Un risque de catastrophe humaine : Le docteur d'Ehpad lance un ultimatum aux autorités

Le dimanche 5 mai 2019, sur son compte Facebook, Marcellin Meunier, médecin coordinateur de l'Ehpad de Notre-Dame-de-Monts, a fait une annonce de son éventuelle démission, au plus tard dans deux mois, pour manque de personnel supplémentaire pour l'établissement.

Marcellin Meunier est un gériatre, médecin privé à Notre-Dame-de-Monts, mais aussi un médecin coordinateur de l'Ehpad municipal de la commune qui compte 2.000 résidents sur la côte Vendéenne.

Il a posté un communqué sur Facebook le 5 mai 2019 afin que le public soit informé de la situation d'urgence qui se déroule au sein de l'Ehpad de Notre-Dame-de-Monts concernant le manque de personnel dans l'établissement.

L'homme prévoit de démissionner si la situation ne s'améliore pas d'ici deux mois. Il n'a "jamais connu une situation comme ça", affirme-t-il.

"On a 15 personnels en arrêt, dont la directrice de l'Ehpad, ceux qui restent sont épuisés. Je crains un drame humain pour le personnel",

assure-t-il dans une rubrique de france bleu.

Lors de son interview avec Franceinfo de ce vendredi 10 mai, Marcellin Meunier a précisé qu'il a bien lancé "un cri d'alarme, un cri de désespoir", pour les patients et les soignants.

D'après les informations de France Bleu, le nombre de partages de son message est déjà supérieur à 12.000.

"Les soignants, je les vois pleurer tous les jours. Ils n'ont plus de vie personnelle, ils sont épuisés, leurs repos sautent du jour au lendemain et ils doivent revenir travailler. Il y a un risque de catastrophe humaine",

a-t-il expliqué.

Certains médecins coordinateurs de France lui ont apporté beaucoup de soutien et l'ont encouragé à s'exprimer.

"En quatre jours, on a dépassé les 10.000 partages. J'ai aussi écrit à M. Macron et à la ministre de la Santé. J'attends leur réponse",

a-t-il ajouté.

Marcellin Meunier affirme que le problème vient des "tutelles".

Un médecin en tenant ses matériels paramédicaux. | Photo : Pixabay

Un médecin en tenant ses matériels paramédicaux. | Photo : Pixabay

"L'ARS, le département, ils ne font rien pour faire face à l'urgence. On a besoin de moyens, c'est-à-dire de personnel. Que comptent-ils faire pour remplacer la directrice en arrêt ? On n'en sait rien",

se demanda-t-il.

De son côté, Raoul Grondin, le maire de la ville, responsable d'Ehpad, "soutient à 100% le personnel" d'Ehpad. Il affirme avoir déjà signalé l'ARS pour remédier à la situation.

"A chaque fois ils m'ont renvoyé dans mes cordes. Avec l'ARS, on est face à un mur",

a-t-il avoué.

L'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire (ARS) explique :

"On n'avait pas eu vent de cette situation de crise, qu'on découvre sur les réseaux sociaux. Elle ne nous avait pas été notifiée par le conseil d'administration".

En réalité, il s'agit du CPOM : un contrat de 5 ans dans lequel le niveau de dotation financière de l'Ehpad est déterminé par le taux de dépendance des habitants de la ville. De plus, les résidants sont de plus en plus âgés en cinq ans.

Par ailleurs, l'ARS prévoit d'évaluer la situation dans l'Ehpad de Notre-Dame-de-Monts.

UNE GRÈVE ILLIMITÉE

Les équipes médicales du Service d'Accueil d'Urgence de Paris se sont associées le dimanche 14 avril et le lundi 15 avril 2019, à d'autres équipes hospitalières pour se manifester contre les mauvaises conditions de travail mais aussi pour le manque d'effectifs.