Charlie Le Mindu : l’histoire d’un coiffeur qui a créé des tenues avec des cheveux humains

Charlie Le Mindu est un expert de la haute coiffure. Au cours des 15 dernières années, il a travaillé avec Lana Del Rey, Florence Welch, Troy Sivan et Peaches. Charlie a également créé des dizaines de tenues pour Lagy Gaga conçues à partir de cheveux humains et des costumes pour trois spectacles de ballet, tout en restant un représentant éminent de la culture underground. Découvrez son histoire.

Quel est votre parcours ? 

J'ai commencé à 13 ans à Bergerac, à Bordeaux, dans un salon de coiffure très traditionnel. J'y faisais des coupes de cheveux pour les personnes âgées. Parfois je travaillais aussi à la retraite pour apprendre les techniques classiques. À 15 ans j'ai travaillé dans un salon où j'ai rencontré une fille, Caroline Bambina, du groupe Kap Bambino. Elle m'avait enseigné beaucoup de techniques modernes. J'ai appris quelques techniques punk. À 16 ans, je suis parti à Berlin, où je me suis découvert. J'ai créé un système de salon pop-up. J'apporte mon kit, mon cheer et un miroir dans le club. J'aimais les boîtes de nuit et je voulais travailler avec elles. Six ans plus tard, lorsque la vie nocturne est devenue trop dangereuse pour moi, j'ai déménagé à Londres. C'est là que j'ai commencé à faire des vêtements. En fait, j'ai toujours été motivé par la mode. Ma plus grande inspiration était les créateurs de mode et les architectes. J'ai décidé de créer ma propre collection de cheveux.  En 2009, je l'ai présentée à la Semaine de la mode de Londres. J'ai défilé à Londres pendant environ sept ans, puis j'ai créé une collection de haute couture que j'ai présentée à Paris. À ce moment-là, j'ai réalisé que j'aimais faire le travail de mes clients, car je peux changer leur vie et je peux voir le mouvement des cheveux. J'ai donc commencé à faire des spectacles. J'ai commencé à faire des vêtements et des costumes pour les danseurs et pour le ballet. Je les ai montrés au Palais de Tokyo à Paris et j'ai fait quelques expositions.

Le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Si nous revenons à la période berlinoise. Vous avez travaillé dans des boîtes de nuit underground ?

Oui. J'ai travaillé au Berghain et j'ai rasé des gays. Mais c'était un travail plutôt commercial. J'ai aussi fait d'autres clubs où il y avait un travail plus créatif et plus underground. 

J'ai demandé parce que quand je vois votre travail, je comprends que vous êtes lié à cette culture. 

C'est vrai. Je pense que c'est un grand compliment, en fait. 

Vous rappelez-vous comment vous avez commencé à travailler avec des personnes célèbres ? Qui a été la première ?

Ça dépend de ce qu'on appelle célèbre. La première a été la musicienne et chanteuse Peaches à Berlin. Cela fait déjà 18 ans que nous avons travaillé avec elle. Après Peaches, j'ai commencé à travailler avec Lady Gaga et Florence and the Machine.

Je me souviens que vous avez réalisé toutes ces tenues et perruques folles pour Lady Gaga. Parlez-moi de cette collaboration.

C'était un moment très important de ma carrière. Les pop stars comme elle sont une vitrine extraordinaire pour moi. Surtout quand vous êtes libre de faire ce que vous voulez, comme je l'étais. Il y avait une équipe formidable derrière Gaga et c'était la chose la plus excitante pour moi. C'était une véritable collaboration. J'ai rencontré l'incroyable photographe Nick Knight et nous avons réalisé une couverture d'album pour elle. Elle a adoré mes collections, elle a emprunté beaucoup de robes et j'ai créé des pièces spéciales pour elle. J'ai créé environ 25 looks pour Gaga. 

 Le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Il y a quelque temps, j'ai vu dans tes stories sur Instagram ton message de colère à propos de Gaga. A-t-elle réagi à cela ?

Oui, sa direction m'a appelé directement et m'a demandé de retirer toutes les stories. En gros, j'ai demandé de rendre tous les morceaux qui n'ont pas été payés par elle.  Mais je ne peux pas trop en parler.

Qu'en est-il de votre travail avec Lana Del Rey et Drew Berrimor ? Sur quels projets avez-vous collaboré avec eux ?

Nous avons travaillé avec Lana à ses débuts. Il s'agissait d'une couverture de Vogue Italia avec Elle Von Unwerth. Et après cela, nous avons fait quelques autres projets. J'ai aimé travailler avec Florence Welch. Je suis devenu beaucoup plus visible après notre collaboration. Récemment, j'ai aussi travaillé avec Troy Sivan. C'était génial et j'ai reçu d'excellents retours après cette collaboration. Et c'est une personne tellement sympathique.  

Est-ce que vous continuez à créer des vêtements ?

J'ai arrêté de faire des collections il y a cinq ans, mais je fais maintenant des costumes pour un ballet depuis trois ans. J'ai aussi une nouvelle collection commerciale qui arrive bientôt. Je ne peux pas décider quand elle sortira à cause de la situation délicate de la pandémie. Je vais prendre mon temps, je vais la rendre incroyable. J'ai déjà quelques clients pour cette collection, principalement des musées et quelques collectionneurs, qui connaissent bien mon travail grâce aux expositions que j'ai faites avec de grandes institutions.

