logo
pixy.org  shutterstock
La source: pixy.org shutterstock

Yvelines : la police intervient 96 fois pour une plainte contre le coq du voisin

Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Plus qu’un fait divers, un coq jugé un peu trop bruyant, a fait l’objet de plusieurs appels à la police, 96 fois pour être plus précis, en l’espace de trois mois.

Annonces

Jean-Claude propriétaire d’Elliot a été relaxé, après avoir été l’objet de plainte de la part de sa voisine, dans les Yvelines. Qui juge son coq est un peu trop bruyant. Une plainte que les propriétaires de l’animal ont du mal à comprendre.

DES ACCUSATIONS ACHARNÉES

Dans la commune de Mantes-la-Jolie, on garde en mémoire cette histoire insolite, orchestré sur un coq baptisé, Elliot. En effet, face au quotidien Le Parisien Jean-Claude l’un des propriétaires de l’animal mis en cause se souvient.

Annonces

S’il est mentionné par le journal qu’à l’arrivée sur les lieux, dans les Yvelines, le coq semblait vraiment très calme du moins pendant une heure, pour la voisine des propriétaires d’Elliot, ce n’est pas le cas.

La Police Nationale | Photo : Getty Images

Annonces

En effet, dans une période de trois mois, elle a fait intervenir la police à 96 fois chez ses voisins. Une histoire qui a fait des grabuges, puisque des experts de l’environnement avaient été dépêchés, et l’usage d’un sonomètre avait aussi été requis.

Mais malgré tout ce tapage, les propriétaires d’Elliot qui avaient été interpellés, sont désormais libres sans avoir à payer d’amende ou à se débarrasser de leur animal.

La Gendarmerie Nationale | Photo : Getty Images

Annonces

UNE AFFAIRE QUI EXASPÈRE

En effet, Jean-Claude ne comprend pas pourquoi de ses 7 voisins, une seule personne se plaint d’un chat de coq jugé intempestif. De sorte à saisir la justice pour mettre fin à ce vacarme.

Après qu’un expert du ministère public ait été appelé à utiliser un sonomètre, ce dernier a vraiment été exaspéré de constater qu’il s’agissait d’une dépense inutile.

La Gendarmerie Nationale | Photo : Getty Images

Annonces

Et apparemment, le magistrat du tribunal de police de la ville de Versailles semblait aussi du même avis, en relaxant les accusés sans aucune charge. Une décision qui ravit Jean-Claude qui a avoué que même si son cas ressemblait à une autre, il n’aurait jamais tué son coq.

LE POSSESSEUR DE NARCOS IDENTIFIÉ

Après avoir été attaché à un arbre et abandonné par son maître Narcos un chien vivant dans la Vendée est au cœur d’une vive colère sur les réseaux sociaux, surtout de la part des défenseurs de la cause animale. Mais pour l’heure, son propriétaire a été identifié. Zoom sur les faits.

Annonces