Pourquoi Brigitte Macron a-t-elle ressenti des "sueurs froides" au petit déjeuner avec François Hollande et Julie Gayet ?

Pauline Théveniaud et Jérémy Marot évoquent dans leur livre "Les apprentis de l'Élysée" (éditions Plon) un gros malaise de Brigitte Macron lors d'un déjeuner avec François Hollande et Julie Gayet.

Les apprentis de l'Élysée sorti aux éditions Plon est un ouvrage dans lequel les auteurs Pauline Théveniaud et Jérémy Marot parlent des petits secrets d'Emmanuel Macron et de sa garde rapprochée, et donnent surtout les résultats de leur enquête sur comment l'équipe s'était adonnée dans sa campagne macroniste pour conduire leur leader au sommet de l'état.

320 pages consacrées a des dizaines d'anecdotes autour du couple présidentiel, mais aussi aux sujets qui ont fait la une des médias durant les premiers 18 mois de son règne a l'Élysée, telles que l'affaire Benalla ou la crise des Gilets Jaunes entre autres. Mais aussi, un livre dans les pages duquel ils se sont notamment proposés de dresser le portrait du "culte de la macronie et de son chef".

SUEURS FROIDES

Relatant cette fois ou François Hollande et Julie Gayet (couple présidentiel de l'époque) avait déjeuné dans l'appartement des Macron, à Bercy, en 2016. À l'insu de François Hollande, la garde rapprochée de Macron débattait du nom du futur parti de Macron, "En Marche", quelques heures auparavant, comme le raconte les auteurs du livre "Un commando œuvrant dans le plus grand secret à la création d'En Marche était dans ces mêmes murs".

Emmanuel Macron, séduit par le nom "En Marche" - nom qui regroupe ses initiales dans ses deux mots -, a caché chez lui, dans un placard loin des regards indiscrets, les pancartes qu'il avait conservées.

Un seul hic... François et Julie débarquent se sont rendus à Bercy pour déjeuner deux jours donc après cette fameuse réunion. Et comme par pur hasard, François Hollande a ouvert le placard où Macron avait dissimulé les pancartes arborant les potentiels noms du futur parti secret, faisant quelques remarques sur les cravates qui s'y trouvaient, sans pour autant rien noter par rapport aux pancartes. Un fait qui a toutefois occasionné des "sueurs froides" chez Brigitte Macron.

"Elle a été quitte pour une bonne frayeur !",

concluent les auteurs.

Heureusement pour les Macron, Hollande n'avait pas trop fouiné dans le placard, sinon l'histoire aurait été toute différente.

RIEN NE VA PLUS

Ces jours semblent marquer une période plus sombre dans la vie d'Emmanuel Macron. Au milieu des départs dans l’entourage du Président qui se multiplient, un pot de départ a été organisé ce lundi 8 avril pour les 17 salariés qui ont terminés leurs travaux dans le palais présidentiel.

Parmi les invités, on peut compter non seulement Stéphane Séjourné, ancien conseiller politique du président qui a décidé de se lancer dans la course aux Européennes, mais aussi Sibeth Ndiaye, ex-responsable de la communication de l'Élysée devenue porte-parole du gouvernement, ou encore Sylvain Fort, ancien écrivain du président, mais aussi Ismaël Emelien, conseiller concerné dans l'affaire Benalla ont été invités.

Selon un familier du pouvoir qui s’est confié à France info, "beaucoup de couples ont explosé, le boulot finit souvent par une valise sur le palier" en raison du fait d'être 24 heures sur 24 au service du président, ce qui résulte en des bureaux qui restent vides des difficultés à trouver des remplaçants, d'où un problème de ressources humaines, d'après la même source. 

Toutefois, un épisode un peu plus sombre a marqué cette "fête". En effet, Brigitte Macron qui s'entend très bien avec Sibeth Ndiaye et Sylvain Fort mais pas avec Ismaël Emelien, était plus tendue avec ce dernier.

Un désaccord entre l'épouse du président de la République et Ismaël Emelien qui aurait commencé depuis le printemps 2017 car, la Première Dame a été irritée par l'arrogance du conseiller pendant la campagne présidentielle, elle aurait interdit ce dernier d'accéder à l'étage où se trouvait son mari lors du dîner de l'entre-deux tours à la Rotonde. Ismaël Emelien avait annoncé sa démission en février dernier.