"J'aurais aimé avoir eu un avortement tardif plutôt que de donner naissance à ma fille"

Dina Zirlott, mère au foyer de trois enfants mariée et résidant à Mobile, en Alabama, a exposé ses raisons de croire en un avortement tardif. Dans un article pour Huffington Post, elle a révélé comment son premier enfant est né et comment elle l'a perdue.

Zirlott a déclaré que si on lui donnait la possibilité de faire des choses à nouveau, elle aurait opté pour un avortement tardif pour son premier enfant.

Dina Zirlott, 31 ans, n'avait que 17 ans lorsqu'elle a été violée chez elle par un garçon de l'école qu'elle pensait être son ami. Zirlott a invité le garçon chez elle pour voir un film pendant que sa mère dormait.

Il a commencé à toucher sa jambe de façon inappropriée et, dans le but de l'arrêter, l'adolescente s'est levée et est allée chercher de l'eau à la cuisine lorsqu'il a refusé d'arrêter alors qu'elle lui a dit: «Je ne veux pas.» Cependant, il l'a suivie et l'a violée contre le comptoir de la cuisine.

Après le départ du garçon, Zirlott s'est sentie en dehors d'elle-même et elle n'a pas réveillé sa mère ni appelé la police. Elle a déclaré: «Je n’étais pas capable de traiter ce qui s’était passé. Je me suis couchée dans mon lit, j'ai essayé de me prendre dans mes bras, mais je ne pouvais pas supporter de me toucher, pas même de ma main. "

Elle a envisagé de se noyer dans la piscine familiale mais ne l’a pas fait. Au lieu de cela, celle qui était l’étudiante d’honneur du lycée, une majorette universitaire, et une membre de la chorale a vu ses notes chuter dans les trois mois suivant l’incident.

Au moment du viol, elle était une simple élève qui s'inquiétait de ses notes. L'adolescente a quitté le groupe de pom-pom girls et a commencé à tomber malade et à manquer l'école.

Elle a perdu du poids et a activement essayé de se suicider. Près de huit mois plus tard, sa mère a trouvé un livre sur la guérison après un viol enveloppé dans un journal sous son lit. Zirlott a rappelé que sa mère "a pleuré et s'est excusée en racontant tous les signes que j'avais montrés au cours des derniers mois".

Sa mère a agi de manière responsable et l'a emmenée chez son gynécologue pour faire un test de dépistage des IST et de la grossesse. Le test de grossesse s’est révélé positif et c’est à ce moment-là que Zirlott a compris que la maladie dont elle souffrait depuis tout ce temps était liée à sa grossesse.

Elle ne montrait pas de signe de grossesse à cause du poids qu’elle avait perdu et ses «règles avaient toujours été irrégulières». L’adolescente ne pouvait pas comprendre comment quelque chose pouvait grandir en elle, parce qu’elle pensait être «un poison».

Chez le gynécologue, l’infirmière était insensible, lui demandant d’une voix basse: «Savez-vous qui est le père?» La réponse de Zirlott l’arrêta net, «j’ai été violée».

Pour l’échographie, Zirlott a rappelé qu’elle avait «peur de regarder l’écran du sonographe et d’être confrontée à des preuves indéniables». Ce jour-là, elle a découvert qu’elle attendait un bébé.

Puis le médecin lui a annoncé à elle et à sa mère une nouvelle dévastatrice: «Elle a souligné l'obscurité où la matière grise devrait être. Elle a appelé cela l'hydranencéphalie, une anomalie congénitale au cours de laquelle le cerveau ne développe ni l'un ni l'autre de l'hémisphère cérébral, mais se remplit de liquide céphalo-rachidien.

Selon Zirlott:

    «Le fœtus a continué à connaître un développement parce que le tronc cérébral était toujours intact, mais il serait né aveugle, sourd, complètement retardé sur le plan cognitif, sujet aux crises, au diabète insipide, à l'insomnie, à l'hypothermie et à plus encore. La liste de tous les désordres atroces dont elle souffrait était incroyable.

L’adolescente n’a pas pu se faire avorter car elle était enceinte depuis trop longtemps. Quand elle avait 18 ans et attendait son bébé, l'Alabama ne permettait l'avortement que jusqu'au «stade de la viabilité fœtale, généralement entre 24 et 26 semaines de gestation».

"C'était courageux de votre part de partager quelque chose de si personnel avec des étrangers. Merci pour votre histoire."

L'avortement tardif était une option qui ne lui était tout simplement pas offerte. Elle a été forcée d'abandonner l'école à la deuxième semaine de sa dernière année scolaire, car parfois elle voyait son violeur dans les couloirs bondés.

Sa mère et son beau-père ont voulu savoir si elle était disposée à le dénoncer, mais elle ne pouvait pas imaginer faire face à une pièce remplie d’étrangers et devoir raconter à nouveau son histoire de viol. Zoe Lily est née le 27 octobre 2005.

On lui a demandé si elle souhaitait garder son bébé ou juste la laisser mourir, mais Zirlott a choisi de la laisser vivre. Zoé n'a survécu que pendant un an en multipliant les passages à l'hôpital.

"Cette histoire est absolument horrible et c'est la seule qui m’ait fait pleurer pendant que je l'écrivais. Je ne peux qu'imaginer le genre de force surhumaine qu'il faut pour traverser cela - et ensuite en parler publiquement - mais je suis reconnaissante à Dina de l'avoir fait"

Même si cela fait douze ans plus tard, Zirlott pleure toujours pour sa petite fille. Elle a expliqué:

    "Si on m'avait laissé la possibilité de choisir un" avortement tardif ", est ce que je l'aurais fait ? Oui. Cent fois plus, oui. Cela aurait été une gentillesse. Zoé n'aurait pas eu à endurer autant de douleur dans la brièveté de sa vie. Son cœur aurait pu être arrêté quand elle était chaude et en sécurité en moi, et elle aurait été épargnée par tout ce qui a suivi. J'aurais peut-être pu être épargnée aussi.

Zirlott a raconté son histoire parce qu’elle ne pouvait plus la garder pour elle. Elle voulait que les gens qui parlent contre l'avortement tardif entendent sa part des choses.

À l’heure actuelle, les démocrates et les républicains se disputent pour que ces derniers se battent pour le "droit de choisir" de la femme, quelle que soit l’état de sa grossesse. Les démocrates prétendent que les avortements tardifs sont rares et nécessaires uniquement si la santé ou la vie de la mère est en jeu ou si le fœtus souffre d’une maladie mortelle.

Cependant, selon les données du Guttmacher Institute, environ 12 000 avortements tardifs ont lieu chaque année.

Les postes connexes
International Feb 21, 2019
Une gynécologue expérimentée appuie la loi sur l'avortement tardif, disant qu'elle en a déjà fait quelques uns
Parentalité Apr 04, 2019
Après des années d'efforts et 5 fils, cette mère est enfin heureuse d'avoir donné naissance à une fille
Feb 08, 2019
Un "maître herboriste" inculpé dans la mort d'un garçon diabétique pour avoir convaincu les parents de ne pas lui donner de l'insuline
Histoires virales Feb 22, 2019
"C'est ce que fait l'intimidation" : La photo d'une fille épuisée dans son lit d'hôpital a été partagée 297 000 fois