurveillance | Source : Pexels

Un chat dormant sous un écran avec les images des caméras de vidéosurveillance | Source : Pexels

Je ne savais pas trop comment cela allait se passer, alors j'ai sorti mon CV et j'ai commencé à me préparer au pire des scénarios : une nouvelle recherche d'emploi.

Les données analytiques d'une entreprise et le CV d'une personne posés à côté d'un ordinateur portable | Source : Pexels

Les données analytiques d'une entreprise et le CV d'une personne posés à côté d'un ordinateur portable | Source : Pexels

Annonces

Environ une heure plus tard, j'ai remarqué qu'il y avait à nouveau du mouvement dans le bureau des ressources humaines. J'ai vu toutes les personnes présentes dans la salle de déjeuner ce jour-là, à l'exception de Stasy, être appelées au service des ressources humaines.

Une femme travaillant sur son ordinateur portable | Source : Pexels

Une femme travaillant sur son ordinateur portable | Source : Pexels

Finalement, ce fut le tour de Stasy. Le bureau est devenu silencieux pendant qu'elle se dirigeait vers le service des ressources humaines. Elle s'est absentée pendant environ 40 minutes - deux fois plus longtemps que les autres - et lorsqu'elle est revenue, son visage exprimait une tempête de colère et d'incrédulité. Elle tremblait visiblement de fureur et rangeait ses affaires en soufflant.

Une femme qui crie | Source : Pexels

Une femme qui crie | Source : Pexels

Annonces

Elle a hurlé à qui voulait l'entendre que je l'avais fait renvoyer, sa voix s'élevant au-dessus des claquements de claviers et du bruissement des manteaux que l'on enfile. Sans un regard en arrière, elle s'est engouffrée dans l'ascenseur, laissant dans son sillage une traînée de spéculations chuchotées.

Une femme tenant un carton avec ses articles de bureau à l'intérieur | Source : Pexels

Une femme tenant un carton avec ses articles de bureau à l'intérieur | Source : Pexels

Quelques instants plus tard, un courriel de notification retentit bruyamment dans le bureau désormais plus calme. Il provenait des ressources humaines et indiquait simplement que mon dossier avait été clos.

En fermant mon ordinateur, j'ai ressenti un profond sentiment d'apaisement et un optimisme prudent pour les jours à venir.

Une femme reposant sa tête sur la table | Source : Pexels

Une femme reposant sa tête sur la table | Source : Pexels

Annonces

Pensez-vous que j'ai bien fait ? Que feriez-vous à ma place ?

Cette œuvre est inspirée d'événements et de personnes réels, mais elle a été romancée à des fins créatives. Les noms, les personnages et les détails ont été modifiés afin de protéger la vie privée et d'améliorer le récit. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, ou avec des événements réels est purement fortuite et n'est pas voulue par l'auteur.

L'auteur et l'éditeur ne prétendent pas à l'exactitude des événements ou à la représentation des personnages et ne sont pas responsables de toute interprétation erronée. Cette histoire est fournie "telle quelle" et les opinions exprimées sont celles des personnages et ne reflètent pas les points de vue de l'auteur ou de l'éditeur.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Annonces
info

Les informations délivrées dans cet article ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical professionnel. Tout le contenu, y compris le texte et les images contenues sur, ou disponibles à travers ce AmoMama.fr sont fournis à titre informatif. Le AmoMama.fr ne saurait être tenu responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations à la suite de la lecture de cet article. Avant de commencer un traitement quelconque, veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé.

Articles connexes

3 histoires folles où des épouses et maîtresses se confrontent

03 avril 2024

Une photo sur l'ordinateur de bureau de mon patron a ruiné ma vie

29 mars 2024

5 histoires de personnes qui sont devenues sans-abri pendant les périodes difficiles

06 mai 2024

Mes parents ont dépensé tous les fonds que mon grand-père m'a légués pour mes études, mais le karma a frappé en retour

13 mai 2024

Mon père m'a légué son manoir alors que sa nouvelle femme et sa fille n'ont reçu que 10 000 dollars chacune

17 avril 2024

10 entretiens d'embauche inoubliables qui vous laisseront sans voix

22 janvier 2024

Mon mari a jeté toutes mes robes et tous mes hauts dos nu - Ma vengeance est-elle justifiée ?

13 mai 2024

Mon patron m'a accusée de faire semblant d'avoir un fils et m'a fait arrêter après que j'ai demandé une semaine de congé pour m'occuper de mon enfant malade

31 janvier 2024

J'ai emmené mes petits-enfants à Disney World et maintenant ma belle-fille est en colère contre moi

28 mars 2024

J'ai trouvé une bague étrange dans la voiture de mon mari, ce qui a bouleversé ma vie

21 mars 2024

7 employés parlent des pires patrons avec lesquels ils ont travaillé

27 mars 2024

Ma famille m'a renié et m'a chassé de chez moi - des années plus tard, elle a fait de moi l'unique héritier de tout ce qu'elle possède

07 mai 2024

4 histoires de secret de famille révélés accidentellement par des enfants, chacune comportant un rebondissement dramatique

12 avril 2024

Ai-je eu tort de retourner la liaison de mon mari avec ma cousine contre eux ?

05 avril 2024