Christian Quesada, emprisonné, assure qu'il n'a jamais commis d'agression

Christian Quesada a été placé en détention provisoire pour possession d'images pédopornographiques ce mercredi 27 mars. Il a reconnu les faits lors de son interrogatoire, cependant, il a assuré de n'être jamais passé à l'acte.

Selon une information du procureur de Bourg-en-Bresse, Christian Quesada a été mis en examen ce mercredi pour "diffusion et détention d'images à caractère pédopornographique" et pour "corruption de mineur".

"Il lui demandait de se dévêtir, de lui envoyer des photos dénudées et lui a fait des propositions ouvertement sexuelles",

a expliqué le procureur de la République, Christophe Rode.

Il a été placé en garde à vue ce lundi 25 mars, où les enquêteurs ont enchainé une interrogation qui a duré deux jours et où il a reconnu les faits qui lui sont inculpés. En même temps, les gendarmes ont fouillé son domicile situé dans l'Ain.

Lors des perquisitions, ils ont découvert des centaines d'images pédopornographiques.

"Il se rend compte de la gravité des faits mais explique avoir seulement consulté ces images et n'avoir jamais commis d'agression sexuelle",

 a ajouté le procureur de la République.

UNE INVESTIGATION PLUS APPROFONDIE

Selon une source proche de l'enquête, les gendarmes ont saisi ses trois ordinateurs et plusieurs clés USB contenant le même genre d'images par centaines.

Une enquête judiciaire a été ouverte pour approfondir les recherches, durant laquelle les enquêteurs vont faire analyser ses disques durs. Cela permettrait de découvrir si Christian Quesada fait partie d'un réseau de pédophiles sur internet.

Les recherches permettraient également de savoir si le champion des "12 coups de midi" aurait déjà diffusé ou échangé ces photos pédopornographiques.

LE PRÉSENTATEUR SE SENTIRAIT-IL TRAHI ?

Christian Quesada est resté le champion indétrônable de l'émission "les 12 coups de midi" présentée par Jean-Luc Reichmann entre juillet 2016 et janvier 2017. Il n'a été éliminé du jeu que le 14 janvier avec une cagnotte de 809.392 euros et 193 participations à son actif.

Il se trouve actuellement au centre de cette histoire scandaleuse. La nouvelle n'a pas du tout plu à Jean-Luc Reichmann qui se bat depuis des années pour la protection des mineurs.