Jacqueline Sauvage: La dépression et l'alcoolisme d'Olivier Marchal après une véritable "horreur"

Olivier Marchal est un ancien flic qui s’est transformé en acteur afin de se défaire de son traumatisme lié a son ancienne profession qui ne l’a pourtant pas vraiment lâché.

Olivier Marchal joue des rôles de flic a l’écran qui sont très convaincants, et ses films policiers sont sombres et réalistes. "Jacqueline Sauvage, c'etait lui ou moi" en est un exemple. Et cela, il le doit au fait qu’il possède réellement l’expérience du terrain de tout vrai policier.

En effet, Olivier exerçait la profession d’inspecteur de police au sein de la brigade criminelle de Versailles avant de se retrouver dans une section antiterroriste.

Il était ‘trop sensible’ et faisait face aux atrocités quotidiennes se rapportant à son travail avec bravoure jusqu’au jour où une affaire de meurtre particulièrement difficile va le plonger dans la dépression et l’alcoolisme en 1982.

Parlant de cet épisode dans sa vie, Marchal déclare :

"Ce jour-là, j'ai réalisé ce qu'était la barbarie et l'horreur à figure humaine. J'aimais pourtant mon statut de policier. Je l'avais choisi. J'y croyais. Mais tout a basculé. J'étais trop sensible" expliquait-il dans Figaro. "J'avais peur. J'ai commencé à boire, à me défoncer en prenant toutes sortes d'expédients. J'étais à la dérive".

Un changement radical de carrière

Michèle Laroque, sa petite amie de l’époque l’aide à échapper à son quotidien. Elle lui conseille en effet de commencer à prendre des cours de comédie.

"C’est un secret pour personne, on a partagé une année de vie. J’allais la voir jouer, j’étais fasciné et c’est elle qui m’a poussé."

Le réalisateur de "Gangsters", "36 quai des Orfèvres" ou encore "Les Lyonnais", décroche son premier rôle au grand écran interprétant un inspecteur dans "Ne réveillez pas un flic qui dort".

Cette nouvelle carrière le plait et il décide de tout lâcher pour alors se lancer dans cette nouvelle carrière qui restera pourtant marquée par son passé sombre pour toujours.

En 2008, il écrit et réalise le film "MR 73" dans lequel il revient sur la tragédie qui a marqué la fin de sa carrière de flic, soit 26 ans plus tard : "J'ai eu besoin d'évoquer un drame qui a bouleversé mon existence et mis fin à ma carrière dans la police" confiait-il dans Figaro. La boucle est en quelque sorte bouclée…

“Je pense que si je n’avais pas réussi dans le cinéma, je serais devenu un Nénesse, alcoolo, un con”, confie plus tard l'acteur.

Toujours flic, en quelque sorte…

Celui qui a déclare : « Je ne supporte pas la nuit » pense qu’être flic devant la caméra est beaucoup plus facile que dans la réalité.

"Quand je vois les acteurs qui jouent les flics, ils jouent, ils ne sont pas flics. Ils surjouent, même les voyous", raconte-il, ayant expérimenté les deux côtés.

Le théâtre, "Ça me donne l’adrénaline dont j’ai besoin. Je commence à être vieux, j’ai 60 ans. Je suis hanté par ça, la maladie, la mort, ça me réveille. Le théâtre donne une continuité à ma journée, me permet de vivre jusqu’à 23h, minuit", continue l’ex officier de police.

L’ancien flic exerce encore son métier de policier, a l’écran. D’ailleurs, après son telefilm "Jacqueline Sauvage, c'était lui ou moi", on vous propose de le retrouver dans un rôle de flic au côté de Sara Martins, il mène une enquête au cœur de l'île et de ses mystères dans "Meurtres en Martinique", le mardi 28 novembre à 20h25 sur La Une.

Les postes connexes
Gilets jaunes Mar 20, 2019
Amandine, 33 ans, témoigne après avoir subi des violences policières : "J’ai une commotion cérébrale"
Jan 25, 2019
Sissi: pourquoi tourner un film était un véritable cauchemar pour le personnage principal Romy Schneider
Parentalité Mar 06, 2019
Olivier Delacroix : retour au jour où il a perdu son bébé de 2 mois
People Apr 28, 2019
A 6 ans de la mort de Valérie Benguigui, Michèle Laroque nous parle d'un moment : "J’ai eu un choc"