Enfoirés 2019: les créateurs répondent aux questions les plus provocantes sur le profit et les chansons

Si vous avez pour habitude de suivre les concerts des Enfoirés à la télévision, soyez devant votre poste ce vendredi 8 mars à partir de 21h sur TF1.

Les Enfoirés, cette association d'artistes qui se regroupent chaque année depuis 1989 afin de venir en aide à ceux qui sont dans le besoin en récoltant des fonds pour l'association des Restos du coeur.

Tous les ans, de nombreux français sont présents devant leur télévision pour assister au concert annuel. En plus des millions de téléspectateurs, ce sont aussi des milliers de personnes qui viennent directement les voir sur scène.

Récemment, les organisateurs de l'événement ont répondu aux questions de Télé Loisir afin de donner quelques éclaircissements sur des questions que se posent certaines personnes.

Pour commencer, il est vrai que la sélection des artistes qui rejoignent les Enfoirés se base sur plusieurs critères, comme le confirme Anne Marcassus, la productrice des spectacles depuis 1993.

"Il faut avoir fait parler de soi durant l’année écoulée, avoir eu une actualité et apporter un plus au spectacle. Ce n’est pas forcément une question de popularité mais de complémentarité avec la troupe."

"Par exemple, en 2016, nous avons intégré Marie-Agnès Gillot car nous souhaitions avoir une danseuse étoile dans le show. Un chanteur d’opéra ou un violoncelliste pas forcément connu du grand public pourrait participer aux Enfoirés dans les années à venir."

Cette année, huit nouvelles célébrités rejoignent la troupe, comme par exemple Isabelle Nanty, Ary Abittan, Malik Benthala ou Pauline Lefèvre.

En second lieu, Anne Marcassus affirme que les Enfoirés ne sont pas payés par les Restos du coeur.

"C'est évidemment faux ! Tous les artistes sont bénévoles et abandonnent leurs droits d’interprète à l'association."

Les frais liés au son, la lumière, les décors ou les costumes sont payés par TF1, qui récupère l'argent investi grâce aux publicités diffusées pendant le concert à la télévision.

Les assurances et la location de la salle sont quant à elles payées par l'association des Restos du coeur, qui rentre dans ses frais grâces aux subventions et aux partenariats.

Troisième point : Anne Marcassus nous informe que les artistes sur scène ne choisissent pas les chansons qu'ils vont interpréter. Les titres sont sélectionnés par des membres de DMLSTV, puis sont transmis au directeur artistique, Yves Maillet, qui choisit quels artistes se retrouveront sur les tableaux.

"On essaie de faire en sorte qu'on ne retrouve pas chaque année les mêmes personnalités, confie la productrice. Cela varie selon les capacités vocales, de danse ou de comédie de chacun."

Quatrième point, les véritables concerts sont bien plus longs que ce que l'on voit à la télévision. Si on compte 2h45 de temps d'antenne sur TF1, les concerts durent en réalité 4 ou 5 heures.

Sont coupés au montages les sketchs jugés trop "faibles" par la production, qui se retrouvent sur le DVD bonus, et également les moments où les techniciens viennent changer les décors.

Lors de ces changements, les Enfoirés viennent chanter leurs plus grands succès sur scène pour faire patienter le public.

Cinquième et dernier point : Patrice Blanc, président des Restos du coeur, affirme que l'association ne pourrait pas se priver des Enfoirés.

"Tant que les Restos du cœur seront ouverts, nous aurons besoin des Enfoirés. On n’a jamais pu se passer des Enfoirés. Ils ont été créés pour cela, à une époque où les Restos du cœur avaient besoin de ressources supplémentaires. Aujourd’hui, l’association a un exercice déficitaire de 10 millions d’euros, on a donc plus que jamais besoin d’eux"

Chaque année, les ventes de billets, de DVDs, et d'albums rapportent environ 18 millions d'euros à l'association.