Des gendarmes sont venus arrêter un violent conflit conjugal, mais il s'avère que c'est "Louis la Brocante".

Les gendarmes ont cru intervenir pour une dispute conjugale qui avait eu lieu dans une maison de retraite. Il s'agissait plutôt d'une rediffusion de la célèbre série Louis la brocante.

La gendarmerie départementale de Maine-et-Loire a partagé une surprenante histoire pleine d'humour sur les réseaux sociaux.

Le 2 octobre dernier, un appel, provenant de la maison de retraite de La Salle-de-Vihiers, a alarmé la gendarmerie. 

"Le téléphone retentit au centre d’appels d’urgences de la gendarmerie. Au bout du fil, une discussion virulente entre une femme et un homme à propos d’un possible divorce", peut-on lire sur le compte Facebook des gendarmes.

Source : Researchers Amomama

Source : Researchers Amomama

Les forces de l'ordre, étant persuadés qu’une "personne [était] en danger", décident donc d'intervenir. 

Les gendarmes foncent de suite à la maison de retraite de La Salle-de-Vihiers, où le coup de fil a été passé. 

En arrivant à destination, les fins limiers n’ont toutefois pas découvert de scène de violence. Bien au contraire...

Louis la Brocante

Une fois sur place, ils découvrent "un nonagénaire assis devant sa télévision", en train de regarder la rediffusion d'un ancien épisode de Louis la brocante où le personnage-titre se dispute avec son ex-épouse Maryvonne (Evelyne Buyle).

Les gendarmes constatent également que la télécommande et le téléphone du vieil homme sont posés au même endroit.

Et, selon leur déclaration sur leur page Facebook, le nonagénaire avait confondu sa télécommande et son téléphone :

"Croyant prendre sa télécommande pour changer de chaîne et regarder “la 17”, le retraité avait en fait composé ces chiffres sur son téléphone et non sa télécommande…", racontent les forces de l'ordre.

Si la célèbre série n’a pas la réputation d’être particulièrement violente, il semblerait que ce jour-là, il soit tombé sur un épisode plutôt chaud. 

"La conversation entendue par l’opérateur du service des appels d’urgences n’était autre que celle de… Louis la brocante se fâchant avec son épouse", conclut, amusée, la gendarmerie départementale de Maine-et-Loire sur son post Facebook.

Une mise en garde pour ceux qui ont perdu leur animal de compagnie

Si l’histoire de la bourde du nonagénaire a donné le sourire à la gendarmerie départementale de Maine-et-Loire, le vendredi 21 septembre dernier, la gendarmerie du Var a mis en garde contre une arnaque visant ceux qui ont perdu leur animal de compagnie.

Selon les informations de Huffington Post, les escrocs passent par le réseau d'entraide PetAlert car, pour les propriétaires d'animaux de compagnie fugueurs ou volés, Pet Alert est un réseau précieux. 

Comme l’indiquent les forces de l'ordre sur leur page Facebook, les propriétaires d'animaux perdus sont contactés par les arnaqueurs, qui prétendent avoir récupéré l'animal et réclament une rançon en échange.

Pet Alert est présent sur tout le territoire français, et compte plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur sa page Facebook dans certains départements. Les autorités incitent donc les utilisateurs du réseau "Pet Alert" à redoubler de prudence.

Les postes connexes
Actu France Mar 06, 2019
Les enfants sont scandalisés après que leurs parents âgés ont été tués dans un accident de voiture avec un gendarme ivre
Actu France Mar 06, 2019
Un accident mortel avec un gendarme ivre : la famille du couple tué dénonce un procès "bâclé"
Dec 28, 2018
Les gendarmes promettent de danser au stade Geoffroy-Guichard, à condition que les utilisateurs jouent le jeu
Jan 15, 2019
Bayeux: un gendarme qui a sauvé un «gilet jaune» d'un malaise cardiaque témoigne