Au bord des larmes, un gilet jaune qui a perdu son œil fait un témoignage émouvant

Les accidents survenus lors du mouvement des Gilets jaunes ne sont certainement pas à leur dernière victime. Ce dimanche dernier, un homme qui y a perdu son oeil a fait un témoignage.

Depuis le début du mouvement Gilets jaunes, le nombre des victimes d’accidents et d’affrontement s’accroît à chaque acte.

Dans le bilan constaté jusqu’au neuvième acte, plus de 207 violences policières ont été signalées.

Selon le décompte de la Libération, au moins 69 manifestants ou journalistes ont été blessés par des tirs des Lanceurs de balle de défense ou LDB, dont environ 14 d’entre eux ont été blessés à l’oeil.

Justement, le lendemain de l’acte 10 du mouvement, un homme qui a perdu l’usage d’un oeil a fait un témoignage sur C8.

UNE INCAPACITÉ AU TRAVAIL

Ce dimanche 20 janvier, Les terriens ont partagé sur Twitter la vidéo du témoignage de Jean Marc Michaud après avoir été blessé par le tir d’un LDB. L’homme a été grièvement blessé à l’oeil droite.

Le gilet jaune a expliqué qu’à cause de cet handicap à l’oeil, il se trouve desormais au chômage. En effet, en tant que horticulteur, il travaille au contact de la terre, et s’exposer à la poussière est bien trop risqué dans son état.

"Je suis désolé de parler comme ça, mais j'ai tellement la haine que je ne peux pas le dire autrement (...) on donne des outils à des gens qui ne sont pas en capacité de les utiliser(...) Ce n'est pas normal de faire ça à un peuple"

dit-il après avoir insulté le policier qui lui avait tiré dessus.

Il a reçu un tir de la puissance de 220 joules qui vaut environ 320 km/h droit dans l’oeil. Pour le secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur Laurent Nuñez, ce genre d’arme ne doit être utilisée qu’en circonstance extrêmement grave.  

“En général, dans les manifestations, ils ne sont pas utilisés. Lorsque les LBD sont utilisés, c'est que la manifestation a tourné en guérilla urbaine"

explique-t-il.

ATTAQUE POLICIÈRE DANS UN BURGER KING

Des forces de l’ordre ont été prises en vidéo en train de tabasser des gilets jaunes sans défense et déjà maîtrisés sur le sol  dans un burger king à Paris.

Le jeune Olivier, une des victimes des attaques dans le fast-food, a expliqué qu’il était juste entré dans le restaurant pour se protéger des bombes lacrymogènes.