"Mention particulière" : L'histoire vraie qui a inspiré le téléfilm populaire

“Mention particulière”, un téléfilm relatant le parcours d’une jeune femme trisomique a beaucoup ému les téléspectateurs. Le scénario est notamment inspiré d’une histoire vraie.

Bien que le handicap ne touche qu’une petite partie de la population, c’est une réalité. La plupart d’entre eux essayent tant bien que mal de vivre une vie normale malgré tout.

Christophe Campos, a pour sa part produit un téléfilm intitulé “Mention particulière”, dans lequel il parle de la Trisomie 21. Le réalisateur s’est d’ailleurs inspiré d’une histoire vraie avant de produire cette fiction.

UN SCÉNARIO TOUCHANT

Le dimanche 7 juin, TF1 a rediffusé “Mention particulière”, un téléfilm retraçant le parcours de Laura, une jeune trisomique de 21 ans qui tente de passer son baccalauréat. 

Si d’ordinaire, passer le BAC n’est pas évident, c’est d’autant plus difficile pour une personne souffrant de handicap. De plus, le scénario ne retrace pas seulement le handicap dont elle souffre ami aussi l'adaptation sociale, le regard des agents.

Pour un scénario, plus réaliste, le producteur a fait appel à Marie Dal Zotto, une actrice trisomique, pour interpréter le rôle de Laura. Sorti en 2017, le film a eu beaucoup de succès à tel point qu’il a été élu “Meilleur scénario au Festival TV de la Rochelle”.

Même l’actrice n’est pas ressortie bredouille puisqu’elle s’est vu décerner le prix de “Meilleur espoir féminin Adami”.

INSPIRÉ DE FAITS RÉELLES

Le réalisateur a eu l’idée d’un tel scénario après avoir lu un article sur des adultes trisomiques vivant à l’étranger et qui tentaient de passer le Baccalauréat. Par la suite, il a voulu savoir s’il existait des cas similaires en France.

Voulant s'inspirer d’une histoire vraie, il prend connaissance de l'histoire de Yasmine Berraoui, une jeune trisomique marocaine qui réussi à décrocher son BAC à 19 ans. En 2014, Jamal Berraoui, s'émeut en sortant un ouvrage sur Yasmine Berraoui, sa fille trisomique. 

Le journaliste est particulièrement fier puisque sa fille a réussi à décrocher son baccalauréat. La jeune marocaine avait même réussi cette épreuve avec une mention, “Assez bien”.

"Yasmine a intégré le cursus scolaire normal (...) Elle a travaillé deux fois plus depuis le primaire, et bénéficie de cours de soutien. Cette année, nous n’avons pas eu un seul week-end en famille”,

avait confessé le père de famille.

Quoi qu’il en soit, l'adaptation cinématographique de cette réalité, a eu un grand succès auprès des téléspectateurs de TF1 lors d’une première diffusion en novembre 2017.

Au moment de la diffusion, le sujet s'est retrouvé en top tweet en TT, devenant ainsi l’un des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les internautes ne sont pas restés de marbre en regardant le téléfilm comme en témoigne leurs commentaires.

“Très beau téléfilm c soir sur la différence et l'indifférence “,

avait dit un internaute.

“Ces films qui montrent que la vie est un combat. Que la différence est une force”,

avait dit un autre.

L’ACTRICE TRISOMIQUE QUI A JOUÉ DANS LE TÉLÉFILM

Si le film avait pour but d’éveiller les consciences sur le handicap et la différence, et bien, c’est réussi. C’est pourquoi, le film a été rediffusé sur TF1.

En ce qui concerne Marie Dal Zotto, l’actrice trisomique qui a incarné le rôle de Laura dans le téléfilm, elle a voulu faire passer un message par rapport au regard des autres sur les personnes handicapées.

Mais pas seulement, le fait d’être comédienne l’a énormément aidé à avoir plus confiance en elle.

"A l'école on m'insultait car j'étais différente. Le théâtre m'a permis de dépasser mes émotions, de prendre de l'assurance. Il m'a donné confiance en moi”,

avait-elle confessé au cours d’une interview avec Le Parisien.

De plus, jouer dans ce téléfilm a été un défi pour la jeune femme. Bien qu’elle se soit habituée à faire du théâtre depuis ces 14 ans, il lui a été difficile de retenir les textes dans “Mention particulière”.

LE DUR COMBAT DE CLÉMENCE

Malheureusement, l’intégration sociale est souvent compliquée pour les personnes souffrant d’un handicap. Outre Marie Dal Zotto, Clémence, la jeune actrice qui a interprété le rôle d’Anne dans le biopic “De Gaulle” est également atteinte de trisomie 21.

Du haut de ses 13 ans, la petite fille mène une existence difficile, elle ne peut même plus aller à l’école à cause des railleries de ses camarades.

Les postes connexes
facebook.com/lebonheurdanstesyeux
Parentalité Mar 04, 2020
"De Gaulle" : la vie difficile de Clémence qui se bat contre la maladie dans la vraie vie
Getty Images
Relation Feb 23, 2020
Armelle Deutsch a 41 ans : voici son partenaire Thomas Jouannet
Getty Images
Parentalité Feb 24, 2020
Sa fille adorable, sa maladie, son travail : La vie de Charlotte Valandrey
Getty images
People Mar 15, 2020
Les hauts et les bas de la vie de la star de "Ecrit sur du vent", Dorothy Malone