Assassinat de Samuel Paty : derrière les mensonges à l'origine de la tragédie

L’origine de l’assassinat du professeur Samuel Paty a été confirmée le 07 mars 2021 grâce à l’aveu d’une collégienne.

Quelques jours après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet, Samuel Paty a été retrouvé décapité par des jeunes assaillants.

D’ailleurs, d’après des informations obtenues par le journal Le Parisien, le meurtre du professeur d’Histoire-Géo a été causé suite à une publication d’une vidéo mensongère qu'une fille de 13 ans a publiée, contre son enseignant.

Une manifestante porte un masque avec le slogan "Je Suis Samuel". | Photo : Getty Images

Une manifestante porte un masque avec le slogan "Je Suis Samuel". | Photo : Getty Images

LES MENSONGES D’UNE ADOLESCENTE

Tout a commencé le 05 octobre 2020, lorsqu’un professeur d’Histoire-Géo du collège du Bois d’Aulne a voulu montrer à ses élèves de 4ème, des caricatures du prophète Mahomet qui ont été publiées par Charlie Hebdo.

Avant de montrer les dessins, l’enseignant a d’abord averti ses élèves un jour avant, en assurant à ceux qui sont musulmans, qu’ils ne sont pas obligés d’assister au cours pendant quelques instants s’ils ne souhaitent pas voir les caricatures.

Une femme tient une photo de Samuel Paty, place de la Liberté à Lille le 18 octobre 2020. | Photo : Getty Images

Une femme tient une photo de Samuel Paty, place de la Liberté à Lille le 18 octobre 2020. | Photo : Getty Images

Une élève s’y est opposée face à cela, avec insolence. Malgré cela, le professeur a quand même montré les dessins aux élèves le lendemain. 

D’ailleurs, la collégienne n’a pas assisté au cours le 06 octobre et le lendemain, à cause de son comportement et de son non-respect de ses heures de retenue, celle-ci a été exclue de 2 jours.

À cause de la situation, la jeune fille s'est plainte auprès de son père en l’assurant d'avoir assisté à la projection de dessins. Selon ses dires, l'enseignant avait stigmatisé des élèves musulmans.

Une personne tient une pancarte avec le portrait du professeur d'histoire Samuel Paty alors que les gens se rassemblent sur la place de la République à Paris le 18 octobre 2020. | Photo : Getty Images

Une personne tient une pancarte avec le portrait du professeur d'histoire Samuel Paty alors que les gens se rassemblent sur la place de la République à Paris le 18 octobre 2020. | Photo : Getty Images

UNE VIDÉO DÉNONÇANT LE PROFESSEUR

Suite à cela, le père a répandu des vidéos dénigrant le professeur, bien sûr, dans l’ignorance de la vraie raison pour laquelle sa fille a été exclue de son collège. La vidéo du père et de la fille a bien attiré l’attention de nombreuses personnes.

“Ensuite, ce professeur diffuse l'image de quelqu'un nu et leur dit que c'est le prophète des musulmans notre cher bien aimé prophète”, 

aurait dit le professeur après avoir demandé aux élèves musulmans de sa classe de lever la main, selon le père de la jeune fille. Dans une de ses vidéos, Brahim C.

Marche blanche pour Samuel Paty. | Photo : Getty Images

Marche blanche pour Samuel Paty. | Photo : Getty Images

L’AVEU DE LA COLLÉGIENNE

Après l’assassinat de son professeur, la jeune fille a été mise en examen le 23 novembre 2020. Pendant son interrogatoire, la collégienne a maintenu ses accusations à l’encontre du défunt professeur. 

Pendant son témoignage, elle a aussi insisté sur le fait que les confirmations de ses camarades aux enquêteurs étaient fausses, concernant son absence pendant le cours de la liberté d’expression.

Deux jours après, la fille de Brahim C. a finalement avoué avoir menti. Étant complexée face à la réussite scolaire de sa sœur jumelle, la jeune fille de 13 ans a évoqué qu’elle n’a pas osé avouer à son père les vraies raisons de son exclusion qui l’avait poussée à mentir.

"Là, je vais montrer une image, vous allez être peut-être choqués donc si vous voulez vous pouvez sortir du cours", 

avait, en fait, demandé le professeur aux élèves musulmans.

Elle a également avoué, devant le juge antiterroriste, qu’elle était absente pendant le cours du défunt enseignant sur la liberté d'expression.

“Je n'étais pas là le jour des caricatures”, 

a-t-elle confirmé

PUBLICATIONS MENSONGÈRES DE BRAHIM C.

Brahim C. est le père de la jeune fille de 13 ans qui a envoyé des vidéos mensongères contre le professeur Samuel Paty. Et selon les informations relayées par Le Parisien, le père de famille aurait reçu un coup de fil de la part du tueur.

Bien que le quadragénaire est connu grâce à son activité en ligne qui démontre que celui-ci est un homme très religieux et prosélyte, il avait tout de même diffusé des informations dénigrant l'enseignant de sa fille.

Concernant son activité en ligne, celui-ci a beaucoup investi dans des actions de bienfaisance. Toutefois, ce même compte a donné naissance à la polémique en ligne dans l’affaire de l’assassinat du professeur Samuel Paty.

HOMMAGE À L’ENSEIGNANT DANS SA VILLE NATALE

Samuel Paty était un professeur comme les autres. Suite à des fausses informations, celui-ci a été victime d’un attentat tragique. 

Après son meurtre, le quadragénaire avait droit à un touchant geste d'hommage de la part des habitants de sa ville natale.

Les postes connexes
Samuel Paty : Didier vit sous protection policière après une lettre ouverte pour défendre un enseignant
Actu France Feb 08, 2021
Samuel Paty : Didier vit sous protection policière après une lettre ouverte pour défendre un enseignant
La question de Samuel Paty à ses élèves quelques jours avant son décès
Twitter/EmmanuelMacron
Actu France Dec 10, 2020
La question de Samuel Paty à ses élèves quelques jours avant son décès
Samuel Paty a fait une erreur, selon l’inspection académique
twitter.com/LeParisien_75
Actu France Nov 21, 2020
Samuel Paty a fait une erreur, selon l’inspection académique
La soeur de Samuel Paty déclare :"Avec Hugo, c'était vraiment un papa poule"
Twitter/OmarSy
Actu France Nov 09, 2020
La soeur de Samuel Paty déclare :"Avec Hugo, c'était vraiment un papa poule"