Les raisons ayant poussé Meghan Markle à user de l'hypnose pour son accouchement

Ce lundi 6 mai 2019, Meghan Markle a donné naissance à son premier enfant. Voici comment l'épouse du prince Harry s'est préparée à son accouchement.

L'annonce officielle est faite : Harry et Meghan sont devenus parents. C'est à 5h26 du matin ce lundi 6 mai 2019 que la duchesse de Sussex a mis son enfant au monde, un magnifique bébé de 3,260 kilos très attendu par sa famille mais aussi par leurs fans à travers le monde entier.

Si avant l’accouchement peu de détails filtraient au sujet de ce grand événement, on a appris toutefois comment Meghan s'était préparée à cette étape.

SÉANCES DE YOGA

Adepte de yoga, l'épouse du prince Harry a continué à s'organiser des séances régulières même enceinte pour ne perdre ni de sa vigueur ni de son calme olympien.

C’est aussi dans cette optique que la jeune femme de 37 ans pensait accoucher chez elle et être accompagnée d'une doula, une femme qui apporte soutien et accompagnement moral et pratique à une femme enceinte mais n’a pas forcément de formation médicale.

HYPNOSE PRÉ-NATALE

En parallèle de cette mise en place, Meghan Markle avait suivi des séances d'hypnose pré-natale et d'acupuncture, selon les informations de Vanity Fair.

Ces thérapies développeraient la concentration sur la respiration et sur la circulation ce qui permettrait entre autres de ne pas recourir à la péridurale. Le souhait de Meghan Markle était d’accoucher de la manière dont elle mène sa vie : la plus naturelle possible.

"Elle veut une naissance naturelle si elle le peut. Sa mère est elle aussi très impliquée dans les soins naturels auxquels le yoga et la méditation l'ont sensibilisé. Tout cela fait donc partie du plan d'accouchement de Meghan"

a confirmé la source citée par le magazine.

L'ACCOUCHEMENT APRÈS TERME

Cependant, comme on a pu le remarquer, ce plan n’a pas empêché Meghan Markle d’accoucher après terme.

Alors que la naissance du bébé royal était prévue fin avril/tout début mai, telle qu'annoncée par le Palais de Buckingham, plusieurs avaient fait le constat que la duchesse de Sussex n'avait pas encore accouché avant le 6 mai.

Cela avait occasionné une vague de spéculations sur si la duchesse et son bébé risquent quoique ce soit en cas de naissance après terme.