"Cet emploi a changé ma vie": un entrepreneur sincère a ouvert un café et embauché des personnes handicapées

Un entrepreneur a eu l'idée révolutionnaire d'ouvrir un café dans lequel seuls les personnes handicapées sont employées.

L'établissement baptisé "Joyeux" n'emploie ainsi que des personnes autistes, trisomiques ou atteintes de troubles cognitifs afin de leur offrir un travail épanouissant et au contact des autres.

Des journalistes de L'Obs sont allés au contact de Yann Bucaille Lanrezac, qui a ouvert ce café, et de ses employés. L'entrepreneur breton a commencé à ouvrir un commerce de ce type à Rennes après avoir rencontré un jeune garçon autiste qui était venu lui demander du travail. Malheureusement, à l'époque, il n'avait pas pu lui venir en aide.

Mathilde, une employée du "Joyeux". l Source: YouTube/ L'Obs

Mathilde, une employée du "Joyeux". l Source: YouTube/ L'Obs

Le manager du café Joyeux, c'est Jean-Baptiste qui est très heureux de pouvoir travailler avec des personnes handicapées pour la première fois :

"Même si tout n'est évidemment pas rose tous les jours, on voit que les équipiers sont fiers d'eux. Le fait d'avoir un emploi a changé leur regard vis-à-vis d'eux-mêmes"

Le restaurant "Le Joyeux". l Source: YouTube/L'Obs

Le restaurant "Le Joyeux". l Source: YouTube/L'Obs

D'après lui, il n'est pas aussi difficile que cela de travailler avec des personnes souffrant de troubles cognitifs même s'il faut quelques adaptations. Par exemple, il n'y a pas de numéro de table mais à la place des légos colorés pour qu'il soit plus simple pour eux de s'y retrouver. Les recettes sont aussi faites à base de photos car certains des employés ne savent ni lire ni écrire :

Jean-Baptiste, le gérant du magasin. l Source: YouTube/L'Obs

Jean-Baptiste, le gérant du magasin. l Source: YouTube/L'Obs

"D'un point de vue management, c'est plus facile de travailler avec eux. Ils sont plus motivés et il n'y a pas de coup en douce, les relations humaines sont beaucoup plus simples, beaucoup plus cash."

Mathilde, l'une des employées qui est particulièrement fière de son emploi au "Joyeux" est la preuve que le concept fonctionne. Âgée de 21 ans, elle a gagné beaucoup en autonomie et en confiance en elle depuis qu'elle a commencé à travailler pour ce café.

Le café rencontre un véritable succès, les clients étant particulièrement touchés par cette initiative généreuse. Cela a poussé Yann Bucaille Lanrezac à prévoir l'ouverture d'un second établissement à Bordeaux.