01 février 2019

Emmanuel Macron fait une déclaration inattendue aux journalistes : 'Moi aussi je suis Gilet jaune'

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Une tournure de situation des plus surprenantes, lorsque le chef d’Etat français a pris l’initiative de se “rallier”, en quelque sorte, à la cause du mouvement des Gilets jaunes.

C’est ce jeudi 31 Janvier que la scène se passe, devant les portes ouvertes de l’Elysée. Emmanuel Macron s’est confié devant les journalistes tels que BFMTV, Paris Match ou encore Le Figaro.

Pendant deux heures, il revient notamment sur le mouvement qui, depuis novembre dernier, est un sujet polémique à travers la France, et même à l’international.

Il y affirme, en effet, qu’il n’est pas indifférent aux critiques sur sa façon d’exprimer les choses, jugée arrogante, mais surtout qu’il est ouvert au référendum.

Annonces

Annonces

«Si être Gilet jaune, c’est vouloir que le travail paie mieux, moi aussi je suis Gilet jaune»

Pour le président français, cela est une occasion d’à la fois clarifier sa position face au mouvement, mais aussi de rattraper sa réputation au sein de la population française.

Effectivement, pour un mandat de 5 ans, les derniers mois ne l’ont pas aidé à capturer l’affection du peuple. On parle ici d'événements qui, apparement, ne l’ont pas mis en valeur, pour ne citer par exemple que l’affaire d’Alexandre Benalla.

Par rapport au référendum, Macron «n’exclut rien»

Annonces

Annonces

Bien que Macron affirme :

«Si référendum il doit y avoir, il faut faire en sorte que le Parlement ne puisse pas revenir pendant au moins quelques années sur le choix des Français»,

il reste quand même perplexe sur le fait que, justement, ce vote populaire puisse prendre de court le vote du Parlement. Plus précisément, remettre en cause les décisions prises par ce dernier.

Annonces

Sur ces faits, il n’a pas promis que le référendum en question sera tenu pour une concrète conclusion de cette crise sociale. Il avoue, néanmoins, qu’il «fait partie des sujets sur la table» et qu’il n’exclue rien

Dans la déclaration, il ajoute qu’il a «beaucoup appris de ces 20 mois de présidence» -

«Cela m’a scarifié»,

a-t-il confessé.

Annonces

«Je vais faire beaucoup plus attention. Cela suppose une conversion personnelle.»

Mais ne faint pas d’ajouter :

«Dans le système où nous vivons, cette franchise n’est peut-être plus possible».

LA LETTRE D’EMMANUEL MACRON

Ce n’est sans doute pas la première tentative du président français pour retrouver sa notoriété au sein du peuple qu’il dirige. Effectivement, il y a eu la lettre qui a été attribuée à “tous les Français”, notamment par courrier.

Dans les grands titres, il appelle les Français à prendre part au grand débat national pour “transformer les colères en solution”.

Annonces