Georges Brassens n'a jamais eu de femme ni d'enfants : "Je préfère vivre seul"

Georges Brassens (Brassens est en nous, France 3, 20 h 50) a composé de magnifiques chansons sur l'amour. L'ayant vécu lui-même, il a toujours refusé, à la différence de ses nombreux contemporains, la vie conjugale ainsi que la paternité.

Durant l'année 1944, Georges Brassens (Brassens est en nous, France 3, 20 h 50) se dérobe au STO (service du travail obligatoire) que les Nazis avaient à l'époque décrété.

C'est chez l'une de ses tantes, Jeanne Planche, 30 ans son aînée, qu'il se réfugie. Cette Jeanne avec qui il va entretenir de très affectueuses liaisons et qui le logera dans une petite maison située au bout d'un cul-de-sac. 

Jeanne est âgée de près de 50 ans. Elle a un mari, Marcel, un ivrogne doux et naïf. Elle apprécie tout particulièrement Brassens dans toutes ses facettes.

Il peut avoir 19 ans, l'âge d'être son enfant, mais elle ne le considérait pas du tout comme le ferait une mère pour son fils. Georges, costaud et affectueux, la séduit par son apparence physique. De plus, elle est très attirée par l'art et la musique, elle est subjuguée par le sentimental qui est en lui.

Un curieux ménage à trois se met en place entre Jeanne et ses deux hommes. Marcel ne trouve pas offensante la relation entre sa femme et leur jeune protégé. Mieux encore, il considère ce dernier comme son propre fils.

Georges Brassens (1921-1981) et son père vers 1946 | Photo : Getty Images

Georges Brassens (1921-1981) et son père vers 1946 | Photo : Getty Images

L'auteur-compositeur-interprète connaît alors des aventures amoureuses clandestines - "La Jeanne" comme il l'appelle, a montré au fil du temps des signes de jalousie, surtout envers une jeune femme appelée Jo, qui allait lui inspirer de nombreuses chansons , dont la fameuse "Une jolie fleur."

Dans une boulangerie du 14ème arrondissement, en 1947, Brassens a fait la connaissance de Joha Heiman, une ancienne comédienne qui venait d'Estonie, âgée de neuf ans son aînée.

Brassens la surnommait "Pupchen" (issu de l'allemand püppchen ou petite poupée). Elle allait l'accompagner tout au long de sa vie et lui inspirer de nombreuses chansons, dont les plus importantes étaient "J'ai rendez-vous avec vous" ou bien la "Non demande en mariage".

Pourtant malgré ce lien fort qui les unissait, Pupchen et Brassens (elle appelait ce dernier “le roi Jo”) ont tenu à rester indépendant. Ils ne se seront jamais engagés dans un mariage. Ils n’ont jamais choisi de vivre sous le même toit.

Georges Brassens (1921 - 1981) après avoir reçu le Grand Prix de Poésie de l'Académie Française, le 9 juin 1967. | Photo : Getty Images

Georges Brassens (1921 - 1981) après avoir reçu le Grand Prix de Poésie de l'Académie Française, le 9 juin 1967. | Photo : Getty Images

Même lorsque le couple atypique part en voyage, Brassens et Pupchen se mettent d'accord pour vivre dans la même maison, tout en ayant des chambres séparées : le couple avait un peu trop peur du quotidien alors ils se contentent de faire une sortie en amoureux.

Brassens, qui écrivit :

"L'encre des billets doux pâlit vite entre les feuillets des livres de cuisine"

avait également avoué que

"Se marier implique que l'on fonde un foyer, qu'on ait des enfants et qu'on s'en occupe. Or, moi, je ne suis pas capable de m'occuper d'un foyer."

Georges Brassens (1921 - 1981) en concert le 20 janvier 1972 | Photo : Getty Images

Georges Brassens (1921 - 1981) en concert le 20 janvier 1972 | Photo : Getty Images

Au sujet des enfants, Georges Brassens a donné des explications sans faire de détours sur la question : "J'ai choisi de ne pas en avoir (...) je préfère vivre seul. (...) Le monde tel qu'il est ne me convenant pas, j'ai préféré ne pas avoir de suite."

À la fin, Brassens et Püpchen se sont retrouvés. L'auteur-compositeur-interprète, décédé d'un cancer le 29 octobre 1981, est enterré dans un petit cimetière à Sète où il avait réservé sa place huit ans auparavant. Joha Heiman, qui a rendu son dernier souffle le 19 décembre 1999, repose à ses côtés.

 Georges Brassens souffle les bougies de son 37e anniversaire, 1958. | Photo : Getty Images

Georges Brassens souffle les bougies de son 37e anniversaire, 1958. | Photo : Getty Images

Jacque Brel, qui était un contemporain de Georges Brassens, a également su marquer son temps. C’est pour cela qu’un artiste lui a rendu hommage en lui dédiant une fresque géante à son effigie. Cela a été dessiné à Vesoul, sur la façade d’un bâtiment de 9 étages.  

Les postes connexes
wikipedia.com
Célébrités Sep 01, 2019
Jean-Louis Foulquier : l’animateur radio disparu qui a fondé les 'Francofolies'
twitter.com/uniFrance
Célébrités Aug 09, 2019
Danielle Darrieux : L'incontournable actrice n'a eu qu'un enfant, Mathieu son fils adoptif
Getty images
Célébrités Aug 12, 2019
Jean-Pierre Mocky nous a quittés : le réalisateur avait-il réellement 17 enfants et plus de 800 conquêtes à son actif ?
twitter.com/voici
Célébrités Aug 24, 2019
Anémone : ses déclarations controversées concernant ses enfants et les confidences de son fils Jacob sur son enfance auprès d'elle et de sa sœur Lily