Un père de deux enfants a été forcé de faire un choix, mais il a perdu ses deux enfants

Matthew Linsey a été obligé de choisir entre sauver sa fille Amelie, 15 ans, ou son frère aîné Daniel, 19 ans, dans le chaos d'une double explosion suicide à l'hôtel Shangri-La de Colombo, au Sri Lanka.

Un frère et une soeur adolescents sont les derniers Britanniques à avoir été déclarés parmi les victimes des attentats terroristes à la bombe perpétrés au Sri Lanka, faisant plus de 300 morts.

La fille du londonien Matthew Linsey, Amélie, 15 ans, et son fils Daniel, 19 ans, ont été tués lorsque l'un des sept kamikazes a frappé l'hôtel Shangri-La à Colombo.

La famille prenait son petit-déjeuner à l'hôtel et avait échappé à une explosion avant de se faire prendre dans un deuxième attentat quelques instants plus tard.

Les informations ont été rapportées lorsque le pompier à la retraite Bill Harrop et son épouse, Sally Bradley, de Manchester, ont été nommés parmi les personnes décédées après l'explosion d'une bombe le dimanche de Pâques.

M. Linsey, 60 ans, a déclaré au Times qu'il avait été confronté à une décision désespérée quant à ses enfants blessés pour savoir lequel sauver après l'explosion.

"Je ne pouvais pas les déplacer, ils ont tous deux été assommés", a-t-il déclaré.

"Mon fils avait l'air pire que ma fille. J'ai essayé de le ranimer. Une dame a dit qu'elle prendrait ma fille. J'ai amené mon fils en bas à une ambulance, nous l'avons emmené à l'hôpital. J'ai crié : "S'il vous plaît, aidez mon fils, aidez-moi s'il vous plaît, aidez-moi s'il vous plaît. Je ne pouvais pas la trouver parce que j'étais avec mon fils. Ils sont malheureusement décédés."

Son fils aîné, David, 21 ans, a déclaré que ses frères et sœurs avaient échappé à une explosion mais avaient été rattrapés par une seconde, quelques instants plus tard.

Il a confié au Mail : "Mon père a déclaré qu'ils avaient tous été pris dans une deuxième explosion alors qu'ils tentaient de s'échapper. Mon frère et ma sœur ont été instantanément inconscients et ont été emmenés à l'hôpital, mais ils ne se sont jamais réveillés. Mon père est sous le choc et n'a pas beaucoup parlé de cela. Il essaie d'être fort pour mon petit frère qui a 12 ans, et pour ma mère."

Huit Britanniques comptaient parmi au moins 310 personnes tuées dans les explosions perpétrées dans les hôtels et les églises lors d'une série d'attaques coordonnées. Plus de 500 personnes ont été blessés.

Les premières funérailles de masse ont commencé mardi au Sri Lanka, alors que le pays a célébré une journée de deuil pour les victimes. Le pays a observé trois minutes de silence et l'état d'urgence a été mis en place pour empêcher de nouvelles attaques.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de ces attaques, mais des responsables sri-lankais ont nommé une organisation extrémiste islamique peu connue, la National Thowfeek Jamaath. Les sept kamikazes étaient tous des citoyens sri-lankais, mais le groupe aurait des liens avec des réseaux terroristes étrangers.

La police a arrêté 40 suspects mardi matin. Le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a déclaré que le Royaume-Uni apporterait son soutien au Sri Lanka dans les prochains jours.

Il a déclaré que les attaques terroristes étaient "absolument dévastatrices et méprisables" et que "le fait que ce soit arrivé le dimanche de Pâques est une chose qui ébranlera les peuples du monde entier, de toutes les confessions".

Les drapeaux de l'Union sur Downing Street et dans le bâtiment du Foreign Office doivent être mis en berne mardi en deuil des victimes de l'attentat, a annoncé le FCO lundi soir.

L’une des branches de l’enquête au Sri Lanka consistera à déterminer ce que les services de renseignement savaient de l’attaque. Le ministre des Télécommunications, Harin Fernando, a en effet déclaré sur Twitter :

"Certains agents du renseignement étaient au courant de cet incident.Il y avait donc un retard dans l'action. Ce que mon père a entendu venait aussi d'un officier du renseignement. Des mesures sérieuses doivent être prises pour savoir pourquoi cet avertissement a été ignoré."

Un couvre-feu a été imposé dimanche soir et les autorités ont également restreint l'utilisation des réseaux sociaux, affirmant que cette mesure visait à empêcher la propagation de fausses informations. Le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, a condamné "les attaques lâches contre notre peuple".

Les postes connexes
Actualités Apr 23, 2019
Un mari dévasté, à l'annonce du décès de sa femme et ses deux enfants au Sri Lanka
Actu France Apr 22, 2019
La tour Eiffel a éteint ses lumières en hommages aux victimes de l'attentat au Sri Lanka
People Apr 23, 2019
Anders Holch Povlsen a tragiquement perdu trois de ses enfants dans l'attaque
Parentalité Mar 18, 2019
Une femme a perdu tous ses poils irrémédiablement après la naissance de ses deux enfants