Utilisez-vous uniquement des cheveux naturels pour vos œuvres d'art ?

Oui, j'utilise uniquement des cheveux humains naturels. 

Style de cheveux réalisé par le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Style de cheveux réalisé par le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

En termes de nouvelle morale, les gens d'aujourd'hui percevraient-ils normalement les tenues faites de cheveux humains ?

Je dirais que la nouvelle génération n'y voit pas d'inconvénient. Utiliser des cheveux humains peut être dégoûtant et je le comprends. Certaines personnes trouvent cela acceptable, d'autres non. L'ancienne génération dit toujours que mes vêtements leur rappellent Auschwitz et d'autres choses controversées de ce genre. Je vois plutôt cela comme un processus de recyclage. Même si je n'utilise que les cheveux de mes clients, les cheveux que je coupe, je peux les récupérer, les colorer et les utiliser dans mes créations. Il s'agit donc pour moi d'un processus de recyclage. 

Avez-vous l'impression que le temps change aujourd'hui ? Il y a 10 ans, nous pouvions faire ce que nous voulions, et maintenant il y a tellement de limites. 

Je ne ressens pas ces limites, car j'ai toujours pensé aux idées de diversité et d'inclusion. Je ne comprends pas le phénomène de l'appropriation culturelle. Il a toujours été dans ma politique de ne pas être controversé en ces termes. Je ne veux pas toucher à une culture ou à quelque chose et j'ai toujours respecté ces aspects éthiques. Mes parents ont des origines gitanes, ma belle-mère est camerounaise et je ressens toute cette inspiration depuis que je suis enfant. Je n'ai jamais choisi de respecter ou de ne pas respecter une culture, je ne peux que la respecter. Cela n'a jamais été un problème pour moi. Mais je sais que certains artistes ne comprennent pas où ils peuvent aller ou ce qu'ils peuvent faire parce que maintenant il y a trop de choses qu'on ne peut plus faire. Je pense que c'est une honte. Il n'y a plus autant de liberté et nous ne pouvons nous adapter aux nouvelles règles que pour rendre tout le monde heureux. 

Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur votre travail dans le ballet ?

J'ai fait des costumes pour un ballet l'année dernière au Théâtre du châtelet La horde "A room with a view", au ballet de Leipzig "Dornroschen" et au ballet de Monaco "Massacre". Cette année, je vais faire un spectacle à Genève et un autre à l'opéra de Berlin. En général, les chorégraphes m'appellent et m'envoient ensuite la musique instrumentale. Nous discutons de l'interprétation, de tous les détails et de ce que je peux faire. Le chorégraphe m'a expliqué ce qu'il voulait et j'ai commencé à travailler. C'est vraiment incroyable parce que je ne fais que dessiner et ensuite l'atelier du théâtre où travaillent des costumiers super talentueux crée le tout. Ces personnes peuvent littéralement tout faire. C'est très différent de la mode et cela ressemble plus à la haute couture dans la façon de faire, mais avec des tissus moins chers. C'est pourquoi j'ai envie d'en faire beaucoup plus. Et je veux faire un opéra. 

Style de cheveux réalisé par le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Style de cheveux réalisé par le coiffeur Charlie le Mindu. | Photo : Getty Images

Avez-vous la possibilité de le faire ?

Pas encore. J'attends de le faire. Mais faire du ballet et de l'opéra sont des processus très différents. Les budgets d'un ballet sont beaucoup plus petits que ceux d'un opéra.

En 2015, vous avez publié votre livre sur la haute coiffure. Pourquoi le vendez-vous maintenant ?

À l'époque, j'ai acheté 150 exemplaires et j'ai décidé de les vendre plus tard. Le moment est donc venu. Maintenant il ne reste plus que 30 livres. Je pense que c'est cool.  

Et les expositions ? Comme je le sais, vous en avez fait beaucoup.

C'est vrai. Je participe à plus de vingt expositions. Par exemple mes expositions personnelles "Charliewood" au Palais De Tokyo (2016) ou "Retrospective : Charlie le Mindu : HAIR NOW" à ERARTASOLO (2015) et "Paris hair gris" à Joyce Gallery (2014). Il y en a eu tellement.

Si nous revenons au moment où vous commencez votre chemin dans la mode, changeriez-vous quelque chose ?

Oui, je ne prendrais aucune sorte de drogue. Si un artiste a besoin de conseils, il doit savoir que les drogues vous ralentissent beaucoup. Et je rate aussi de très bons emplois à cause de ça.

Les postes connexes
Hélène Ségara fête ses 50 ans : Son étonnante évolution physique en photos
Getty Images
Célébrités Feb 26, 2021
Hélène Ségara fête ses 50 ans : Son étonnante évolution physique en photos
3 erreurs qui ajoutent 10 ans d'âge : Cristina Cordula donne des conseils
Youtube/On n'est pas couché
Beauté Jan 16, 2021
3 erreurs qui ajoutent 10 ans d'âge : Cristina Cordula donne des conseils
Lady Diana : Les raisons pour lesquelles elle a gardé sa coupe de cheveux jusqu'en 1990
Getty Images
Célébrités Jan 02, 2021
Lady Diana : Les raisons pour lesquelles elle a gardé sa coupe de cheveux jusqu'en 1990
Covid-19 : Comment couper les cheveux des hommes à la maison
Pexels
Beauté Dec 20, 2020
Covid-19 : Comment couper les cheveux des hommes à la maison