La vie inconnue d'Yvonne de Gaulle, la mystérieuse Première Dame de France

Qui est Yvonne de Gaulle, la mystérieuse Première Dame de France d'il y a 60 ans? Un portrait de l'épouse de Charles de Gaule.

Yvonne de Gaule est devenue Première Dame de la République Française après la victoire aux élections présidentielles de son mari Charles de Gaulle le 23 décembre 1958 et plus précisément son investiture officielle le 8 janvier de l'annee suivante.

Le mardi 8 janvier dernier était le 61 anniversaire de cet évènement de la vie d'Yvonne et de Charles. Pour l'occasion, Paris Match a ressorti un article qui a été publiée pour la première fois en 1959 et qui dressait e portrait d’Yvonne de Gaulle, intitulé L’inconnue de l’Elysée. L’occasion de faire un retour sur la vie et le passé discrets de cette mystérieuse femme qui a joué le rôle de Première Dame en France.

Les origines d'Yvonne de Gaulle 

Yvonne est née Vendroux en 1900, de parents notables dont les ancêtres ont été armateurs depuis le XVIIe siècle.

A 17 ans, un examen graphologique a prouvé qu'Yvonne maitrisait bien sa personne bien qu'elle ait été remplie d'énergie. La jeune fille se développait dans son adolescense mais avait le sens de ses responsabilités, quelque chose de rare chez une jeune femme de son âge.

Source : Youtube / Secrets d'Histoire Officiel

Source : Youtube / Secrets d'Histoire Officiel

C'est déjà une jeune femme sure de ce qu'elle veut, très intelligente et remplie de ténacité qui met tout en œuvre pour parvenir au but qu'elle se fixe, de par sa volonté ferme.

Sa rencontre avec Charles de Gaulle

Elle rencontre pour la première fois, à travers ses parents, durant un après-midi de novembre 1920, a l'heure du thé dans un grand café du rond-point des Champs-Elysées, un jeune capitaine brun, très grand et mince qui venait de rentrer d’une mission en Pologne.

Ce dernier racontait ses histoires avec passion, quand soudain, il effectue un revers de main en expliquant comment il a rejeté l'ennemi. Ce geste a également renversé sa tasse sur la robe de Mlle Vendroux. Et c'est à ce moment que le jeune officier a été captivé par le beau regard gris d'Yvonne Vendroux.

Source : Youtube / Secrets d'Histoire Officiel

Source : Youtube / Secrets d'Histoire Officiel

Quelques jours plus tard, elle répondra positivement à la proposition en mariage du jeune capitaine à la Grande Nuit de l'Ecole Polytechnique à Versailles, durant leur 6e valse.

Lettre de la future Yvonne de Gaulle à son amie Madeleine

Le 11 novembre 1920, elle écrira une lettre à son amie Madeleine pour lui raconter ses fiançailles avec le capitaine Charles de Gaulle qui "avait la légion d'honneur et la croix de guerre avec des citations merveilleuses".

Source : Youtube / Morgane

Source : Youtube / Morgane

Elle se disait bien heureuse avec comme seule ombre à son bonheur, le fait que Charles n'était qu'en permission à Paris lorsqu'elle l'a connu. Du fait, il a dû repartir là-bas pour deux ou trois mois.

"Mon fiancé a 29 ans, il est très grand (1m85) brun, très beau garçon", écrivait-elle.

Celle qui, pourtant ne voulait pas épouser de militaire, a néanmoins trouvé le capitaine de Gaulle différent des autres. Âgée de tout juste 21 ans, elle épousera le capitaine d'infanterie le 7 avril 1921. C'est l'abbé Baheux qui célébrera leur union.

Une épouse "à sa place"

Elle a vécu sa vie au côté de son mari en démontrant un sens aiguisé de l'obéissance, du silence, de l'effacement sans jamais une fois interroger le général, même pour des problèmes d'ordre domestique, si l'on en croit aux rapports de Louise et Philomène, les deux servantes de Colombey-les-Deux-Eglises qui ont été au service de la famille pendant plus de quinze ans.

Le 19 juin 1940, elle débarquait en Angleterre avec leurs enfants, un jour après que son époux soit entre dans l’Histoire. Après la guerre, elle a fait d'un de ses rêves une réalité en vivant comme maîtresse de maison à "La Boisserie" avant que son capitaine de mari fût appelé une nouvelle fois aux commandes de la France, le 20 mai 1958, dans un contexte différent de celle de la guerre.

Ayant abandonné Colombey, elle suit son époux à Paris après que ce dernier fut élu à la fonction de président de la République le 23 décembre 1958. L’Histoire fera d'elle une première Dame de France. Cependant, celle qui préférait le titre "Tante Yvonne" a reçu du général la promesse d'un week-end par mois à Colombey...