Emmanuel Macron a fait part des nouvelles dispositions quant aux heures de travail des Français

Pour financer la dépendance, Emmanuel Macron prévoit d'allonger le temps de travail.

Lundi 15 avril 2019, Emmanuel Macron devait tenir son allocution à la télévision pour clore le Grand Débat et annoncer les solutions trouvées face aux crises actuelles dans le pays. Mais suite au sinistre qui a ravagé Notre-Dame de Paris, le programme a été reporté.

Dans le discours que devait prononcer le président, il était mentionné que les Français devraient "travailler davantage". Le chef d'État propose trois scénarios pour rallonger le temps de travail :

"Moins de jours fériés, revenir sur la durée de travail hebdomadaire, retarder l'âge de départ à la retraite."

En ce qui concerne la suppression des jours fériés, il s'avère que la journée supplémentaire de travail non-payée pourrait rapporter à l'État plus de deux milliards d'euros par an, selon une information rapportée par Le parisien.

Le gain pourrait donc compenser les baisses d'impôts même si il ne serait pas suffisant pour financer la dépendance.

"Je suis persuadée que les Français sont d'accord pour travailler plus si on explique que 100% des recettes de la journée de solidarité sont consacrées à la baisse de leurs impôts ou au financement des Ehpad",

a expliqué Aurore Bergé, députée LREM.

Le gouvernement prévoit également de rallonger les heures de travail en abandonnant les 35 heures par semaine.

Interviewée par le JDD, Aurore Bergé a défendu la proposition du chef d'État. Cependant, le journal hebdomadaire a rapporté que seuls 46% des Français sont pour cette éventuelle mesure, et seuls 14% sont pour la suppression de quelques jours fériés.

"La bonne nouvelle, c’est que le pouvoir d’achat des Français augmente en 2019, et nous devons continuer à valoriser le travail ! ",

a quand même annoncé Aurore Bergé.

L'autre piste consiste à révéler l'âge de départ à la retraite qui est actuellement fixé à 62 ans. La députée a également indiqué qu'un chantier de l'âge de la retraite a été ouvert.

DES MESURES DÉCEVANTES

Quand Macron a évoqué "la nécessité de travailler davantage", Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT l'a fortement critiqué.

Il a expliqué que "l'avenir c'est de travailler moins". Il juge Macron d'être en train d'opposer ceux qui ont un petit peu à ceux qui n'ont rien du tout.