Une mère allaitante poursuit un restaurant après que la responsable a tenté de la couvrir avec une serviette en papier

La mère de deux enfants, Sadie Durbin du Kentucky, poursuit en justice le restaurant de steakhouse préféré, Texas Roadhouse, après que le directeur aurait tenté de la couvrir d'une serviette pendant qu'elle allaitait son bébé.

Le 15 novembre, Durbin, âgée de 30 ans, et sa famille mangeaient dans l'un des établissements de la chaîne situé à Louisville, lorsque sa petite fille de sept semaines a commencé à devenir agitée.

"Elle avait faim, alors elle avait besoin de téter", a déclaré Durbin à People. "Je l'ai attachée comme je le fais toujours, et elle allaitait pendant peut-être cinq minutes lorsque j'ai vu le responsable arriver au coin de la rue, marchant vite et secouant la tête, une serviette à la main."

Le Texas Roadhouse l'a contactée par courrier électronique, mais la note lui manquait la déclaration de regret qu'elle avait besoin.

Suivez-nous sur notre compte Twitter, @amomama_usa, pour en savoir plus.

Au moment où le responsable s'est présenté à la table, il lui a dit de se couvrir, car ils recevaient de nombreuses plaintes d'autres clients. C'est alors qu'il a essayé de mettre la serviette sur le visage de sa fille.

"Il a dit:" Madame, Madame. Nous recevons beaucoup de plaintes; nous allons avoir besoin de vous couvrir", a raconté Durbin.

"J’ai dit: "Non, je nourris mon bébé et j’ai bien le droit de le nourrir. Je ne vais pas me cacher." Il a dit: "Oui, oui, je sais, j’ai six enfants, mais nous allons vraiment avoir besoin de vous pour vous couvrir."

"À ce moment-là, j’étais sous le choc, alors j’ai dit: "Je ne vais pas me couvrir. Je nourris mon bébé." Il a donc jeté la serviette sur la table et s’est un peu dégonflé."

People a noté que l’allaitement au sein est totalement légal à travers les États-Unis et le est au Kentucky - avec ou sans couverture - depuis 2006.

Durbin a ajouté qu'elle était dissimulée autant qu'elle pouvait l'être en nourrissant sa petite fille, mais que cela rendait difficile la tétée.

"Il y avait deux seaux de cacahuètes géants devant moi, elle était enveloppée dans une couverture et je l'avais placée dans un berceau, aussi discrète que possible", a-t-elle expliqué.

"Je trouve vraiment difficile, à peu près impossible, de couvrir. Je dois tenir ma poitrine, le bouclier du mamelon et sa tête parfaitement pour la nourrir. Elle dégage dès que j'essaie de la couvrir."

Durbin a déclaré qu'elle avait vu le responsable parler à une autre cliente qui la regardait avec un air renfrogné. Elle a ensuite demandé à la serveuse de sa table de voir qui s’était plaint parce qu'elle a nourri sa fille.

Cela a incité le responsable à la recontacter pour lui conseiller de se couvrir. C'est alors que son mari et elle ont choisi de quitter le restaurant.

"J'étais vraiment énervée, alors je suis rentré chez moi et j'ai publié un article sur Facebook", a-t-elle déclaré. "Quand je me suis réveillé à 7 heures du matin, je pense que la publication contenait des milliers de commentaires, beaucoup de haine et beaucoup de gens disant qu'ils ne pouvaient pas y croire."

Alors que de nombreuses personnes dans la section commentaires ont apporté leur soutien, quelques personnes ont exprimé leur haine et écrit des messages menaçants, l’obligeant à rendre ce message privé.

Selon Durbin, un message du Texas Roadhouse lui est parvenue par courrier électronique, mais la note manquait la déclaration de regret dont elle avait besoin et le représentant du restaurant ne semblait toujours pas pouvoir exprimer ouvertement son remords, ce qui l'incitait à poursuivre.

"Je pense que c’est mon seul recours", a-t-elle déclaré. "Il y a une loi, mais aucune peine n'est attachée à la loi."

La femme au foyer espérait également qu'en se levant, cela permettrait de mieux comprendre les lois sur l'allaitement et d'empêcher qu'un tel événement ne se produise chez d'autres mères qui allaitent.

En outre, Courrier Picard nous parle des parents de Louane, une petite fille de 4 mois, qui ont été choqués de l'accueil qu'ils ont reçu jeudi dernier à la caisse d’allocations familiales de la Somme, à Amiens.

C'était le jeudi 19 juillet aux environs de 15h30 que l'incident s'est produit. La petite Louane âgée de quatre mois commençait à avoir faim et soif, ce que l'on peut comprendre au vu de la chaleur écrasante qu'il faisait ce jour-là. Louana avait faim et au vu de la chaleur, les jeunes parents ont décidé de ne pas la nourrir dans la voiture mais dans les locaux de la CAF.

C'est là que l'agent de sécurité ainsi que le conseiller de la CAF qui s'occupe de l'accueil se sont précipités vers elle et ont demandé à la jeune maman de sortir. Mais rapidement, des gens interviennent: "Ils sont venus me voir en disant que ça ne les dérangeait pas que j’allaite, que c’est eux qui devraient avoir honte", raconte-elle. En savoir plus lisez "On a demandé à une mère de quitter la CAF parce qu'elle donnait le sein".

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.

Les postes connexes
Parentalité Mar 16, 2019
"J'ai pleuré pendant une heure" : Une maman aurait poursuivi la nourrice pour avoir secrètement nourri son bébé avec du lait maternisé
Parentalité May 15, 2019
Une mère indignée raconte comment elle a été forcée de quitter l'hôpital à cause de l'allaitement maternel
Parentalité Apr 08, 2019
Ce père a partagé une publication satirique "d'allaitement" en faveur des mamans
Conseils Feb 12, 2019
Cette femme de 51 ans a perdu sa fille: "J'avais deux options, me jeter sous un tram ou continuer à vivre"