Qui est Luigi, le fils bien-aimé que Dalida aurait aimé avoir

Sedera Raliniainjanahary
12 juil. 2019
23:18
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

De son vivant, Dalida avait souffert de ne jamais avoir d'enfants. Mais grâce à Luigi, le fils de son frère aîné, la chanteuse a pu découvrir le sentiment d'être une mère. 

Annonces

Dalida s’est éteinte le 3 mai 1987 à Paris. Une disparition qui laisse encore des traces dans les pensées de ses nombreux fans.

La chanteuse a tiré sa révérence tout en emportant avec elle ses souvenirs, ses douleurs et ses souffrances de la vie. Entre autres, son avortement qui avait échoué, évoqué dans sa chanson "Il venait d'avoir 18 ans".

La musique parle d’elle-même, une histoire vécue par la chanteuse. En effet, à l’époque, après la mort de Luigi Tenco, l’amour de sa vie qui s’est suicidé, Dalida tomba sous le charme d’un jeune homme qui “venait d'avoir 18 ans".

Annonces

Enceinte, la chanteuse était contrainte d'avorter pour des raisons impérieuses, à la demande de son jeune amant. Mais cela a mal tourné pour la Star puisqu’après cette intervention, elle ne pouvait plus avoir d'enfants.

La vie et les histoires d'amour de Dalida lui semblaient amères jusqu'au jour où Luigi, le fils de son frère aîné Orlando, entra dans sa vie. En effet, l’interprète de “Laissez-moi danser” avait retrouvé un sens à son existence après la naissance de Luigi.

Annonces

Elle était comme une mère pour son neveu. Elle l’avait même déjà avoué :

“Le seul vrai amour de ma vie, c'est mon neveu Luigi. Il est le fils que j'aurais aimé avoir”.

Et pour le nom de ce dernier, ce n’est pas une coïncidence, il est né trois mois après la mort de Luigi Tenco. Dans les colonnes de Paris Match, le neveu de Dalida évoque les liens affectifs qui le rattachaient à la chanteuse. 

Annonces

“Le passage du film où j'ai pleuré, c'est quand on lui met le nouveau-né dans les bras. Pas parce que c'était moi... mais parce que j'ai ressenti l'immense détresse qui a dû s'emparer de toute ma famille à ce moment-là. Je l'appelais Zia Yolanda [tante Yolanda].

Annonces

Elle me parlait en français ou en italien. À 3 ans, je la suivais partout et je ne me séparais jamais du petit mange-disque rouge dans lequel je mettais le 45-tours de ma chanson préférée: 'Darla dirladada', son tube de 1970”,

a-t-il raconté.

LA LETTRE D'ADIEU DE DALIDA

Son sourire cachait une profonde tristesse intérieure. Plus de trente ans après qu’elle s’est donnée la mort, Paris-Match, rend un hommage à Dalida au travers des photos inédites.

  

Annonces