Un homme s'enterre sous la route très fréquentée pour 3 jours, maintenant il explique pourquoi

Un artiste australien a récemment mis en place une performance hors-norme, il s’est enterré dans un container d’acier sous une route passante sous les yeux de la foule rassemblée à Hobart, en Tasmanie.

Comme rapporté par CNN Style, le 14 juin dernier Mike Parr a été descendu dans une chambre en acier dans le sol avec seulement des matériaux de dessin, un livre, un seau et un tabouret de méditation. Puis, la route a été scellée, et la circulation a continué au-dessus de la tête de Parr.

C'est la dernière œuvre de l'artiste de performance australienne de 73 ans, intitulée "Underneath the Bitumen the Artist", dans le cadre du festival annuel de musique et d'arts Dark Mofo de Tasmanie.

Parr est resté sous terre pendant 72 heures sans nourriture, seulement de l'eau, sa "chambre" a été déterrée dimanche 17 juin.

Selon une déclaration de Dark Mofo, la performance de Parr commémore les victimes autochtones de la violence coloniale britannique.

"C'est une histoire qui n'est pas très connue, mais qui est omniprésente, juste sous la surface de notre culture contemporaine", a déclaré Leigh Carmichael, directeur artistique de Dark Mofo, dans un communiqué.

"Le fait que le travail de Mike Parr se produise sous terre, juste hors de vue, alors que la vie quotidienne continue au-dessus, n'est clairement pas une coïncidence."

La rue Macquarie, où Parr a placé sa "chambre", est l'une des rues les plus fréquentées de Hobart.

Comme beaucoup de performances de Parr, cette dernière a suscité la polémique. Le maire de Hobart, Ron Christie, a voté contre l'autorisation de ce spectacle, invoquant des problèmes de circulation, mais a été battu par un vote majoritaire.

Michael Mansell, porte-parole du Tasmanian Aboriginal Centre (TAC), a déclaré qu'il soutenait les efforts visant à attirer l'attention sur les injustices subies par la population autochtone de l'Australie.

Parr n'est pas étranger aux performances extrêmes; il a déjà cousu ses lèvres, marqué sa peau, a enfoncé des clous dans ses jambes et tenu ses doigts dans une flamme de bougie.

De nombreuses représentations visaient à aborder des questions telles que les demandeurs d'asile et la santé mentale. C'est la troisième et dernière fois que Parr se produit pour le festival, organisé par le Museum of Old and New Art.

Les postes connexes
Feb 08, 2019
Cette mère s'inquiète du fait que son fils de 3 ans a eu un accident dans un restaurant très fréquenté
Gilets jaunes Feb 27, 2019
"C’est très français": Alain-Fabien Delon explique pourquoi il ne veut pas soutenir les Gilets jaunes
People Mar 29, 2019
Le dernier jour de sa vie : Comment Agnès Varda passa la veille de sa mort
Jan 29, 2019
Béatrice Dalle explique pourquoi elle devrait soutenir des gilets jaunes, rappelant ses moments sombres