Elisabeth Quin devient progressivement aveugle : une maladie qui lui gâche la vie depuis 17 ans

Myope depuis son adolescence, cela fait néanmoins près de deux ans qu’Elisabeth Quin se bat quotidiennement contre la cécité qui la gagne de jour en jour. Dans une interview avec Le Parisien, la quinquagénaire confie ses plus grandes peurs et angoisses.

Février 2019, la présentatrice du magazine “28 minutes”, diffusée sur Arte, a annoncé être atteinte d’un double glaucome. Perdant progressivement la vue, le quotidien d’Elisabeth Quin est devenu un combat qu’elle mène avec force et courage.

Dans son livre “La nuit se lève”, l’écrivaine française retrace son calvaire et les épreuves qu’elle a dû traverser à cause de la maladie dégénérative du nerf optique.

Elisabeth Quin assiste au photocall de "Haut Les Filles" lors du 72e Festival de Cannes le 21 mai 2019 à Cannes, France. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin assiste au photocall de "Haut Les Filles" lors du 72e Festival de Cannes le 21 mai 2019 à Cannes, France. | Photo : Getty Images

LE DIAGNOSTIC “FROID” DU MÉDECIN

Il faut savoir qu’Élisabeth Quin était myope dès son adolescence. Une myopie qui s’est aggravée avec le temps mais la présentatrice ne s’en souciait guère. Toutefois, un jour, ayant suivi les conseils d’une amie, elle consulte un grand ophtalmologue.

Ce dernier, qui, bien que très savant, n’avait pas l’humanité que cherchait la compagne de François Armanet. En effet, le spécialiste lui a dit sèchement son diagnostic. À l’issue de ce dialogue, Élisabeth Quin a appris qu’elle avait un glaucome au niveau des deux yeux.

Elisabeth Quin assiste au photocall pour "Haut Les Filles" lors du 72ème Festival du Film de Cannes le 21 mai 2019 à Cannes, France. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin assiste au photocall pour "Haut Les Filles" lors du 72ème Festival du Film de Cannes le 21 mai 2019 à Cannes, France. | Photo : Getty Images

Comme il fallait s’y attendre, l’annonce a complètement bouleversé la femme qui ne voulait pas perdre la vue et qui fera tout pour ne pas la perdre.

“Le mot glaucome m'a foutue par terre : il signifiait un drame redouté par tous les bigleux, la perte de la vue. Sans plus d'explications, je me suis retrouvée sur le trottoir, seule et vacillante”,

s’est-elle souvenue de ce terrible souvenir.

Elisabeth Quin pose pendant le photocall pour le film 'Haut Les Filles' au 72e Festival du Film de Cannes à Cannes, France le 21 mai 2019. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin pose pendant le photocall pour le film 'Haut Les Filles' au 72e Festival du Film de Cannes à Cannes, France le 21 mai 2019. | Photo : Getty Images

UN DÉNI QUI A DURÉ SIX MOIS

Comme beaucoup de personnes confrontées à une épreuve difficile, la quinquagénaire aux cheveux d’argent, rongée par la peur, n’a pas accepté sa situation.

“J'ai eu peur, car je savais qu'il s'agissait d'une maladie évolutive et grave. J'avais à peine 40 ans : apprendre que j'allais perdre la vue a été un coup sur la tronche.”,

a-t-elle dit au Parisien.

Elisabeth Quin pose lors de l'émission télévisée "La Grande Librairie" sur France 5 à Paris, France le 23/01/2019. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin pose lors de l'émission télévisée "La Grande Librairie" sur France 5 à Paris, France le 23/01/2019. | Photo : Getty Images

Après quoi, s’ensuit une période de déni. Ainsi, durant six longs mois, elle refusait qu’elle avait le glaucome. Seulement, une amie lui est venue en aide et l’a raisonnée. Grâce à elle Élisabeth Quin va à nouveau consulter un ophtalmo. 

SES CRAINTES ET SES ANGOISSES

Malgré le fait que celle qui présente “28 minutes” sur Arte a accepté sa maladie, elle ne se résigne pas pour autant, c’est même le contraire. Décidée plus que jamais à chasser cette obscurité qui plane sur son monde, la femme de 57 ans se bat avec courage chaque jour.

Elisabeth Quin assiste à la Tan Giudicelli - Aperçu de l'exposition de dessins et accessoires à la Galerie Pierre Passebon le 28 juin 2018 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin assiste à la Tan Giudicelli - Aperçu de l'exposition de dessins et accessoires à la Galerie Pierre Passebon le 28 juin 2018 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Toujours est-il que cette dernière a des craintes et angoisses qu’elle a confiées dans son livre “La nuit se lève”. Par ailleurs, dans un récent entretien avec Le Parisien, la journaliste est revenue sur ses peurs.

“De ne plus pouvoir faire toutes les choses que j'aime : contempler le visage de ma fille, aller au spectacle et au cinéma avec mon amoureux, m'extasier devant un paysage, admirer un tableau, travailler…”,

a-t-elle énoncé ses peurs avant de dire que sa plus grande est celle de ne plus pouvoir lire.

Elisabeth Quin assiste à l'exposition «Azzedine Alaia: Je Suis Couturier» dans le cadre de la Fashion Week de Paris. Tenue à la «Galerie Azzedine Alaia» le 21 janvier 2018 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin assiste à l'exposition «Azzedine Alaia: Je Suis Couturier» dans le cadre de la Fashion Week de Paris. Tenue à la «Galerie Azzedine Alaia» le 21 janvier 2018 à Paris, France. | Photo : Getty Images

“La vision n'est pas une fin”

Élisabeth Quin a néanmoins terminé avec un message d’espoir. Après avoir raconté qu’elle ne voulait pas apprendre le braille par superstition et qu’elle allait essayer de repousser le plus tard possible son opération au laser, elle se souvient de Salim Ejnaïni, un de ses invités dans “28 minutes” sur Arte.

“Frappé par un cancer de la rétine à l'âge de 6 mois, il est devenu un cavalier hors pair (...). Ce genre de parcours me laisse penser que la perte de la vision n'est pas une fin.”,

a-t-elle dit.

Elisabeth Quin assiste à la première de Paris "Maria By Callas" au cinéma UGC Normandie le 5 décembre 2017 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Elisabeth Quin assiste à la première de Paris "Maria By Callas" au cinéma UGC Normandie le 5 décembre 2017 à Paris, France. | Photo : Getty Images

MARIA NE VEUT PLUS ÊTRE CONSIDÉRÉE AVEUGLE

Si Élisabeth Quin n’est pas encore entièrement aveugle, une cadidate de “The Voice”, Maria, l’est. Toutefois, malgré sa cécité, la jeune femme ne veut pas qu’on la considère aveugle. Découvrez son histoire.

Les postes connexes
Shutterstock
Parentalité Sep 05, 2020
La mère s'est sentie dévastée lorsqu'elle a eu un cancer, puis sa fille a également été diagnostiquée comme ayant un cancer
instagram.com/tarayrenorbert
Parentalité Oct 18, 2020
Norbert Tarayre a été "paniqué" avant d'annoncer la nouvelle à ses filles
Twitter/cavousf5
Célébrités Oct 08, 2020
“C à vous” : Catherine Laborde évoque la maladie à corps de Lewy, les téléspectateurs émus
Shutterstock
Santé Oct 30, 2020
La lutte des personnes qui ont surmonté, ou luttent contre le cancer