Benjamin Griveaux défend le président en déclarant qu'il ne lira pas le "livre de la haine" sur Macron

Lors d'une interview, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a donné sa propre version par rapport à la sortie du livre adressé directement à Emmanuel Macron, tout en défendant ce dernier.

Nombreuses sont les réactions par rapport à la sortie du livre adressé directement à Emmanuel Macron. Ce livre en question est l'œuvre du député proche de La France insoumise, François Ruffin.

L'ouvrage a été dévoilé ce mercredi 20 février. Dans son écrit il veut montrer une autre facette du président.

L'auteur de ce livre intitulé "Ce pays que tu ne connais pas" et le président se sont côtoyés pendant plusieurs années au lycée La Providence, à Amiens, mais ont finalement pris des parcours différents.

"L’un devient reporter en Picardie, porte-voix des ‘gens contre l’argent’(…) L’autre choisit Paris et l’Ena".

Ensuite, en croisant systématiquement son propre destin avec celui du chef de l'État, il l'interroge sur la légitimité du pouvoir. Il interpelle même son collègue du lycée en lui posant un tas de question

"Avez-vous connu le doute ? Avez-vous connu la fragilité ? Avez-vous connu la médiocrité ? La lutte ? Le sentiment – comme vous direz plus tard – de n’être rien ?".

Ce mélange de sentiments, lui a peut-être fait ressentir de la haine envers Macron.

FRUIT DE LA HAINE

À ce sujet, le loyal porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a eu ses mots à dire. Apparemment, il ne compte pas lire ce livre. Le politicien classe cet ouvrage comme le fruit de la haine de l'auteur.

 "Quand on a beaucoup de haine, je ne crois pas qu'elle soit bonne conseillère en politique",

disait le secrétaire d'État auprès du Premier ministre.

Certains avancent même l'idée que la haine de François Ruffin envers Macron est tellement profonde, qu'il n'a pu la contenir et a voulu l'extérioriser à travers ce livre. Par contre,

"La haine n'est jamais quelque chose qui permet de guider le responsable politique vers la défense de l'intérêt général, vers le calme et l'apaisement qu'appelle le pays",

affirme Benjamin Griveaux.

"La haine, je la laisse aux extrêmes, François Ruffin en fait partie. Qu'il déverse sa haine à longueur de pages, mais je ne compte pas acheter ce livre et encore moins le lire",

a-t-il conclu.

Ce dernier semble être assez catégorique par rapport à sa position de vouloir défendre son président face à cette attaque.

Et fort heureusement pour le président Emmanuel Macron, ce n'est visiblement pas la première personnalité politique à vouloir le défendre.

Source : Dropbox

Source : Dropbox

L'ancien président de la France, Nicolas Sarkozy l'a aussi pour sa part déjà fait, mais cette fois-ci, c'était par rapport aux Gilets jaunes.