Rachida Dati, en larmes, évoque son mariage forcé et ses fausses couches

Le lundi 25 novembre 2019, Rachida Dati était l’invitée de l’émission “Morandini Live” sur CNews. La candidate LR à la mairie de Paris avait parlé de son livre intitulé : "La confiscation du pouvoir" et d'un passage sombre de sa vie, à savoir, son mariage forcé.

Ministre de la Justice entre 2007 et 2009, Eurodéputée pendant une décennie, élue maire du 7e arrondissement de la capitale, Rachida Dati a eu une brillante carrière politique.

Actuellement en lice pour conquérir le fauteuil de la socialiste Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, pour 2020, l’ancienne garde des Sceaux s’est livrée sur une partie plus personnelle de sa vie. 

"On vivait mal que je sois célibataire à 25 ans”

Dans son œuvre intitulée “La confiscation du pouvoir”, Rachida Dati revient sur une période difficile de son passé, à savoir son mariage forcé en novembre 1992.

À cette époque-là, elle a dû se marier avec un homme qu’elle n’aimait pas. Un mois plus tard, Rachida Dati avait alors décidé de briser cette union devant la justice, ce qu’elle a obtenu près de trois ans plus tard. 

"On vivait mal que je sois célibataire à 25 ans, que je vivais et travaillais à Paris, que j’avais changé la vie de mes parents",

confiait la femme politique.

UN DUR COMBAT

Selon l’élue Parisienne, si elle avait accepté de se marier, c’était par respect pour ses parents, et puis elle avait besoin d’eux.

"J’ai accepté un mariage forcé pour ne pas me mettre en rupture avec mes parents, car je les aimais trop et avec mes frères et sœurs, car j’avais besoin d’eux",

expliquait-elle. Une décision qu’elle ne tardera pas à regretter.

"J’ai accepté et puis le 23 décembre, j’étais dans le bureau du procureur. […] J’ai appelé à l’aide Simone Veil notamment et nous avons mis trois ans avant d’obtenir cette annulation. J’ai quitté la France, j’ai travaillé à Londres pour Jacques Attali, car ce n’était plus possible à ce moment-là",

renchérit l’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, avant de rappeler à quel point son combat fût pénible :

"Arrêter pour moi, c’était simple. J’ai pensé au pire. Mais je me suis dit ‘j’abandonne maman et mes frères et sœurs’, ce n’était pas jouable. […] C’est un combat qui vous dépasse."

Lors de ce passage sur "Morandini Live",  la politicienne a également évoqué ses grossesses difficiles. Alors qu'elle était à l'âge de 44 ans, en janvier 2009, elle a accouché d'une petite fille prénommée Zohra.

"Cette grossesse n'a pas été simple, je n'en ai jamais parlé. Je risquais de la perdre. J'ai tellement fait de fausses-couches. C'était pour moi un enjeu. Cette petite fille qui était dans mon ventre me servait de protection", 

confie-t-elle.

UNE ALLUSION À UN RETOUR DE NICOLAS SARKOZY

Rachida Dati avait fait surpris bon nombre de gens au mois d’avril 2019. En effet, dans son œuvre intitulée “Tout restera en famille”, l’ancienne garde des Sceaux a fait une allusion à un retour de Nicolas Sarkozy, l’ancien président de la République, sur le devant de la scène.

Les postes connexes
twitter.com/le_Parisien
Célébrités Sep 27, 2019
Décès de Jacques Chirac : En larmes, sa fille adoptive Anh Dao Traxel lui rend hommage
instagram.com/raphaele_kohlanta
Koh-Lanta Sep 29, 2019
Raphaële (Koh-Lanta) 'toujours dévastée' 3 mois après sa fausse couche à 7 mois
YouTube/WeRiseUP
People Aug 22, 2019
Alanis Morissette, à nouveau maman : les multiples fausses couches dont elle a été victime
Getty Images
Célébrités Sep 17, 2019
Les détails du mariage coûteux de Manuel Valls et Susana Gallardo