Le père de Paul (12 coups de midi) avoue ne pas avoir accepté l'autisme de son fils

Depuis sa toute première participation aux "douze coups de midi", Paul a conquis le cœur du public grâce à ses connaissances incroyables.

Le jeune homme souffre du syndrome d'Asperger. Le mardi 18 juin 2019, sur le plateau de l’émission, Ali le père de Paul s’est confié sur son handicap.

Paul est un jeune homme très talentueux aux yeux de tout le monde. Bien qu'atteint du syndrome d'Asperger, le jeune Grenoblois a fait parler de lui dans l'émission de Jean-Luc Reichmann en gagnant plusieurs fois depuis la fin du mois d’avril de cette année.

Le jeune homme de 19 ans est désormais inarrêtable avec sa cagnotte de 216 777 euros.

Sa famille l’a toujours soutenu dans toutes ses aventures. Les parents de Paul étaient présents sur le plateau de l’émission le mardi 18 juin 2019 et ont fait des révélations sur le handicap de leur fils, diagnostiqué autiste en 2015.

Face à la nouvelle, à l’époque, sa mère Sophie s’est dite “soulagée”.

“On n’a pas eu la même réaction. Moi, ça m’a soulagée parce qu’enfin je savais mettre un nom sur la chose et je savais ce qu’on allait pouvoir entreprendre”,

a-t-elle dit à Jean-Luc Reichmann.

Tandis que son père Ali, il était plutôt “déçu”, il avait eu du mal à gérer la nouvelle qu’il n’a pas du tout considérée comme “une délivrance”.

"Je n'ai jamais voulu savoir ce qu'il avait. Je l'ai toujours considéré comme normal. J'étais un petit peu déçu parce qu'il est autiste et je ne l'ai pas accepté",

a-t-il confié.

La mère de Paul a dit que même si Paul “a fait énormément d’efforts, l’autisme reste un handicap important et pas facile à vivre au quotidien pour lui et pour les autres”.

De son côté, Jean-Luc Reichmann semble être de même avis, mais pour lui, Paul n’est pas “une personne handicapée”.

Le mercredi 19 juin 2019, Paul a entamé sa 53ème participation.

LA BONNE ÉDUCATION DE SA MÈRE

Paul est la nouvelle star de l’émission “Les douze coups de midi”. Lors d’un numéro, le plus jeune maître de midi a parlé de l’éducation “stricte” que sa mère, Sophie lui avait donnée.