Alice Sapritch ("La Folie des grandeurs") : portrait de l'actrice mal-aimée

Alice Sapritch est décédée le 24 mars 1990, emportée par un malaise respiratoire à ses 73 ans. L’actrice et chanteuse a été mal-aimée et rayée de l’histoire du cinéma français.

D’origine Arménienne, l’actrice et chanteuse Alice Sapritch a fait la publicité de Jex Four et a joué dans de nombreux films sans connaître de vrais succès. Elle a dû se battre pour réussir et devait affronter les moqueries de certaines personnes.

ALICE SAPRITCH AVAIT FRÔLÉ LE SUCCÈS

Au cours de sa carrière, la chanteuse avait interprété plusieurs rôles sans avoir rencontré le succès. Mais à partir de 1971, la star ayant 55 ans à l'époque, avait enfin trouvé sa place dans des nanars aux noms improbables tels que “Le Führer en folie”, “Le Plumard en folie” avec Michel Galabru.

Portrait de l'actrice Alice Sapritch en avril 1977 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Portrait de l'actrice Alice Sapritch en avril 1977 à Paris, France. | Photo : Getty Images

“L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise”, où elle joue aux côtés de Nathalie Delon, “L’événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune” avec Catherine Deneuve. Dans “La folie des grandeurs”, la défunte campe le personnage de Doña Juana aux côtés de grandes stars commee Louis De Funès et Yves Montand.

Côté cœur, la comédienne avait pour premier amour l’écrivain Robert Brasillach qui l’avait maltraitée. L’amour lui avait sourit à nouveau en rencontrant l’avocat Guillaume Hanoteau, l’homme avait porté son soutien à sa chère.

Alice Sapritch sur le tournage du téléfilm "Viper in the fist" réalisé par Pierre Cardinal. | Photo : Getty Images

Alice Sapritch sur le tournage du téléfilm "Viper in the fist" réalisé par Pierre Cardinal. | Photo : Getty Images

VICTIME DE MOQUERIES ET MAL-AIMÉE 

Elle était une bonne cliente des programmes de variétés à l’époque et ses chansons révèlent un personnage de “mangeuse d’hommes, affamée, sirupeuse, enrubannée et bijoutée”. Certains humoristes s’amusaient à la ridiculiser et à l’imiter de façon indigne jusqu’à toucher l’actrice.

L'actrice Alice Sapritch. | Photo : Getty Images

L'actrice Alice Sapritch. | Photo : Getty Images

La regrettée a donné son avis sur les mauvais traitements qu’elle a subis au cours de sa carrière. Lors d’une interview, elle a souligné que si la moquerie envers elle était “artisanale”, cela était encore sympa. En revanche, le cas était pire vu que la moquerie était devenue “industrielle”.

De ce fait, la victime ne pouvait pas accepter un tel traitement, il s’agit de l’imitateur Thierry Le Luron qui a créé des blagues à partir du physique de l’actrice. L’ex-femme de l’avocat Guillaume Hanoteau avait donc l'intention de porter plainte si la moquerie continuait car cela l’avait blessée.

Alice Sapritch dans Catherine de Médicis dans le téléfilm d'Yves André Hubert. | Photo : Getty Images

Alice Sapritch dans Catherine de Médicis dans le téléfilm d'Yves André Hubert. | Photo : Getty Images

LA VIE ET L MORT DE PERRETTE PRADIER

L’actrice Perrette Pradier a vu le jour le 17 avril 1938 à Hanoï. Durant sa carrière, elle a participé dans de nombreuses fictions comme “L’Homme d'Istanbul”, “Les Trois Mousquetaires : vengeance” et bien d'autres

Perrette Pradier a rendu l’âme à cause d’une crise cardiaque, le 16 janvier 2013. Sa mort a été annoncée par son gendre, Stéphane Saint-Raymond, à l’AFP.

French Actress Perrette Pradier in Paris, France, circa 1960. | Photo : Getty Images

French Actress Perrette Pradier in Paris, France, circa 1960. | Photo : Getty Images

Les postes connexes
Getty Images
Célébrités Apr 21, 2020
La vie et la mort de l'actrice française Perrette Pradier
Getty Images
Hallyday Mar 04, 2020
Johnny Hallyday : Une histoire surprenante de son premier rôle d'acteur à l'âge de 11 ans
Getty Images
Relation Mar 18, 2020
L'histoire d'amour d'Alice Belaïdi et de Gianni Giardinelli : du début à la triste séparation
Getty Images
Relation Apr 21, 2020
Découvrez Alice Evans, la femme de Ioan Gruffudd, l'acteur du “Dr Harrow”