Célébrités

27 octobre 2021

L'interview scandaleuse de Lady Di, interdite par William, sera diffusée malgré sa demande

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Dans sa série "The Crown", Netflix a décidé d'accorder une place de choix à l'interview que Lady Diana avait accordé à Martin Bashir, outrepassant ainsi les désirs du prince William qui s'y oppose fermement.

Avec 4 saisons déjà diffusées et une cinquième en cours de production, la série "The Crown" intéresse toujours autant les passionnés de la couronne britannique. Pour cette saison, Netflix a décidé de marquer le coup en revenant sur "Panorama", une interview de Lady Di faite en 1995.

L'INTERVIEW DE LADY DI QUI N'AURAIT PLUS DÛ ÊTRE DIFFUSÉE

Le torchon brûle entre le géant du streaming, Netflix et le prince William. Ceci est notamment dû à la volonté de la chaîne de diffusée un épisode de "The Crown" portant sur une interview de la princesse de Galles réalisée par un employé de la BBC en 1995, Martin Bashir.

Annonces

La princesse Diana | photo : Getty Images

Ce n'est pas la première fois que "The Crown" se met à dos, la famille royale britannique. En effet, comme le souligne un observateur, cette série a l'habitude d'exposer aux yeux de tous des événements que les Windsor préféreraient garder pour eux. Il en va de même de cette interview.

Annonces

Selon certaines sources, Netflix aurait déboursé des millions afin de rediffuser cette interview. Et pour cause, cet entretien souligne la mésentente profonde qui existait alors entre Lady Di et son mari, le prince Charles. C'est au cours de cet entretien que la Princesse de cœur avait déclaré :

"Nous étions trois dans le mariage".

Ce qui révolte le plus William, ce sont les méthodes peu orthodoxes dont s'était servi Martin Bashir. Des méthodes qui sont d'ailleurs au centre d'une forte controverse depuis la parution du rapport Dyson.

"Ce programme Panorama n'a aucune légitimité et ne devrait plus jamais être diffusé. Il a effectivement établi un faux récit qui, depuis plus d'un quart de siècle, a été commercialisé par la BBC et d'autres",

Annonces

Lady Diana Spencer | photo : Getty Images

a déclaré le frère du prince Harry. Le rapport Dyson qui pointe du doigt la manière de travailler de Martin Bashir, interpelle principalement Tim Davie, le directeur général de la BBC qui a publiquement présenté ses excuses avant de déclarer que la chaîne d'informations n'avait pas l'intention de rediffuser cette interview.

Annonces

Un discours qui n'a pas empêché William d'enfoncer le clou qui a en déclaré :

"Cela apporte une tristesse indescriptible de savoir que les échecs de la BBC ont contribué de manière significative à sa peur, sa paranoïa et son isolement dont je me souviens de ces dernières années avec elle."

LE MENSONGE DE MARTIN BASHIR

L'interview de Lady Diana faite par Martin Bashir en 1995 avait créé une situation explosive. Peu de temps après cet entretien, la princesse divorçait du prince Charles. Mais comment le journaliste avait-il réussi à faire parler la mère de William et Harry ? La réponse est arrivée des années après sa mort grâce à une enquête indépendante menée par Lord John Dyson.

Annonces

Ce rapport met en évidence le fait que Lady Diana avait été piégée par le journaliste et celui-ci était passé par son frère pour l'abuser. D'après les accusations portées par Charles Spencer à l'encontre de Martin Bashir, ce dernier avait utilisé de faux documents bancaires attestant que la princesse était sous surveillance.

Lady Diana et le prince William | photo : Getty Images

Annonces

En outre, certains de ces documents visaient à faire croire que Charles avait une liaison avec une de ses employées. Charles Spencer affirme que le journaliste lui avait aussi fait part de certaines histoires suggérant une conspiration dirigée contre Diana. Ce sont ces éléments qui l'avaient poussé à mettre le journaliste en contact avec sa sœur.

L'EX-NOUNOU DE WILLIAM ET HARRY ENCEINTE

La famille royale et principalement Lady Diana n'ont pas été les seules victimes de Martin Bashir. Tiggy Legge-Bourke qui est devenue Tiggy Pettifer après son mariage avait été l'instrument dont s'était servi le journaliste pour obtenir l'interview de Diana.

Annonces

À l'époque où s'était déroulée l'interview, Tiggy Legge-Bourke était employé par le Prince Charles comme nounou des princes William et Harry. Il apparaît que le faux reçu d'avortement dont s'était servi Martin Bashir pour tromper la princesse était à son nom.

Ce reçu avait suffi à convaincre Diana que son mari Charles, elle était séparée depuis 1993, avait une liaison avec la nounou. Cette dernière étant également proche des enfants, la jalousie de Diana ne connut plus de bornes.

Lady Diana Spencer et ses enfants | photo : Getty Images

Annonces

Après que la princesse lui eut dit qu'elle était désolée pour le bébé, la nounou s'était décidée à consulter un avocat afin de démentir les rumeurs qui circulaient sur son compte.

À la suite de cette histoire montée de toutes pièces, Tiggy Legge-Bourke avait reçu un montant de 117 000 € représentant des dommages et intérêts. Cette somme lui avait été versée par la BBC qui estimait que la jeune femme avait subi un grave préjudice.

Tiggy, qui avait rejoint la famille royale en 1993, avait démissionné de son poste de nounou en 1999. Une séparation qui n'a pas eu d'incidence dans ses relations avec William et Harry. En effet, tous deux étaient présents au mariage de leur ancienne nounou.

Annonces

Depuis qu'elle a quitté la famille royale et fondé sa propre famille, elle réside au Pays de Galles où elle mène une vie loin des tourments et des rumeurs qui secouent la couronne anglaise. Elle n'a jamais souhaité s'exprimer sur cette période de sa vie.

LE MÉGA CONTRAT DE 112 MILLIONS DE LIVRES D'HARRY ET MEG AVEC NETFLIX

La controverse autour de l'épisode de "The Crown" consacré à la célèbre interview de Lady Diana éclaire d'un jour nouveau les contrats signés par le duc et la duchesse de Sussex avec Netflix.

Le prince William | photo : Getty Images

Annonces

D'après certaines sources, bien qu'avec son frère, Harry ait condamné cette interview, il aurait touché des dividendes de la part de Netflix pour le maintien de l'épisode qui soulève les passions.

Selon ces rumeurs, Harry et Meghan auraient signé avec Netflix un contrat d'un montant de 112 millions de livres, de quoi apaiser les tensions qui auraient pu surgir entre lui et le géant du streaming.

Le 26 février 2021, le prince Harry avait donné son assentiment sur cette série qui retrace l'histoire de la famille royale britannique. Dans une interview accordée à James Corden, l'animateur du "Late late show", le fils de Lady Di avait lancé :

Je suis bien plus à l’aise avec un récit comme The Crown qu’avec les articles mensongers que je lis dans la presse sur ma famille, mon épouse et moi-même"

Annonces