"La Prochaine fois je viserai le cœur" : qui était le Tueur de l’Oise à l’origine du film

Le jeudi 24 septembre 2020, France 3 diffusait “La prochaine fois je vise le coeur”, porté par Guillaume Canet. Découvrez la véritable histoire qui se cache derrière le film.

Celui qui fut surnommé Le tueur de l’Oise a terrorisé les habitants de ce département dans les années 70-80. Sa manière de tuer a d'ailleurs beaucoup interpellé. À tel point que des années après les faits, cette tragique histoire a été adaptée sur le grand écran. Pour incarner le rôle de cet assassin, Cédric Anger a misé sur le talentueux Guillaume Canet.

UN TUEUR EN SÉRIE

En juillet 1978, l'agression d’une jeune femme interpèle. D’autant qu’à cette époque, le département de l’Oise était dans une sorte de psychose.

Alors que les habitants peinaient à se remettre des assauts de Marcel Barbeault, un tueur en série arrêté deux ans plus tôt, un nouvel assassin sévissait déjà.

À cette époque, Alain Lamare, un gendarme de 23 ans, se plaisait à voler des voitures, faire de hold-up mais surtout, il agressait des femmes de la région. La manière dont il s’y prenait était d’ailleurs assez intrigant, il s'amusait à leur tirer dessus, sans pour autant les achever.

Mais très vite, il est allé jusqu'au bout avec une autostoppeuse de 19 ans. À noter qu’avant de commettre ce crime, il avait pris la peine d’envoyer une lettre aux autorités avec une phrase assassine qui dit :

“La prochaine fois, je vise le coeur et non pas les jambes”.

COMMENT S’EST-IL FAIT PRENDRE ?

S’il a terrorisé les habitants de sa commune pendant des mois, il a tout de même fini par se faire prendre. La lettre qu'il avait envoyée aux forces de l’ordre, a été sa perdition puisque l'écriture a été comparée avec celle d’un rapport de procès verbal qu'il avait rédigé.

Quand les soupçons ont commencé à se tourner vers lui, certains de ses supérieurs refusaient de se faire à l’idée que l'un des leurs, qui se trouve également être en charge de l’affaire, puisse être l'auteur de ces actes atroces.

Finalement, l'impensable s’est confirmé après investigations. En effet, il était soi-disant toujours au repos lorsque ces agressions étaient perpétrées.

Guillaume Canet assiste au défilé Giorgio Armani Prive Haute Couture Printemps / Été 2020 dans le cadre de la Fashion Week de Paris le 21 janvier 2020 à Paris, France. | Photo : Getty Images

Guillaume Canet assiste au défilé Giorgio Armani Prive Haute Couture Printemps / Été 2020 dans le cadre de la Fashion Week de Paris le 21 janvier 2020 à Paris, France. | Photo : Getty Images

De plus, la fouille de son domicile, et la comparaison de son empreinte n’ont fait que confirmer sa culpabilité. Sans compter que l’un de ses collègues l’a facilement reconnu sur les portraits robots du tueur de l’Oise.

Finalement, le jeune homme s’est fait arrêter et jugé pénalement irresponsable puisqu'il est atteint d'une forme rare de schizophrénie. Finalement, c’est dans des centres d'internement qu’il a purgé sa peine.

UN MYSTÈRE CRIMINEL DU SIÈCLE DERNIER, ENFIN RÉSOLU

Les histoires de meurtre sont généralement difficiles à gérer puisqu’il n'y a aucune certitude sur le fait de démasquer les assaillants. Même lorsqu’ils se font prendre, rien ne garantit non plus que l’affaire sera vite résolue. C’est notamment le cas de l'affaire “Golden State Killer”, un mystère criminel du siècle dernier qui vient enfin d'être résolu.

Les postes connexes
Twitter/puremedias
Vie Sep 19, 2020
"Laëtitia" (France 2) : découvrez Marie Colomb qui joue le rôle principal de la série
twitter.com/puremedias
TV Sep 21, 2020
"Laëtitia" (France 2) : les réels faits tragiques à l'origine de la série
GettyImages
Célébrités May 27, 2020
Guillaume Canet et Marion Cotillard font face au coronavirus : "version light"
twitter.com/Tele7
TV Jul 27, 2020
Armelle (En Famille) : "J'ai été prise grâce à ma longue histoire d’amitié le producteur"