Colmar : 5 ans de prison pour la nounou qui a rendu l'enfant invalide

Des parents d'un petit garçon soupçonne leur nounou d'avoir secoué leur bébé de 5 mois. La nounou a été jugée coupable.  

Tout a basculé, le 7 octobre 2015, quand ils ont reçu un appel de leur assistante maternelle Sylvie Schneider pour les alerter que leur enfant ne se réveillait plus. Maintenant, le petit Axel est âgé de 4 ans.

Le garçonnet est incapable de marcher, il ne parle pas, il n'interagit qu'avec quelques sourires. Le pauvre enfant est victime d'infirmité motrice cérébrale.  

Une enquête a été ouverte, des proches et des experts ont comparu devant le juge d'instruction.

"Rien dans son carnet de santé ne présentait une notion d’anomalie de nature à expliquer ce qui s’est passé. Tout cela n’entraînent pas d’hémorragies rétiniennes et d’hématomes sous-duraux comme ceux provoqués par un secouement violent",

a soutenu Anne-Laurent Vannier, experte en syndrome de bébé secoué auprès du tribunal.

Quant à la version de la nounou, l'enfant aurait fait un malaise. La procédure d'instruction a duré trois années.

Le mercredi 15 mai 2019, l'assistante maternelle a été jugée coupable aux assises de Colmar.

La quinquagénaire est condamnée à cinq ans de prison dont deux avec sursis. La justice lui interdit définitivement d'exercer le métier d'assistante maternelle.

"Ce qui est arrivé à Axel n’est pas normal. Ce n’est pas un accident. C’est un crime",

a dit Bleykasten, avocat des parents du petit garçon handicapé lors des perquisitions.

La décision de justice rendue n'a pas totalement satisfait la partie demanderesse.

"La nounou encourait vingt ans de prison maximum, elle en prend cinq, c'est dérisoire. Ce n'est pas un plaisir d'envoyer quelqu'un en prison, mais c'est quand même un énorme soulagement",  

a exprimé maître Bleykasten.

Pour la famille du petit Alex, la peine "paraît assez faible", et a expliqué également qu'aucune peine ne pourra rendre ce qu'elle a perdu en 2015.

Sylvie Schneider, qui n'a pas cessé de clamer son innocence, n'envisage pas de faire appel.  

UNE MERE DE FAMILLE ACCUSÉE D'AVOIR SECOUÉ SON ENFANT

Tout a commencé le 16 février 2015 lorsqu'un bébé appelé Hylann avait une fièvre de 38,5 °C et n'arrêtait pas de pleurer. Vanessa, sa mère, a alors consulté sa pédiatre en craignant que l'enfant avait contracté la grippe dont souffrent deux membres de la famille.

Vanessa Keryhuel a été accusée à tort d'être à l'origine du syndrome du bébé secoué de son fils de 2 mois. Elle réunit 200 familles pour prouver le contraire.