logo
Dailymotion/francebleualsace
La source: Dailymotion/francebleualsace

Strasbourg : la jeune fille attaquée pour sa jupe "dévastée" par son "lynchage" sur le Web

Nkongo Odile Carine
12 oct. 2020
10:41
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Une jeune étudiante de strasbourg a été la cible d’un harcèlement sur les réseaux, à cause de son agression. Élisabeth, qui ne comprend pas cet acharnement, est abasourdie par la réaction des internautes. Zoom sur les détails de cette affaire.

Annonces

L’histoire se déroule en France, plus précisément à Strasbourg. En effet, une jeune demoiselle a été victime d’une agréssion, à cause de sa jupe jugée trop courte. Découvrez cette histoire.

ELLE EST ACCUSÉE DE DIFFAMATION

L'étudiante strasbourgeoise déclare qu’elle avait été agressée publiquement, à cause de son expréssion vestimentaire. Cependant, à cause du manque de preuves, l’enquête n’avance pas comme elle le devrait.

Annonces

Élisabeth, la plaignante, est alors accusée de diffamation, et reçoit une vague de haine sur les réseaux. Son avocate, Me Pascale Millet s’est exprimée le 11 octobre 2020, à l’AFP.

“Elle est anéantie" par le "lynchage" qu'elle vit sur les réseaux sociaux où les menaces de mort côtoient les insultes.”

Annonces

ELLE NE BAISSE PAS LES BRAS

Souvenez-vous, l’affaire avait éclaté le 22 septembre 2020, avec une vidéo d’Élisabeth. Elle expliquait avoir été insultée et frappée par trois jeunes hommes, qui lui reprochaient la longueur de sa jupe.

Selon l’avocate, cette récente vague de haine aurait commencé après une fuite, disant que l’enquête piétine. Toutefois, pour la jeune femme, il est hors de question de baisser les bras. De ce fait, celle-ci compte bien tout faire pour obtenir justice.

Annonces

Élisabeth maintient ses déclarations, et est même prête à être entendu une troisième fois par la police.

Si l'enquête piétine, c'est surtout parce que la police n'a pas trouvé de preuves croncrètes. Ceux-ci doutent, et cela se fait ressentir. Découvrez plus, sur le point de vue de la police.

Annonces