À propos AM
MediaTV

30 juin 2021

Les témoignages de ceux qui ont échappé belle au tueur en série français Charles Sobhraj

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail
Chargement...

Annonces

Netflix a remis au goût du jour l'histoire du tueur en série Charles Sobhraj, qui avait sévi dans les années 70. Plus de 50 ans après son arrestation, découvrez le témoignage de ceux qui lui avaient échappé.

"Le serpent" est une série produite par le géant du Streaming, Netflix. Cette série retrace la vie de l'un des criminels les plus prolifiques de France. Pour incarner le terrifiant Charles Sobhraj, la production a fait appel à Tahar Rahim. Quel est l'opinion de ceux qui ont survécu aux tueries par rapport aux événements relatés par la série.

 TROIS SURVIVANTS

Louis surnommé Le Pirate, Patrick, Le Délinquant et Guy mieux connu sous le nom de La Foule sont âgés d'environ 67 ans. À les voir aussi alertes pour leur âge, nul ne peut deviner qu'ils ont traversé l'enfer. Et pourtant, c'est grâce à ses charmants papys et à leurs 57 camarades de promotion que la route de Charles Sobhraj s'était arrêtée.

Chargement...
Chargement...

Annonces

Ils avaient 22 ans lorsque leur route avait croisé celle de Charles Sobhraj. Les trois jeunes gens étaient bien loin d'imaginer ce qui allait arriver. Cette année-là, Patrick, Louis et Guy avaient décidé de s'offrir des vacances bien méritées loin de l'École nationale d'ingénieurs de Tarbes où ils faisaient leurs classes.

Chargement...

Annonces

Pour ces vacances, tous trois ainsi que leurs camarades de promotion avaient mis en commun des économies de 4 années de stage. Direction, l'Inde pendant une semaine ensuite, ils devaient se rendre en Thaïlande. Au début du périple tout va bien, les jeunes gens prennent d'abondantes photos qu'ils comptent bien remporter en France, des souvenirs d'un monde différent du leur.

Dans le nord de l'Inde, au pied du célèbre Taj Mahal, ils feront la connaissance d'un compatriote. Ce dernier leur fera croire qu'il pourrait leur fournir des pierres précieuses tout en évitant les arnaques éventuelles. Le rapprochement ainsi effectué, Charles Sobhraj fera ingurgiter ses fameux cachets anti-diarrhéiques au groupe.

Chargement...

Annonces

En fait de pilules pour lutter contre la dysenterie, il s'agit d'un poison destiné à assommer le groupe d'étudiants. Dans leur plan machiavélique, Charles Sobhraj et trois autres hommes (ses complices) avaient l'intention d'emporter les valises des jeunes gens et de revendre leur contenu, y compris leurs passeports.

En peu de temps, étudiants et accompagnateurs tombent comme des mouches au grand étonnement du reste du groupe. Les premiers à avoir avalé les pilules, se mettent à vomir alors Charles Sobhraj n'a pas encore terminé sa distribution aux 60 personnes du groupe.

C'est ainsi que les 3 amis décident d'immobiliser Charles Sobhraj et ses complices, mais l'un d'eux s'est échappé avant l'arrivée de la police. Bien des années plus tard, les étudiants se souviennent encore de l'ambiance chaotique qui régnait dans le hall de l'hôtel ce jour-là.

Chargement...

Annonces

Du fait que Netflix a fait de ces étudiants des Allemands, nul n'a fait le rapprochement avec les Tarbais qui étaient rentrés en triomphalement en France après leur séjour en Thaïlande. Mais pour eux, après le côté spectaculaire de la série, Netflix a assez bien retracé l'histoire.

Chargement...

Annonces

OBJECTIF : SAUVER DES VIES

Les étudiants Tarbais ne sont pas les seuls à penser que Netflix a bien fait les choses. En effet, un Français, Rémi Gires qui vivait à Bangkok en 1975 avec sa femme, avait aussi eu le malheur de croiser Charles Sobhraj.

À l'époque, lui et sa femme Nadine vivaient dans la résidence Khanit quand un nouveau voisin et sa compagne, Marie-André s'étaient installés dans l'appartement situé au-dessus du leur.

Les deux couples se rencontraient de temps à autre sur le palier, sans échanger plus que des banalités, Rémi Gires ayant du mal à cerner son voisin qui dit s'appeler Charles un jour, et Alain le lendemain.

Chargement...

Annonces

Tout bascule en fin décembre 1975 quand, à la suite d'un déplacement de Charles Sobhraj, Dominique Renelleau, un Français qui vivait chez le tueur en série avait approché Rémi Gires et sa femme, et leur avait remis un journal qui relatait la mort de deux personnes.

Chargement...

Annonces

Dominique leur fera un récit détaillé de son implication dans l'empoissonnement de tous ceux qui se présentaient à la porte de Charles Sobhraj.

Pris de compassion pour Dominique et ses amis Yannick et Jean-Jacques, Rémi Gires décide dont de leur faire de faux passeports, il leur paie aussi un billet d'avion. Certains rembourseront, d'autres pas. Mais, tous réussirent à échapper aux griffes de Charles Sobhraj.

Abonnez-vous à AmoMama sur Google News!

Chargement...
Chargement...

Annonces