logo
Twitter/RFI
La source: Twitter/RFI

Effondrement du pont de Gênes en 2018 : la mère d'un français de 22 ans partage sa douleur

Michael Markus Mvondo
03 août 2020
12:54
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Deux années après que l’effondrement du viaduc de Gênes a causé la mort de 43 personnes, les proches des victimes sont toujours dans la douleur. C’est le cas d’une mère de famille française qui a perdu son fils, âgé de 22 ans.

Annonces

Le nouveau pont de Gênes est inauguré le lundi 3 août 2020 et des interrogations demeurent en suspens. Véronique Pouzadoux, une mère qui a perdu son fils lors de la tragédie de Gênes en 2018, s’est exprimée au micro d’Europe 1.

Le viaduc de Gênes (en Italie) s’est effondré le 14 août 2018, entraînant de nombreux véhicules dans sa chute fracassante. Une hécatombe qui a causé le décès de 43 personnes. Deux ans après cette tragédie sans précédent, l’Italie est prête pour l’inauguration de la nouvelle passerelle, construite en à peine un an.

Annonces

DES FAMILLES ENDEUILLÉES

Cependant, les familles qui ont perdu leurs proches dans l’incident sont toujours dans l’attente des conclusions de l’enquête. Aussi, elles espèrent que les tribunaux déterminent les causes du drame et les responsabilités des parties concernées.

Parmi la longue liste des victimes, l’on dénombre quatre Français qui étaient en route pour un festival de musique. Véronique Pouzadoux, la maman d’un jeune homme décédé, s’est livrée le lundi 3 août 2020, dans un entretien accordé à Europe 1.

Annonces

"Je n'arrive pas à me relever, et quand le mois d'août arrive, c'est encore pire",

a-t-elle expliqué.

Un drame qui a causé la mort de 43 personnes, déplore Véronique Pouzadoux.

"Moi, je voulais aller au procès"

Si la maman endeuillée est toujours triste pour les Italiens, elle est tout de même favorable pour le nouveau viaduc. Elle a également fait des confidences sur le deuil que sa famille a traversé avec beaucoup de chagrin.

Annonces

Cependant, à cause de la lourdeur financière des procédures judiciaires, Véronique a accepté, malgré elle, l’indemnisation offerte.

"Moi, je voulais aller au procès. Et puis après on nous a dit 'Oui, mais ça va vous coûter des millions', parce que ça va durer très longtemps",

a-t-elle ajouté.

Annonces

La maman éplorée a donc choisi de renoncer au procès afin de ne pas ruiner sa famille. Une décision difficile qui n’apaise pas la douleur des familles qui ont perdu des membres chers lors de l’éboulement du pont de Gênes en août 2018.

L'ACCIDENT DE LA ROUTE SUR L'A7 D'ALBON

Deux ans plus tard, Véronique Pouzadoux attend toujours des éclaircissements sur l’accident. Une autre catastrophe est survenue sur l'autoroute A7 d'Albon (Drôme). Cinq enfants ont perdu la vie dans un accident de la route en juillet 2020.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Articles connexes

Yannick Alléno perd son fils de 24 ans, Antoine, renversé par un conducteur conduisant une voiture volée : sa famille s'exprime

10 mai 2022

"Le déchet" : La discrète sœur de Maëlys, Colleen, 16 ans, attaque Nordahl Lelandais en face

16 février 2022

"Il est décédé deux jours plus tard" : Laëtitia Provenchère se souvient du décès de son mari alors qu'elle était enceinte de triplés

27 mars 2022

9 ans après avoir perdu ses deux parents en quelques mois, Louane, malgré un lent travail de deuil, a surmonté les pertes

17 mai 2022