En larmes, un homme dont la femme est morte après avoir accouchée témoigne: 'Pourquoi il ne l'a pas aidée'

Emilie Kieng, une jeune maman, a malheureusement perdu la vie quelques heures seulement après avoir accouché.

La jeune femme de 34 ans est décédée le 2 décembre 2018 dans la maternité de Vitrolles. Elle venait de donner naissance à sa seconde fille mais est morte d'une embolie amniotique, une maladie très rare et difficile à repérer.

Dévasté, son mari Thierry qui doit désormais s'occuper seul de leurs deux filles demande des réponses et il a décidé de porter plainte contre la clinique pour non assistance à personne en danger et homicide involonataire.

En effet, Thierry a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas après l'accouchement qui s'était pourtant bien passé. Sa femme perdait beaucoup de sang et était fiévreuse.

Inquiet, le père de famille tente d'attirer l'attention des médecins comme il l'a raconté dans une interview déchirante.

"Je suis allé chercher ce docteur et je lui ai dit :'ça ne va pas'. Il me dit : 'Regardez, les constantes sont bonnes, ce sont que des ressentis de la morphine.' J'ai dit: 'Tu entends mon coeur, c'est rien, n'aie pas peur'. Et là, en la relevant, je relève son tee-shirt, elle avait le ventre violet, complètement violet".

En voyant l'état alarmant de sa femme , il va à nouveau s'adresser au médecin qui lui dit qu'il s'agit sûrement des effets secondaires de la morphine et qu'il ne doit pas s'inquiéter. Il lui promet cependant d'aller l'examiner une fois rejoint par le second gynécologue.

Mais quand le médecin anesthésite vient pour examiner Emilie, il a compris à quel point la situation était critique.

"Je le vois partir en courant dans la chambre, demander une aiguille à la sage-femme: 'Donnez-moi vite une aiguille !' Il lui fait une prise de sang. Et là, il se retourne et dit: 'Vous ne voyez pas que les veines sont sèches et plates ?"

Malheureusement, la jeune mère de famille avait déjà perdu trop de sang et elle a perdu la vie quelques heures plus tard. Son mari, Thierry Kieng, ne cherche pas spécialement à se venger, mais il veut comprendre pourquoi personne n'a pris ses inquiétudes au sérieux.

"Moi, ce que je veux savoir, c'est pourquoi il ne l'a pas aidée. Cette embolie amniotique décelée à l'autopsie, peut-être qu'elle y est, je ne le contredis pas" déclare-t-il entre deux sanglots.

"Mais c'est pas une mort certaine. Ils auraient pu faire quelque chose s'ils l'avaient décelée. Ils ont eu 36 heures pour voir ce qu'elle avait. Il y avait des prises de sang. Ils n'ont rien vu."  ajoute le mari dévasté.

UN BÉBÉ BLESSÉ PAR UN SCALPEL 

 Malheureusement, malgré les progrès de la médecine moderne, les médecins ne sont pas infaillibles et il leur arrive parfois de faire de terribles erreurs.

Cet incident qui s’est déroulé à la polyclinique de Reims-Bezannes le 24 août dernier en est un bon exemple. Après avoir subi une césarienne compliquée, une maman décidé de raconter son calvaire sur Facebook.

Le message d’Hélène dont la fille a reçu un coup de scalpel sur le crâne lors d’une césarienne a été partagé près de 10 000 fois depuis la date de sa publication sur son compte Facebook jeudi 30 août dernier.

Les postes connexes
Jan 17, 2019
Une femme est décédée 2 jours après avoir accouché à Marseille : Voici ce dont elle a souffert
Jan 15, 2019
Marseille: Le père de deux enfants pleure la mort subite de sa femme 2 jours après l'accouchement
Dec 12, 2018
Un homme s'effondre en larmes dans la salle d'accouchement après avoir vu la réaction de sa femme
Dec 12, 2018
Un homme prend la décision difficile de sauver la vie de son futur bébé au risque de perdre sa femme