"Très affecté mais satisfait" : l'homme qui a aidé sa femme malade à mourir témoigne

L'homme qui a aidé sa femme à mourir se dit "satisfait" parce qu'elle a cessé de souffrir.

"Très affecté, mais satisfait parce qu'elle a cessé de souffrir", a déclaré Ángel Hernández Pardo, l'homme qui a aidé sa femme à mourir. María José Carrasco, qui souffrait de sclérose en plaques depuis 30 ans était totalement dépendante depuis des années.

Il a été libéré jeudi 4 avril après avoir aidé son épouse à prendre du pentobarbital sodique, selon Europa Press. Hernández Pardo a reconnu qu'il s'agissait d'une situation "très délicate", mais qu'il l'a fait parce que sa femme l'avait demandé pendant "très longtemps".

"Elle était très épuisée et souffrait énormément, les recommandations en matière de morphine ne servaient plus et c'est pourquoi nous avons décidé de le faire. On aurait pu le faire un jour avant ou un jour plus tard, mais je souffrais aussi déjà beaucoup parce que c’était vraiment très difficile de penser que je serai celui qui mettrais fin aux souffrances de ma femme." a-t-il raconté.

"Ángel Hernández a accompli un acte d'amour merveilleux, j'aurais fait exactement la même chose. Nous avons tous le droit de vivre et de mourir dans la dignité. Loi d'euthanasie"

Cependant, avant de l'aider, toutes les deux voulaient enregistrer qu'elle l'avait fait sur sa demande expresse. Maria avait été secrétaire du tribunal et savait ce qui pouvait arriver à son mari.

"Elle paniquait à propos de ce qui pourrait m'arriver", a-t-il déclaré, expliquant que si elle enregistrait tout, c'était pour que sa souffrance soit vue et pour que le besoin de réglementer l'euthanasie soit connu.

"La réglementation de l'euthanasie est revendiquée par la société. Nous voulons pouvoir mourir avec dignité. Que les droits ne se détournent pas."

Une norme qui n’est actuellement pas réglementée en Espagne, même si, comme l’a rappelé Hernández Pardo, "beaucoup" de personnes se trouvent dans la même situation que sa femme.

"L’euthanasie comme l’avortement sont des choses que personne n'est forcé de faire. 80% des Espagnols sont en faveur de cela et je ne crois pas qu'ils soient uniquement de gauche. Ma femme est déjà décédée, elle ne bénéficiera pas de cette possibilité, mais de nombreuses personnes sont dans des conditions comme celle-ci et vous devez en prendre soin et vous ne pouvez être traités que par une loi d'euthanasie ", a-t-il déclaré.

UNE HISTOIRE SIMILAIRE EN FRANCE

Anne Bert, écrivaine, a livré un combat sans égal contre la maladie de Charcot qui la condamnait petit à petit à finir emmurée dans son propre corps.

Déjà privée de l'usage de ses deux bras, elle a témoigné lors de l'émission Sept à huit avec émotion et avec une  vérité poignante.  Elle a partagé son chagrin et son impuissance face à l'évolution certaine du mal.

Après mûre réflexion, elle a décidé de se faire euthanasier en Belgique. Son appel  aux candidats à l'élection présidentielle l'année dernière a fait l'actualité, appel à remettre l'euthanasie au cœur des débats.

Les postes connexes
People Mar 12, 2019
"Je m'en vais maintenant'' : La femme d'un pompier révèle ses derniers mots dans une clinique d'euthanasie
Jan 22, 2019
La mère de Julen, le garçon espagnol pris au piège dans le puits, parle encore a son autre enfant décédé avant
Jan 25, 2019
En larmes, un homme dont la femme est morte après avoir accouchée témoigne: 'Pourquoi il ne l'a pas aidée'
Dec 21, 2018
Voici le dernier souhait d'une femme en phase terminale